Les marques territoriales : entre mémoires, communautés et débats

Cette contribution a pour but d’alimenter, au sein du groupe de travail « CDE2 Portée », le débat portant sur la manière d’assigner aux dossiers étudiés un référencement territorialisé, en d’autres termes, comment d’une part, appréhender les questions d’ancrages et/ou d’attachements des collectifs qui peuvent se former à l’occasion de la mise en public des affaires[1] ; quelle est, d’autre part, la place des arguments territorialisés dans nos dossiers. Nous partons ici d’une synthèse du travail de thèse intitulé « Le rôle des mémoires collectives dans la construction du sentiment d’appartenance territoriale : le cas du Parc naturel régional du Verdon », codirigé par Jean-Claude Chamboredon et Marie-Vic Ozouf-Marignier et soutenu est juillet 2006 (EHESS Marseille). Le terrain investi alors n’est pas étranger à nos préoccupations actuelles : le Parc naturel régional du Verdon peut en effet aussi être présenté comme le « territoire-support » du deuxième débat public mené en France, en 1998 (un de nos six dossiers traités dans la recherche). Il est relatif à un projet de ligne très haute tension porté par EDF. Devant traverser les territoires du Verdon, l’annonce de sa construction fut rendue publique quelques jours après la publication du décret de création du Parc du Verdon. Ce fut l’événement déclenchant qui a conduit à la demande puis à la tenue du débat public.

Ce travail de réflexion sur les liens entre mémoire et territoire, par l’intermédiaire de ce que nous avons appelé « les marques territoriales », s’insère ainsi dans la logique problématique de notre recherche sur « la portée de la concertation » : ici, c’est le point de départ qui nous retient. Dans une approche qualifiée de « balistique sociologique », et pour garder l’image, on tentera donc d’ancrer les canons d’où sont partis les projectiles…

Enfin, ce sera aussi l’occasion de nous interroger par la suite sur la pertinence de l’approche en termes de « territoire », comparée à celle, spatialement et socialement, multi-scalaire de « milieu » (voir contribution M.Leborgne sur « Milieu » à venir).

Contexte problématique

Le maillage historique du territoire français (communes, départements, régions) est depuis une dizaine d’années au centre des préoccupations administratives qui constatent un découplage croissant entre la fonction originelle des découpages anciens et les nouvelles pratiques territoriales, en termes de mobilité des populations, d’efficacité économique mais aussi en lien avec de nouvelles échelles à prendre en compte tel que l’espace européen et ses coopérations transfrontalières. Recompositions intercommunales, valses des territoires, on assiste donc aujourd’hui à l’émergence de nouvelles entités de référence (« bassins de vie », « d’emploi », intercommunalités…) qui se veulent en phase avec la fluidité des rapports de l’homme à ses espaces de vie. Pourtant, et c’est l’hypothèse que nous mettons en avant, la désindexation de l’homme à son espace de vie ne peut être totale. Des « points d’ancrage » ont toutes les chances d’exister. Ils constitueraient un des éléments forts de « la construction du sentiment d’appartenance territoriale ». Ces points d’ancrage, nous les appellerons « marques territoriales » : les mémoires collectives des groupes sociaux qui les portent en seraient un des principes forts. Imprimant durablement certaines entités territoriales, elles leur confèreraient la capacité de « résister » à cette désaffiliation socio-spatiale annoncée. On trouverait là les bases d’un processus complexe qui n’arrêterait pas le mouvement, mais lui donnerait des cadres.

Éléments d’une sociologie de la marque territoriale

La question que nous avons soulevée dans notre thèse a donc été de savoir quel rôle peuvent jouer les mémoires collectives dans la construction du sentiment d’appartenance territorial.

Trois interrogations lui sont liées :

  1. celle, comme dit Paul Ricœur[2], du « porteur de mémoire ». La question du qui, autrement appelée celle de l’affiliation.
  2. la question du quoi : qu’est-ce qui, dans la mémoire et les rapports au temps, a un impact dans le champ territorial ?
  3. la question du comment : de quelle manière, accessible, peut-on voir les effets de l’une sur l’autre ?

Le terrain

Mais proposer un travail sur la mémoire, en rapport avec la construction du sentiment d’appartenance territoriale, peut interroger. Mobilité et « présentisme » s’affichant sur le devant de la scène, comment en effet ne pas penser à certains relents conservateurs du temps où mémoire et territoire se mêlaient pour définir la nation ou s’affichaient pour revendiquer la petite région ?

A partir de la fin des années 70-début des années 80, deux éléments sont toutefois venus réorienter cette tendance « immobilisante » du recours au passé dans ses rapports à la dynamique des territoires : il s’agit d’une part de la question de la place de la nature dans les sociétés contemporaines (l’ordre écologique) et d’autre part de l’entrée en scène de la notion de patrimoine dans laquelle l’homme, la nature, la culture et l’espace font système[3]. Comment donc aborder ces « catégories d’évidence » qui font jouer ensemble mémoire, territoire, nature, patrimoine ? Comment les rendre palpables ? Leur objectivation s’imposait à nous. C’est la raison pour laquelle il nous fallait trouver un terrain de travail qui avait la capacité (ou la volonté) de les intégrer toutes ensemble, voire de les publiciser. Une structure de gestion territoriale est, en France, dédiée en grande partie à cela : les Parcs naturels régionaux. Invention de la DATAR à la fin des années 60, les PNR sont en effet envisagés à l’origine comme des structures de gestion de territoires particuliers ; ils viennent, en synergie, combler un manque (urbain) et remplir un vide (rural ou péri-urbain). Les dimensions naturelle, patrimoniale et mémorielle sont présentées comme étant au principe de leur avènement ; le tout dans une stratégie économique (de développement local) et sociale (d’éducation et de mixité sociale) prégnante, bien que souvent occultée. Le terrain que nous avons donc investi s’accordait avec ces principes : les pays du Verdon, dans le sud-est de la France, entre le haut Var et les Alpes-de-Haute-Provence, haut lieu du tourisme mondial, devenus « Parc naturel régional du Verdon » (45 communes) seulement en 1997 ; comme si ce territoire avait été tenu à l’écart, conséquence d’oubli et de résistance. Et en effet, cette thèse relate finalement l’histoire de résistances au pluriel. Les notions d’ancrage ou de marques y prennent ainsi toute leur importance :

. résistance à l’Autre (technicien ou visiteur),

. résistance au temps (et la question de l’oubli),

. résistance à certains changements (dans ce que certains appellent la valse des territoires).

C’est aussi l’histoire d’individus sociaux qui souhaitent opérer le passage de la résistance à la « pacification » ou en tout cas à la manière de faire communauté sur un espace particulier, puisqu’environnementalement remarquable. C’est ce que nous avons défini comme étant le projet socio-territorial du Parc naturel régional du Verdon. Plus que sur le plan de l’administration des territoires, de la politique locale ou de la protection d’un environnement prestigieux mais fragile, le projet de territoire porté par le Parc aurait à voir avec le rôle qu’il peut jouer au niveau des rapports construits au passé des territoires. Il incarnerait la rencontre entre la construction sociale d’une mémoire territoriale et sa mise en visibilité (on pourrait dire aussi sa mise en scène publique). La publicisation des territoires (labellisés PNR) correspondrait ainsi à un travail de fonctionnalisation de la mémoire territoriale, dont la mise en patrimoine (étymologiquement, « les biens du père ») constitue un des éléments forts. S’accorder sur ce qu’on donne en patrimoine (à l’Autre mais aussi à Soi) apparaîtrait alors comme un moyen de faire communauté.

Retour sur les « marques territoriales » : Maurice Halbwachs et après

La première partie de la thèse s’attache, après un retour sur un certain nombre de textes fondateurs, à définir ces marques territoriales. Elles prennent leur source dans le constat d’un manque partiellement comblé par les sciences sociales depuis que le sociologue Maurice Halbwachs[4] interrompit brutalement ses travaux à la fin de la Seconde Guerre dans le camp de concentration de Buchenwald : celui des rapports entre mémoire et, non pas espace, ni lieux mais, territoire. Dans ce diptyque, outre sa mise en synergie, c’est à des questions d’échelle qu’on se confronte :

. chez Halbwachs, avec sa valse-hésitation entre l’individu et le collectif comme sujet porteur de mémoire,

. chez les sociologues ou les géographes, la difficile détermination ou le difficile passage entre le lieu et le territoire.

L’espace d’Halbwachs, dans sa conception la plus proche de ce qu’on appelle aujourd’hui territoire (terme peu usité jusqu’au milieu du siècle) s’arrête à une abstraction (c’est l’espace juridique ou l’espace mathématique de « la mémoire collective », publié de manière posthume en 1950).

L’idée de la marque vient plus précisément d’un autre ouvrage du sociologue, intitulé « La topographie légendaire des Evangiles en Terre Sainte » (1941) où, en réponse aux critiques de Marc Bloch l’historien, l’auteur s’attache à un travail à la fois d’érudition (sur les pas du Christ en quelque sorte) et de réflexion inédite sur le rôle des lieux (et leur succession, pèlerinage) dans la localisation du souvenir. Il parle de traces comme supports stables du souvenir. Nous parlerons de « marque » pour deux raisons que condense le terme :

. l’empreinte, ce qui reste, l’accessible, le factuel de la mémoire,

. étymologiquement, la marque, c’est la marche, la frontière : donc ce qui définit un dedans et un dehors, bref une portion d’espace, un territoire.

La marque est une empreinte qui fait territoire : temps et espace s’y mêlent, dans une acception sociale de la dimension spatiale. D’où le recours aux réflexions de Michel de Certeau[5] qui voit dans le territoire la mise en mouvement des lieux qu’il résume dans la phrase : « le lieu est au mot ce que l’espace ou le territoire est à la parole ». Nous y avons vu une manière pertinente de pointer ce qui manquait jusqu’alors dans la construction de l’architecture territoriale : la relation sociale.

La marque territoriale telle que nous l’avons définie se présente donc comme une synthèse d’éléments qui condensent les dimensions spatiale, mémorielle, factuelle et relationnelle. Deux parmi ces éléments ont retenu notre attention : la figure du pionnier d’une part et les événements spatialisants d’autre part, ceux qui laissent une empreinte physique a priori accessible sur un territoire. Tous deux ont constitué notre « matière de mémoire » (deuxième partie de la thèse), choix d’éléments ordonnés de manière chronothématique qui ont structuré depuis le milieu du XIXème siècle les territoires verdoniens et seraient ainsi amenés à en circonscrire les marques.

Une sociologie de la marque se présente ainsi comme une sociologie de sa construction et de sa réception (troisième partie de la thèse).

Des marques territoriales pour faire communautés ?

Envisagées comme telles, les marques territoriales ont ainsi pour rôle de créer les cadres sociaux de cette construction communautaire, notamment dans ses rapports au passé.

Quels sont les fondements de cette construction communautaire dans les territoires verdoniens ?

– Un paradoxe d’abord comme premier fondement :

. le Verdon c’est à la fois le « Territoire sans nom » de Michel Marié[6] et le « territoire du vide » d’Alain Corbin[7] (exode rural, hémorragies des guerres, infrastructures défaillantes en termes de services aux populations, désintérêt pendant longtemps de la puissance publique, autre que purement fonctionnel…),

. mais le Verdon, c’est aussi le territoire du trop plein (touristique), de la convoitise (projets et réalisations hydroélectriques depuis le milieu du XIXème siècle), d’un certain type de colonisation (on pense ici au camp de Canjuers, le plus grand camp d’entraînement militaire d’Europe).

L’implication gestionnaire fut tardive (les gorges, haut lieu du tourisme français, ne furent classées qu’en 1990 par exemple). De par cet espace laissé vacant, c’est le local qui prit en charge la fonction identitaire des lieux : Maurice Janetti, député-maire d’un village du bas-Verdon en est l’illustration la plus parlante. A partir du milieu des années 70, il incarne, avec son équipe, le travail de passage d’un espace politique de démonstration à un référent mémoriel de territorialisation. Cette révélation de l’évidence naturalo-fonctionnelle des territoires verdoniens (l’unification d’un espace de part et d’autre d’une rivière jusqu’alors frontière) a rendu difficile aujourd’hui dans le Verdon l’émergence de territoires nouveaux. C’est précisément ce à quoi se confronte le Parc depuis sa création : parvenir à créer une mémoire sociale (ou « courant de pensée » selon Halbwachs) capable de soutenir les fondations d’une unité territoriale portée par une communauté de projet mais aussi, et c’est le problème, fortement empreinte d’urbanité ? On le rappelle, les PNR ont paradoxalement et finalement plus à voir avec l’urbain qu’avec le rural (dans leur conception comme dans leur destination). Cette tension prend toute sa force dans le Verdon qui, de par son histoire notamment,  a « acquis la prédisposition »  d’une posture de différenciation marquée entre l’urbain et le rural.

– Deuxième fondement de la construction communautaire : les différentes modalités de rapports au passé rencontrées auprès des acteurs locaux. Trois émergent en particulier : le rappel, la reconstruction/invention, l’évitement/enfouissement. Cette dernière, centrale dans le Verdon, émane de la rencontre avec ceux qu’on pourrait appeler des « instances personnifiées de régulation et de contrôle pour l’accès à « l’essence » du territoire ». Elles (ou ils) sont détentrices de « poches de mémoire » insondables et qui ne ressortissent pas à quelque chose de l’ordre de la préservation de la sphère privée mais bien de ce qu’on peut ou pas (veut ou pas) dire sur le territoire (« double-fond »). Paul Ricœur pointe le paradoxe de l’oubli en rappelant le caractère objectal de la mémoire (« on se souvient de quelque chose ») : il poursuit en posant la question suivante, paradoxe de l’oubli : comment savoir qu’on a oublié sinon sous le signe du souvenir de l’oubli ? Oubli et mémoire sont intimement liés, le premier étant même pour Ricœur une des conditions de la seconde. Ce détour par Ricœur pour dire que dans le Verdon, on fait acte d’oubli et c’est une forme de résistance. Le territoire du vide se remplit (physiquement, mentalement – mythes-, administrativement –PNR, Pays, …) mais l’immunisation à l’autre reste forte.

Dès lors, la communauté locale ne peut qu’être partielle. C’est ici qu’intervient une des caractéristiques fortes, métonymique presque des territoires verdoniens : la prégnance des éléments du donné géographique (géologique pourrait-on dire) renforcé par le construit historico-symbolique (décrit dans la deuxième partie de la thèse). Pour le dire autrement, le territoire s’efface au profit des lieux et cette référence aux lieux (hauts lieux naturels) apparaît comme une manière d’éviter les implications mémorielles des communautés. Envisagée comme anhistorique à l’échelle des préoccupations gestionnaires, la référence aux lieux nivelle les communautés en leur fixant un point commun d’ancrage, voir d’accord : la nature atemporelle ou la marque indélébile. C’est au prix de cet accord dur mais factice que se condense le plus grand dénominateur commun de l’ensemble des communautés locales.

Quoiqu’il en soit, c’est cette communauté partielle que la structure de Parc doit gérer. Elle est partielle dans tous les sens du terme : partielle, on l’a vu, dans son essence, mais aussi partielle dans sa présence ou son intermittence –saisonnalité-). Le Parc se positionne pour cela dans la recherche d’un système commun de représentations des rapports au passé, socialement construit. Confrontée à la fermeture (des mémoires), la mise en patrimoine est reçue comme une ouverture (économique, sociale, mémorielle). C’est semble-t-il dans cet entre-deux inabouti, avec l’idée de nature au centre, que se trouvent les conditions d’existence de cette nouvelle marque territoriale en gestation que constitue le Parc, marque territoriale particulière dans laquelle « l’oubli conscient » joue un rôle qu’on qualifiera, à la suite de Ricœur, de salvateur.

