Pragmatisme et conflictualité La critique des pouvoirs en régime de controverse (2016-2017)

L’étude des procédés par lesquels des acteurs font surgir de nouvelles causes dans l’espace politique a contribué au renouvellement de la sociologie pragmatique. Résumée sous l’expression de balistique sociologique, cette approche a enrichi l’analyse des épreuves publiques, conçues comme des échangeurs entre rapports de forces et formes de légitimités. L’accent a d’abord été mis sur les trajectoires suivies par les causes collectives, notamment dans les champs sanitaires, environnementaux ou technologiques. Qu’il s’agisse de changement climatique, d’énergie nucléaire ou de gaz de schiste, d’OGM, de nanotechnologies ou de biologie de synthèse, de pollution atmosphérique ou de champs électromagnétiques, on voit s’affronter des porteurs de promesses technologiques, des lanceurs d’alerte et des mouvements critiques, capables d’étendre les registres de la contestation. Au centre des champs de forces qui se dessinent, des régulateurs et des acceptologues sont à l’œuvre, en puisant dans le répertoire constamment renouvelé des procédures de concertation ou de débat public.

En se situant le plus en amont possible des figures publiques de controverse et de conflit, le séminaire examinera les formes d’anticipation et de préparation tactique ou stratégique à partir desquelles s’élaborent et se transforment les jeux de pouvoirs. Ces processus critiques se déploient sur de multiples scènes et sont inégalement accessibles à l’observation ou au dévoilement. Pour fortifier leurs perceptions et leurs interprétations, les acteurs se nourrissent continûment des productions des sciences sociales, et en particulier des théories du pouvoir, de la légitimité et de l’action publique, ce qui a des effets en retour sur les joutes académiques – on l’a vu régulièrement à propos de l’« expertise », de la « démocratie participative » ou de l’« acceptabilité sociale des risques ». C’est pourquoi, au-delà de l’enregistrement des prises de position publiques, il nous faut doubler l’analyse des procédés argumentatifs par l’examen des formes de prises et d’emprises développées au coeur des milieux en interaction : il s’agira de saisir à la fois la production de liens d’intérêts ou de jeux d’influence élaborés de longue date, peu visibles dans les dispositifs publics, et les capacités de mobilisation, de coalition ou d’alliance, irréductibles à un modèle d’alignement fondé sur l’intérêt bien compris. On accordera ainsi une attention particulière aux épreuves qui portent sur les liens tissés dans la durée par les personnes et les groupes.

Que les protagonistes s’opposent frontalement ou optent pour une logique de coopération, la dynamique des conflits rend visibles toutes sortes d’opérations interprétatives, d’agencements et de pratiques. La conquête de ouissances d’expression révèle les tensions, les contradictions et les points de rupture qui rendent problématique la composition d’un monde commun. Retrouvant le fil des alertes, des crises et des catastrophes, le séminaire examinera, dans le même mouvement, la fabrique des scénarisations du futur saisies à la fois comme formes de gouvernementalité et comme modalités délibératives propres aux controverses publiques. Par-delà le jeu des utopies et des dystopies, la confection critique des visions du futur pèse sur la portée des disputes et des différends, contribuant à l’ouverture continue des possibles sur laquelle prend appui toute expérience démocratique.

4 novembre 2016 : Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau (GSPR, EHESS) : La pragmatique des transformations.
18 novembre : Jean-Michel Fourniau (GSPR, EHESS) : « L’“acceptabilité sociale” face à la “critique civile” des projets : quels concepts opératoires pour l’analyse pragmatique des conflits territoriaux ? »
2 décembre : Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz (GSPR, EHESS) : « Du Rio Doce au Rio Morto. Protestations, reconstructions et désillusions après la rupture des barrages de Bento Rodrigues (Minas Gerais) »
16 décembre 2016 : Francis Chateauraynaud (GSPR, EHESS) : « Contingence et radicalité. Des micro-mondes à la fédération des causes »
6 janvier 2017 : Nicolas Dodier (Cems, EHESS), « Dispositifs et travail normatif. Une approche processuelle »
20 janvier : Sylvaine Bulle (LabTop-CRESPPA, Paris 8) : « Expérimentation politique, émancipation “contre” la démocratie. Sociologie d’une lutte territoriale (la ZAD Notre-Dame-des-Landes) »
3 février : Stéphanie Dechézelles (Cherpa, Iep Aix-en-Provence) : « Vents de discorde : les critiques du pouvoir et leurs ambivalences dans les conflits autour de l’éolien industriel terrestre en France »
17 février :Mathieu Berger (CriDIS, UCL), « La critique urbaine en régime d’expérimentation. Réflexions à partir du projet MetroLab Brussels »
3 mars : Luigi Bobbio (Département de Science politique, Université de Turin), « Persistances et changements dans un très long conflit territorial. Le regard des sciences sociales sur le cas du Tav en Val de Suse »
17 mars : Anne Mische (Kroc Institute for International Peace Studies), « Futures in Contention: Projective Deliberation and Transformative Politics in the Global Arena »
21 avril : Daniela Festa (CENJ, EHESS), « La créativité des communs : usage de l’espace et usage du droit dans le mouvement de biens communs en Italie »
5 mai : Thomas Lamarche (Ladyss, Université Paris 7), « D’une régulation professionnelle à une régulation néolibérale à l’université »

19 mai : Diane Rodet (Centre Max Weber, Université Lyon 2), « Une économie solidaire divisée : pluralité des registres critiques mobilisés par des producteurs engagés »

 2 juin : Fatimata Ly (Cedem, Sénégal, et GSPR, EHESS), « La trajectoire de la problématique des terres au Sénégal : une gestion participative de la confrontation entre agrobusiness et exploitation familiale? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *