Aux bords de l’irréversible

Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations

Francis CHATEAURAYNAUD et Josquin DEBAZ

Éditions Petra, Collection Pragmatismes
Date de parution : 30/06/2017
648 p.
35.00 €

 

Du changement climatique au terrorisme, la carte des risques a subi, en quelques décennies, une série de reconfigurations majeures, et l’on ne compte plus les discours qui alertent contre des menaces globales. En suivant les dynamiques à l’oeuvre dans les dossiers sanitaires, environnementaux et technologiques, cet ouvrage esquisse un modèle de transformation qui rompt avec le catastrophisme au profit de trois dimensions fondamentales de l’action et du jugement : la portée critique des modèles d’évaluation et de régulation ; la fabrique des scénarios et des visions du futur ; la créativité des milieux en interactions.

En explorant de multiples figures de l’irréversibilité, les auteurs montrent comment des bifurcations ou des alternatives germent au coeur de processus critiques dont la destination n’est jamais totalement déterminée par avance. Des espaces de possibles ou des ouvertures d’avenir prennent corps dans la manière dont s’élaborent, en contexte, les prises individuelles et collectives sur le monde. Avec un regard à la fois pragmatique et critique, les auteurs réinterrogent les stratégies de résistance ou de déplacement face à des formes de gouvernement dont l’hégémonie est fortement contestée.

En restituant l’histoire mouvementée de grandes alertes et controverses, comme la pollution de l’air, le nucléaire, les OGM ou les nanotechnologies, l’ouvrage opère un retour réflexif sur les sociologies contemporaines, ici réévaluées à l’aune du pragmatisme. Une des questions concerne les jeux d’échelles permettant de saisir, dans leur complexité, des processus critiques apparemment interminables. Comment articuler l’analyse des dispositifs publics et la description des activités pratiques, où se jouent la production et l’ancrage des savoirs et des valeurs ?

>>>>>>Voir le sommaire

La biodiversité entre science et politique

La biodiversité entre science et politique. La formation d’une institution internationale

Florian CHARVOLIN et Guillaume OLLIVIER

Éditions Petra, Collection Pragmatismes29.00€
Date de parution : 28/04/2017
302 p.
29.00€

La création d’une institution internationale est un fait rare. En 2012, l’IPBES, la
Plateforme Intergouvernementale Science/Politique sur la Biodiversité et les Services
Écosystémiques, voit officiellement le jour. Cet événement prolonge la mise à
l’agenda politique et scientifique de la Biodiversité amorcée dans les années 1980 et
marquée par la signature, en 1992, de la Convention sur la Diversité Biologique ou
encore la publication du Millennium Ecosystem Assessment en 2005. L’IPBES,
discutée dès 2005, marque la volonté de combler un fossé entre science et politique
estimé être à l’origine de l’échec de la gouvernance internationale face à la menace
d’une 6e extinction des espèces.

Ce livre étudie la période de formation de l’IPBES (2005-2012) caractérisée par une
incertitude radicale sur ses contours et son existence même. Associant ethnographie,
sociologie des pratiques documentaires et socio-informatique, les auteurs adoptent un
regard pragmatiste orienté vers les modalités d’existence, sur de multiples scènes, de
cette institution alors en devenir. L’ouvrage décrit les opérations de sa mise en
visibilité sur le Web, suit l’évolution de ses relations avec les institutions préexistantes,
met en lumière le rôle de ses archives documentaires, saisit la performance des
négociateurs en face-à-face et les discussions sur la formulation des textes fondateurs.
Objet de connaissances et d’appropriations multiples, parfois contradictoires, la
biodiversité est au coeur de revendications politiques. Comment les négociations ontelles
pu aboutir, par-delà la variété des conceptions et des stratégies des différents
protagonistes ? Comment les communautés scientifiques, les États, les instances
internationales et les porteurs de causes environnementales sont-ils parvenus à
surmonter les désaccords et les dissonances cognitives et politiques ? À travers son
herméneutique d’une institution en formation, l’ouvrage contribue à relativiser l’idée
d’une fracture irrévocable, souvent dénoncée, entre une diplomatie internationale et
des acteurs de terrain.

>>>>Voir le sommaire

Pragmatisme et conflictualité La critique des pouvoirs en régime de controverse (2016-2017)

L’étude des procédés par lesquels des acteurs font surgir de nouvelles causes dans l’espace politique a contribué au renouvellement de la sociologie pragmatique. Résumée sous l’expression de balistique sociologique, cette approche a enrichi l’analyse des épreuves publiques, conçues comme des échangeurs entre rapports de forces et formes de légitimités. L’accent a d’abord été mis sur les trajectoires suivies par les causes collectives, notamment dans les champs sanitaires, environnementaux ou technologiques. Qu’il s’agisse de changement climatique, d’énergie nucléaire ou de gaz de schiste, d’OGM, de nanotechnologies ou de biologie de synthèse, de pollution atmosphérique ou de champs électromagnétiques, on voit s’affronter des porteurs de promesses technologiques, des lanceurs d’alerte et des mouvements critiques, capables d’étendre les registres de la contestation. Au centre des champs de forces qui se dessinent, des régulateurs et des acceptologues sont à l’œuvre, en puisant dans le répertoire constamment renouvelé des procédures de concertation ou de débat public.

En se situant le plus en amont possible des figures publiques de controverse et de conflit, le séminaire examinera les formes d’anticipation et de préparation tactique ou stratégique à partir desquelles s’élaborent et se transforment les jeux de pouvoirs. Ces processus critiques se déploient sur de multiples scènes et sont inégalement accessibles à l’observation ou au dévoilement. Pour fortifier leurs perceptions et leurs interprétations, les acteurs se nourrissent continûment des productions des sciences sociales, et en particulier des théories du pouvoir, de la légitimité et de l’action publique, ce qui a des effets en retour sur les joutes académiques – on l’a vu régulièrement à propos de l’« expertise », de la « démocratie participative » ou de l’« acceptabilité sociale des risques ». C’est pourquoi, au-delà de l’enregistrement des prises de position publiques, il nous faut doubler l’analyse des procédés argumentatifs par l’examen des formes de prises et d’emprises développées au coeur des milieux en interaction : il s’agira de saisir à la fois la production de liens d’intérêts ou de jeux d’influence élaborés de longue date, peu visibles dans les dispositifs publics, et les capacités de mobilisation, de coalition ou d’alliance, irréductibles à un modèle d’alignement fondé sur l’intérêt bien compris. On accordera ainsi une attention particulière aux épreuves qui portent sur les liens tissés dans la durée par les personnes et les groupes.

Que les protagonistes s’opposent frontalement ou optent pour une logique de coopération, la dynamique des conflits rend visibles toutes sortes d’opérations interprétatives, d’agencements et de pratiques. La conquête de ouissances d’expression révèle les tensions, les contradictions et les points de rupture qui rendent problématique la composition d’un monde commun. Retrouvant le fil des alertes, des crises et des catastrophes, le séminaire examinera, dans le même mouvement, la fabrique des scénarisations du futur saisies à la fois comme formes de gouvernementalité et comme modalités délibératives propres aux controverses publiques. Par-delà le jeu des utopies et des dystopies, la confection critique des visions du futur pèse sur la portée des disputes et des différends, contribuant à l’ouverture continue des possibles sur laquelle prend appui toute expérience démocratique.

4 novembre 2016 : Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau (GSPR, EHESS) : La pragmatique des transformations.
18 novembre : Jean-Michel Fourniau (GSPR, EHESS) : « L’“acceptabilité sociale” face à la “critique civile” des projets : quels concepts opératoires pour l’analyse pragmatique des conflits territoriaux ? »
2 décembre : Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz (GSPR, EHESS) : « Du Rio Doce au Rio Morto. Protestations, reconstructions et désillusions après la rupture des barrages de Bento Rodrigues (Minas Gerais) »
16 décembre 2016 : Francis Chateauraynaud (GSPR, EHESS) : « Contingence et radicalité. Des micro-mondes à la fédération des causes »
6 janvier 2017 : Nicolas Dodier (Cems, EHESS), « Dispositifs et travail normatif. Une approche processuelle »
20 janvier : Sylvaine Bulle (LabTop-CRESPPA, Paris 8) : « Expérimentation politique, émancipation “contre” la démocratie. Sociologie d’une lutte territoriale (la ZAD Notre-Dame-des-Landes) »
3 février : Stéphanie Dechézelles (Cherpa, Iep Aix-en-Provence) : « Vents de discorde : les critiques du pouvoir et leurs ambivalences dans les conflits autour de l’éolien industriel terrestre en France »
17 février :Mathieu Berger (CriDIS, UCL), « La critique urbaine en régime d’expérimentation. Réflexions à partir du projet MetroLab Brussels »
3 mars : Luigi Bobbio (Département de Science politique, Université de Turin), « Persistances et changements dans un très long conflit territorial. Le regard des sciences sociales sur le cas du Tav en Val de Suse »
17 mars : Anne Mische (Kroc Institute for International Peace Studies), « Futures in Contention: Projective Deliberation and Transformative Politics in the Global Arena »
21 avril : Daniela Festa (CENJ, EHESS), « La créativité des communs : usage de l’espace et usage du droit dans le mouvement de biens communs en Italie »
5 mai : Thomas Lamarche (Ladyss, Université Paris 7), « D’une régulation professionnelle à une régulation néolibérale à l’université »

19 mai : Diane Rodet (Centre Max Weber, Université Lyon 2), « Une économie solidaire divisée : pluralité des registres critiques mobilisés par des producteurs engagés »

 2 juin : Fatimata Ly (Cedem, Sénégal, et GSPR, EHESS), « La trajectoire de la problématique des terres au Sénégal : une gestion participative de la confrontation entre agrobusiness et exploitation familiale? »

Les conditions de décision et d’organisation de la conférence de citoyens sur la gestion à long terme des déchets radioactifs et le projet Cigéo

Jean-Michel Fourniau

Directeur de recherche au DEST-IFSTTAR

Chercheur associé au GSPR, EHESS

courriel : jean-michel.fourniau@ifsttar.fr

 

La décision de la Commission nationale du débat public (CNDP) d’organiser une conférence de citoyens sur la gestion à long terme des déchets radioactifs et le projet Cigéo — le projet de centre industriel de stockage réversible profond de déchets radioactifs en Meuse et Haute-Marne porté par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) — résulte des conditions de déroulement du débat public, dont les premières réunions publiques, fin mai 2013, n’ont pu se tenir (voir sur ce carnet F. Chateauraynaud, « De la formation des publics à la rébellion des milieux »). La décision de la CNDP du 3 juillet 2013 mettant en place un nouveau dispositif pour le débat public, présente la conférence de citoyens comme l’une des « trois nouvelles mesures [qui] seront mises en œuvre » (avec les rencontres locales, et les débats contradictoires interactifs) pour poursuivre le débat, et précise simplement « Cette formule de démocratie participative consiste à former au sujet traité un panel de citoyens représentatifs de la diversité des populations des deux départements et de les inviter à formuler un avis éclairé sur le projet » (Communiqué des décisions de la CNDP du 3 juillet 2013). Ce que sera effectivement la conférence de citoyens sur la gestion à long terme des déchets radioactifs et le projet Cigéo est donc peu décrit dans cette décision initiale.

Ce billet propose de retracer de manière détaillée la préparation de la conférence de citoyens et les choix opérés pour son organisation, sans entrer ici dans l’analyse de la portée de ces choix sur son déroulement et la production de l’avis des citoyens[1]. Avec cette chronologie, il s’agit de donner à comprendre la dynamique des transformations observées entre l’objectif initial et la tenue de la conférence de citoyens[2].

Lire la suite

Le « pilote » de Cigéo : genèse et effets sur la controverse sur l’enfouissement des déchets nucléaires

Martin Denoun

Doctorant au GSPR

martin.denoun@ehess.fr

Dans les controverses liées au nucléaire, les déchets sont paradoxalement constitués comme un risque à la fois périphérique et incontournable. Risque périphérique, car malgré son importance, il n’est pas de même nature que ceux de la fission nucléaire ou du retraitement, mais aussi car les déchets, en étant « déjà là », créent une contrainte argumentative forte concernant leur gestion : « pour ou contre le nucléaire, ils sont là, et il faut bien s’en occuper ». Pourtant, les déchets sont aussi un élément incontournable : sans solution pour les déchets, les promoteurs de l’atome ne peuvent pas affirmer qu’ils en maîtrisent le cycle. C’est donc un enjeu fort, – en particulier dans le contexte de fin de vie des premiers réacteurs – tant pour présenter le nucléaire comme une énergie d’avenir, voire renouvelable, que pour le vendre à l’étranger.

En 2013-2014 a été organisé un débat public concernant le projet Cigéo[1] d’enfouissement profond des déchets nucléaires. Au-delà de la question de savoir si le débat a été réussi ou non, nous voulons montrer ici comment certains acteurs se sont saisis, pour des motifs différents, du dispositif du débat public afin de se positionner, de valoriser des solutions ou des notions, et d’encourager des types de logiques. L’analyse de ces saisies stratégiques montre que le dispositif du débat public, s’il ne garantit pas la réouverture d’un problème – et peut même le rendre un peu plus irréversible –, assure le passage de jeux d’acteurs et d’arguments d’espaces discrets à l’espace public[2]. Seulement, la confrontation avec le public « abîme » ce qui ne circulait jusqu’alors que dans des espaces confinés.

Nous allons nous centrer ici sur l’apparition, au cours du débat et particulièrement dans le cadre de la conférence de citoyens organisée dans son sillage, de la notion de pilote, dans la mesure où elle structure le raisonnement de l’avis citoyen. Lire la suite

Séminaire 2014-2015

Pragmatisme et conflictualité :
La critique des pouvoirs en régime de controverse

Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau (GSPR EHESS)

Du 7 novembre 2014 au 5 juin 2015
1 et 3ème vendredis du mois
salle 8 de 11h à 13h.

L’étude des procédés par lesquels des acteurs font surgir de nouveaux arguments, et parviennent ou non à porter leur cause dans l’espace politique, a contribué au renouvellement de la sociologie pragmatique. Résumée sous l’expression de balistique sociologique, cette approche a enrichi l’analyse des épreuves publiques, conçues comme des échangeurs entre rapports de forces et formes de légitimités. L’accent a d’abord été mis sur les trajectoires suivies par les causes collectives, notamment dans les champs sanitaires, environnementaux ou technologiques. Qu’il s’agisse de changement climatique, d’énergie nucléaire ou de gaz de schiste, d’OGM, de nanotechnologies ou de biologie de synthèse, de pollution atmosphérique ou de champs électromagnétiques, on voit s’affronter des porteurs de promesses technologiques, des lanceurs d’alerte et des mouvements critiques, capables d’étendre les registres de la contestation. Au centre des champs de forces qui se dessinent, des régulateurs et des acceptologues sont à l’œuvre, en puisant dans le répertoire constamment renouvelé des procédures de concertation ou de débat public.

En se situant le plus en amont possible des figures publiques de controverse et de conflit, le séminaire examinera les formes d’anticipation et de préparation tactique ou stratégique à partir desquelles s’élaborent et se transforment les jeux de pouvoirs. Ces processus critiques se déploient sur de multiples scènes et sont inégalement accessibles à l’observation ou au dévoilement. Mais, pour fortifier leurs perceptions et leurs interprétations, les acteurs se nourrissent continûment des productions des sciences sociales, et en particulier des théories du pouvoir, de la légitimité et de l’action publique, ce qui a des effets en retour sur les joutes académiques – on l’a vu régulièrement à propos de l’« expertise », de la « démocratie participative » ou de l’« acceptabilité des risques ». C’est pourquoi, au-delà de l’enregistrement des prises de position publiques, il nous faut doubler l’analyse des procédés argumentatifs par l’examen des formes de prises et d’emprises développées par les milieux en interaction : il s’agira de saisir à la fois la production de liens d’intérêts ou de jeux d’influence élaborés de longue date, peu visibles dans les dispositifs publics, et les capacités de mobilisation, de coalition ou d’alliance, irréductibles à un modèle d’alignement fondé sur l’intérêt bien compris. On accordera ainsi une attention particulière aux tests de performativité des liens tissés dans la durée par les personnes et les groupes.

Dans la dynamique des controverses, qu’ils optent pour une logique de conflit ou pour une quête de consensus, les protagonistes sont portés à rendre visibles toutes sortes d’agencements et de pratiques, révélant, au fil de leurs opérations interprétatives, les tensions, les contradictions et les points de rupture qui rendent problématique la réalisation d’un monde commun. Retrouvant ici le fil des alertes, des crises et des catastrophes, le séminaire examinera également la fabrique des scénarisations du futur saisies à la fois dans les dispositifs de pouvoirs et dans les controverses publiques. Par-delà le jeu des utopies et des dystopies, la confection critique des visions du futur pèse sur la portée des disputes et des différends, contribuant à l’ouverture des possibles sur laquelle prend appui toute expérience démocratique.

Programme des séances 2014-2015

7 novembre : Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau (GSPR), « Conflits autour des communs et nouvelles formes du politique »

21 novembre : Jean-Michel Fourniau et Martin Denoun (GSPR), « “Élevage en plein air” et “élevage intensif” de la participation : l’expérience du débat public sur le projet Cigéo d’enfouissement des déchets nucléaires »

5 décembre : Galina Orlova (European Humanities University, Vilnius), « Un deuxième projet atomique à Obninsk : la revanche de l’atome civil ou en arrière vers l’avenir »

19 décembre : Dominique Dolisy (GSPR), « Jeu de questions-réponses sur le risque nucléaire ou questions mises en jeu ou hors jeu : le travail d’échanges de la CLI de Nogent-sur-Seine »

16 janvier : Francis Chateauraynaud et Markku Lehtonen (GSPR), « Espaces de calcul et modèles économiques dans les controverses nucléaires. Le cas de l’EPR »

6 février : Antonin Pottier (CIRED), « L’économie dans l’impasse climatique »

20 février : Paul Jobin (Paris VII), « Les ouvriers de Fukushima ou l’errance d’un groupe et d’une science nommée radioprotection »

6 mars : Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz (GSPR),  « Aux bords de l’irréversible »

20 mars : Sylvain Lenfle (CRG, École Polytechnique), « Le rapport contemporain des sciences de gestion à la critique des organisations »

3 avril : Mathias Girel (ENS, département de philosophie), « L’enquête hors de ses gonds : retours sur la boîte à outils des marchands de doute »

17 avril : David Miller (University of Bath), « The role of communication in the constitution and reproduction of power relations »

5 juin : Mark Brown (California State University, Sacramento), « Expertise, Institutions, and Representation »

Conférence de citoyens sur la gestion à long terme des déchets radioactifs et le projet Cigéo

La loi du 28 juin 2006 relative à la gestion durable des matières et déchets nucléaires a fait du stockage géologique profond la solution de référence pour la gestion des déchets radioactifs de haute et moyenne activité à vie longue, et a prévu que la demande d’autorisation d’un centre de stockage par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), le projet Cigéo (Centre industriel de stockage industriel), soit précédé d’un débat public organisé par la Commission nationale du débat public (CNDP). Ouvert au printemps 2013 en dépit d’une demande de report après la tenue du débat national sur la transition énergétique, le débat a mal démarré : de nombreuses associations nationales et locales, considérant que les conditions n’étaient pas réunies pour y participer, l’ont boycotté, et certaines associations locales ont empêché la tenue des réunions publiques (voir sur ce carnet F. Chateauraynaud, « De la formation des publics à la rébellion des milieux »). Le 3 juillet 2013, la CNDP décidait de nouvelles modalités du débat public, sans réunions publiques mais avec des réunions contradictoires sur Internet (voir le site de la CPDP). Parmi ces modalités, une conférence de citoyens était décidée.  Un comité de pilotage présidé par Marie-Angèle Hermitte a été chargé de l’organiser : deux week-ends de formation mi-décembre 2013 et mi-janvier 2014, une audition publique (sur invitation) le 1er février et, le 2 février, une journée de délibération à huis-clos des 17 citoyens de la conférence pour rédiger leur avis. Celui-ci a été présenté lors d’une conférence de presse le 3 février au siège de la CNDP et est publié sur le site de la CNDP. Du fait des conditions difficiles du débat public, la CNDP a souhaité qu’un Comité d’évaluation indépendant puisse rendre compte du déroulement de la conférence de citoyens. Nous reproduisons ici la première note du Comité d’évaluation, rendue à la CNDP le 11 février 2014. Elle décrit, observé de l’intérieur, le processus de construction de l’avis de la conférence de citoyens. Lire la suite

De la formation des publics à la rébellion des milieux

Francis Chateauraynaud (GSPR-EHESS)

C’est un des lieux communs du pragmatisme : dans l’étude des processus collectifs, nous n’avons pas affaire à un public mais à une pluralité de publics. En un sens, il y a autant de publics que de causes ou d’affaires, de conflits ou de débats publics. Comme cela a été formalisé par de nombreux auteurs, une des tensions majeures des démocraties provient précisément de la difficulté d’articulation entre cette multitude et l’unité sociale désignée tour à tour par le peuple, le grand public ou l’opinion publique. Dans la lecture qu’elle propose de la notion de public chez John Dewey, Joëlle Zask insiste sur cette dimension plurielle tout en soulignant la relation étroite, conçue par Dewey lui-même, entre formation du public et logique d’enquête :

Un public est l’ensemble des gens ayant un plein accès aux données concernant les affaires qui les concernent, formant des jugements communs quant à la conduite à tenir sur la base de ces données et jouissant de la possibilité de manifester ouvertement ses jugements. On doit lui reconnaitre une autorité en la matière, un droit d’exercer son jugement et une grande liberté dans le choix des moyens nécessaires à le faire entendre : opinion publique, presse, Internet, associations, débats publics et ainsi de suite. L’autorité du public suppose donc une liberté d’enquête, une pleine information, une éducation appropriée pour acquérir la compétence d’évaluer les corpus documentaires, voire de les constituer, et des droits politiques garantis.1

IMG_0022

La sociologie des controverses comme la sociologie des mobilisations disposent aujourd’hui d’un impressionnant répertoire de mouvements sociaux et de formes de contestation. A travers cette casuistique, on voit clairement s’opposer deux modèles de légitimité politique. A la version institutionnaliste du politique, pour laquelle le public est le problème2 s’opposent toutes les approches qui placent les citoyens ordinaires et les innombrables collectifs qu’ils engendrent, au cœur d’une conception pragmatiste des publics.

Lire la suite

  1. Joëlle Zask, «Le public chez Dewey : une union sociale plurielle », Tracés. Revue de Sciences humaines, 15 | 2008. []
  2. Walter Lippmann écrit : « Le rôle du public ne consiste pas à exprimer ses opinions mais à s’aligner ou non derrière une proposition. Cela posé, il faut cesser de dire qu’un gouvernement démocratique peut être l’expression directe de la volonté du peuple. Il faut cesser de prétendre que le peuple gouverne. En revanche, nous devons adopter la théorie selon laquelle le peuple, à travers des manifestations sporadiques où s’exprime la voix de sa majorité, prend seulement parti pour ou contre des individus qui, eux, gouvernent. La volonté populaire ne dirige pas les affaires publiques en continu, elle se contente d’intervenir occasionnellement. » The phantom public (« Le rôle du public ») (1925). []

Bienvenue à Maffesoland !

Arnaud Saint-Martin

Chargé de recherche au CNRS, Laboratoire Printemps (CNRS, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), & chercheur associé au GSPR.

arnaud.saint-martin@uvsq.fr

Note critique sur Fabio La Rocca, La ville dans tous ses états, Paris, CNRS Editions, 2013.

Couverture La RoccaHype City, Second City, Mega-city, Sin City… Passée au filtre de la « sociologie de l’imaginaire », l’« expérience urbaine postmoderne » est le prétexte de bien des débordements interprétatifs. Avec La ville dans tous ses états, ouvrage issu de sa thèse, Fabio La Rocca prolonge sur le monde-de-la-ville de l’« homo postmodernus » la pensée de son maître-professeur, Michel Maffesoli. On n’est pas déçu du voyage.

Après avoir lu la préface coupée/collée du directeur de thèse, on est aussitôt frappé par la continuité de vue qui s’énonce dans le reste du livre. L’essai est le décalque presque parfait, jusque dans le style et les tics cognitifs, de ce qu’écrit Maffesoli depuis maintenant plus de quarante ans. Mais comme Fabio La Rocca signe seul, il s’efforce de faire montre d’initiative. Son originalité vient d’abord du choix des thèmes. Parce que Maffesoli ne peut pas tout étudier, quand bien même il est prolixe et cause sur tout, la ville livre quelques boulevards pour son élève. L’originalité résulte aussi, et surtout, de l’« approche climatologique » de l’« atmosphère » des villes actuelles. On ne sait d’où (au feeling peut-être), la climatologie lui a fourni une analogie suggestive ; il la saupoudre à chaque page, sans jamais en spécifier la portée analytique ni les propriétés. En guise de protocole d’enquête, on découvrira que l’approche climatologique « repose sur des observations sur des paramètres et autres variables caractérisant la ville comme la “température sociale”, le “vent culturel”, les “précipitations culturelles” et les “nuages esthétiques” » (p. 29). Cette idée stratosphérique fait corps avec le désir du sociologue d’inhaler l’« air du temps ». En résumé : respirer, renifler le monde, comme a l’habitude de dire Maffesoli. Et aussi s’inspirer d’une foule de penseurs tutélaires : quelques esthètes de « la » ville (Baudelaire, Benjamin, Baudrillard), des philosophes déterritorialisés (Heidegger, Corbin1, Deleuze, Vattimo, Virilio, Sloterdjik) et les socio-anthropologues imaginaires (Durand, Maffesoli). La sociologie, elle, est livrée à la portion congrue.

bogota1

Perdre la sociologie dans les brumes urbaines ?

Lire la suite

  1. Henry le métaphysicien du « monde imaginal », et non pas Alain, l’historien, comme l’écrit imprudemment l’auteur (p. 218). []

L’institution mondiale du dopage. Sociologie d’un processus d’harmonisation

1963, Uriage-les-Bains : réunis en congrès, des médecins et des spécialistes du sport appellent à l’unification des réglementations sportives en matière de lutte contre le dopage. Trente ans plus tard, les premiers scandales éclatent et les affaires se multiplient, mettant au jour les dysfonctionnements de réglementations internationales aussi cacophoniques que dépassées. Pour y mettre fin, une Agence Mondiale Antidopage (AMA) est créée en 1999. Sa mission : harmoniser les réglementations et encadrer au plus près l’activité de ceux qui œuvrent aux nouveaux dispositifs de contrôle et de prévention. Mais qu’est-ce qu’harmoniser veut dire ? Comment s’y prendre pour identifier des substances et des pratiques illicites, fixer des technologies biomédicales, créer des formes de collaboration et gérer les conflits éventuels ?

couverture Lire la suite