D’une sociologie de la marque aux arguments territorialisés des mobilisations ou quand le débat s’invite sur le territoire

C’est la première image : celle de l’église dynamitée d’un village qui doit disparaître sous les eaux d’un lac en construction. A l’origine : le dernier des cinq barrages hydroélectriques EDF qui depuis le début du XXème siècle domptent la rivière Verdon au service de « la fée électricité ». La photo date du 5 mars 1974 : il s’agit du village des Salles, dans le haut Var, aujourd’hui sous les eaux du lac de Ste-Croix. Elle est projetée sur un écran géant dans une salle des fêtes, à Brignoles (moyen Var) : on est le 12 septembre 1998, à la réunion de clôture du débat public qui se tient depuis le mois de mars de la même année et relatif à un projet EDF de ligne très haute tension de 2*400.000 volts entre le poste électrique de Boutre (dans l’ouest du Var) à celui de Carros (au-dessus de Nice).

L’objet du débat

En quelques mots : le réseau électrique national français se compose de différentes régions électriques. Chacune de ces régions est maillée par un réseau de lignes très haute tension (THT, 400.000 volts) sous forme de boucle ; c’est le système de sécurisation du réseau national : si la ligne THT connaît une coupure à un endroit de son parcours (incendie, chute d’avion, …), le système de bouclage permet à l’électricité d’être véhiculée par l’autre brin de la boucle. En France, deux régions électriques ne sont pas encore « bouclées » : la région Bretagne et la région Sud-Est (PACA). C’est la raison pour laquelle dès le milieu des années 80 l’entreprise EDF alerte les pouvoirs publics d’un problème de sécurisation du réseau dans ces deux régions. Or, boucler un réseau est synonyme de construction d’une ligne 400.000 volts (pylônes de près de 40 mètres de haut) entre les deux points non reliés. L’opposition au projet est farouche en Bretagne. En région PACA, le projet EDF a fait l’objet, en 1998, d’une mise en  débat sur les territoires potentiellement traversés. Une année auparavant, deux événements se bousculent :

. la création de la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), issue de la loi Barnier de 1995,

. la création du Parc naturel régional du Verdon en mars 1997, territoire concerné en plein par le passage de la ligne.

Le débat public (type loi Barnier) organisé dans la région du Verdon fut le second en France. Il fut, et reste, un modèle du genre[8]. Nous avons présenté, ailleurs, des éléments descriptifs et analytiques de ce moment particulier dans la genèse d’un référentiel participatif en France. D’une durée de six mois, ce moment fort de concertation ouvrit un espace d’échanges et d’actions s’étendant bien au-delà des arènes légales, strictes et cadrées que lui conféra la loi Barnier.

A cette époque, ce débat a d’abord été une « intrusion » extérieure pour qui travaille sur les questions identitaires dans le Verdon en lien avec les mémoires collectives du territoire. Mais rapidement, et au vu de la tournure des débats, un renversement, ou au moins un équilibrage, s’est opéré : si le débat avait pu s’inviter sur le territoire[9], le territoire, par le biais d’un certain type d’argumentaire mobilisé pour l’occasion, s’invitait au débat. L’analyse des mécanismes participatifs d’une procédure alors nouvelle dans laquelle technique, territoire et société allaient jouer ensemble s’est donc ouverte. Avec un semble de questions :

. en quoi ce débat public est ou non une épreuve pour la toute récente structure de Parc ?

. Comment cette dernière est convoquée dans les débats ?

. Est-elle en train d’apparaître comme un référent nouveau, par la force des choses et des événements ?

. De quelle manière la société locale peut-elle la prendre comme bannière ? Et son corollaire : quels sont les individus ou groupes porteurs de cette stratégie d’affiliation locale comme argument de la controverse ?

La dimension territorialisée des pratiques et représentations s’est ici avérée médiatrice. Ainsi par exemple, le recours à l’histoire locale des territoires verdoniens et à sa mémoire dans les groupes sociaux contemporains permettent-ils d’interpréter avec plus de hauteur la réception locale d’un acteur tel qu’EDF, maître d’ouvrage d’un important projet d’aménagement dans le Verdon ; dès le début du débat, son ouvrage projeté (la ligne) a été mis en lien, localement, avec un passé presque séculaire[10] et toujours conflictuel régissant les rapports entre les territoires verdoniens et la question de la production hydroélectrique : la mémoire du territoire s’invite au débat. Elle devient un élément structurant de la construction argumentaire des parties débattantes.

De la même manière, si le maître d’ouvrage est entré en débat armé par la défense de l’intérêt général du service public de l’électricité, le déroulement du débat a vu émerger puis s’imposer dans les discussions un autre intérêt général concurrent : celui de la défense des paysages au nom d’un développement durable local. Mais qui le porte ?

Cette question nous a enfin poussé à nous intéresser à une des particularités des débats publics tels qu’instaurés par la loi Barnier de 1995[11] : celle de rendre visible de manière assez nette la constitution à l’œuvre des groupes débattants : récurrence des réunions et publicisation des débats participent notamment de cette « cristallisation des forces ». D’où l’intérêt porté à ce que nous avons appelé les « communautés débattantes », la manière dont elles se constituent et qu’elles ont de perdurer ou non. C’est la raison pour laquelle nous avons pu envisager l’espace-temps « débat » comme jouant le rôle d’un véritable cadre social délibératif de l’existence d’une communauté débattante produite in fine par le débat : mémoire courte des débats et mémoire longue du territoire, territoire pour le projet et projet pour le territoire, communauté scindée que rapproche la question de savoir de quoi on débat mais qu’écartent les solutions envisagées, … Telles sont les questions qui constituent un des axes de nos réflexions : d’une sociologie de la marque aux arguments territorialisés des mobilisations, tel est donc l’itinéraire que nous pouvons faire suivre au « territoire ».

Mathieu Leborgne

chercheur associé au LAMES


[1] C’est ce qui correspond à la définition que nous donnerons au mot « dossier » : il y a dossier dès lors qu’une affaire est rendue visible dans l’espace public.

[2] Ricœur P., 2000, La mémoire, l’histoire, l’oubli. Seuil, L’ordre philosophique, 676 p.

[3] L’instauration, au début des années 80, des « journées du patrimoine » enregistre cette attention forte et durable accordée aux « biens du père ».

[4] Et notamment ses trois contributions fondatrices sur le sujet :

.        Halbwachs M., 1971(1941), La topographie légendaire des Evangiles en Terre Sainte, PUF, Bibliothèque de sociologie contemporaine, 171 p.

.        Halbwachs M., 1994 (1925), Les cadres sociaux de la mémoire, Albin Michel, Bibliothèque de l’évolution de l’Humanité, 367 p. (postface de G.Namer)

.        Halbwachs M., 1997 (1950), La mémoire collective, Albin Michel, Bibliothèque de l’évolution de l’Humanité, 295 p. (postface de G.Namer)

[5] De Certeau M., 1990, L’invention du quotidien, Arts de faire, Gallimard, Folio Essais, 350 p.

[6] Marié M. (en collaboration avec Tamisier C.), 1982, Un territoire sans nom. Pour une approche des sociétés locales, Librairie des méridiens, 176 p.

[7] Corbin A., 1993, Le territoire du Vide. L’Occident et le désir du rivage (1750-1840), Collections Champs, Flammarion.

[8] Voir notamment Fourniau J.M., 1997, Figures de la concertation « à la française » in Gariépy M. et Marié M. (dir.), Ces réseaux qui nous gouvernent ?, L’Harmattan, Paris et Montréal, pp.373-401.

[9] La procédure de débat public, dans ses premiers textes, prévoit en effet qu’un tel débat (relatif à un projet lourd d’infrastructure d’aménagement du territoire) se tienne de manière impérative, qu’il soit demandé ou non par la « société locale » concernée. Dans tous les cas, c’est au maître d’ouvrage (ici EDF) de financer le débat qui est organisé par la CNDP.

[10] Les premiers aménagements hydroélectriques datent des années 20 dans le Verdon. Les compagnies régionales d’électricité (rassemblées sous la bannière EDF en 1946) font donc partie intégrante du paysage verdonien, dans tous les sens du terme ; avec deux villages noyés, le paysage ne peut toutefois être totalement serein.

[11] Complétée depuis lors par la loi de démocratie de proximité de 2002.


2 réflexions au sujet de « Les marques territoriales : entre mémoires, communautés et débats »

  1. Bonjour
    merci pour ce billet fort dense et original – qui sonne agréablement, déjà dans sa langue si particulière du point de vue de la sociologie des controverses et des débats publics qui a en effet beaucoup à apprendre et à réfléchir sur la relation entre territoires et mémoires.
    Comme les commentaires se font rares sur ce carnet et qu’il va bien falloir que ça change, je me permets d’esquisser deux ou trois questions, sans doute maladroites mais permettant sans doute d’amorcer une discussion qui le sera moins.

    D’abord une question sur la manière dont la dialectique de la mémoire et de l’oubli au coeur de la production des marques territoriales peut être rendue compatible avec une sociologie de l’action et du jugement qui use (et abuse il est vrai) du langage des acteurs – ici à part EDF seule entité qualifiée d’acteur, on n’a pas d’acteur à toutes les sauces ; comme dit plus haut ça rafraîchit mais peut-on poser des entités ou des entéléchies aussi abstraites que le territoire et la mémoire sans passer par leurs formes d’incarnation ou de ré-incarnation, toujours situées et en interaction ? On voit bien, notamment via les PNR, que ça se construit dialectiquement mais cette dialectique semble délibérément réécrite par la prose du chercheur. Peut-on aller jusqu’à dire que l’arrivée du débat public c’est le basculement dans une logique d’acteurs – au sens où personnes et groupes, communautés et réseaux locaux se mettent à raisonner aussi en terme d’acteurs – bref une sociologisation du milieu ?

    Ensuite une question de portée plus générale encore. Les questions de territoire, de passé et d’identité, d’intrusion et de résistance sont au coeur de multiples conflits qui alimentent quotidiennement la glose géopolitique. Jusqu’où peut-on opérer des comparaisons, risquer des analogies, développer des rapprochements ? Le thème de la violence n’est pas développé dans le billet, est-il « hors sol » pour utiliser cette formule à la mode qui marque l’absence d’ancrage.

    Puisque le mot « ancrage » est lâché – dans le billet ils ‘agit surtout de « points d’ancrage », quelle place est accordée à l’expérience sensible, à la perception au sens phénoménologique, qui n’est pas évoquée dans le billet. La question du paysage est présent dans une figure de l’atteinte ou du coup porté (allusions aux villages noyés …) mais comment se trame – au sens fort – le passage du sensible à l’esthétique du paysage ? Est-ce un des éléments porteurs de l’argument du territoire ?

    Enfin, en anticipant le billet qui est annoncé sur la notion de milieu, des géographes ont très certainement traité du Verdon. Quelle place leur accorder dans la production des marques – sont-ils de simples objectivateurs ou cartographes – quelles médiances ont-ils contribué à produire – et dans la foulée est-ce que les réflexions et travaux de gens comme Augustin Berque entrent ici en résonance avec l’approche proposée ?

    Bon c’est surtout histoire de marquer (sic) une lecture et de tendre la perche pour une poursuite du billet dans les commentaires – une forte d’extension de sa mémoire …

    à plus
    FC

  2. Ping : La portée des dispositifs participatifs face au retour du conflit | Portée de la concertation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *