De l’alerte au conflit. La sociologie argumentative et la balistique des causes collectives

Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau

GSPR EHESS

Séminaire 2010-2011
Séminaire bi-mensuel du 5 novembre 2010 au 3 juin 2011
1 et 3ème vendredis du mois de 11h à 13h
105, bd Raspail – 75006 Paris, salle 8


Un point sur les travaux sur la démocratie participative


Présentation des séances du séminaire « De l’alerte au conflit »

Depuis plus d’une dizaine d’années, l’analyse des formes de mobilisation et des débats publics est au cœur des sociologies contemporaines. Les outils forgés par la sociologie des alertes et des controverses mettent l’accent sur les procédés par lesquels des acteurs parviennent à faire surgir de nouveaux arguments et à porter leur cause dans l’espace politique. Mais, qu’il s’agisse d’énergie nucléaire ou d’OGM, de nanotechnologies ou de climat, de professionnels en colère ou de collectifs de sans-papiers, le langage de description sociologique doit intégrer les figures de la critique radicale et rester symétrique face au partage des orientations entre quête de régulation et logique de conflit.
En s’exerçant à penser les conditions du renouvellement de la pragmatique des épreuves publiques, conçues comme des échangeurs entre forces et légitimités, ce séminaire étudie les formes de convergence ou de divergence des modes de protestation et des trajectoires suivies par les causes les plus diverses. On y regardera en détail comment s’élaborent et se transforment les relations entre les activités et les milieux, la production des arguments et des principes de jugement, la participation aux dispositifs de délibération et l’expression de rapports de forces. Associant continûment la discussion conceptuelle et la comparaison d’études de cas, les travaux porteront sur toute la gamme des cas de figure allant des scènes d’action locale – conflits d’implantation d’installation industrielle par exemple – jusqu’aux arènes internationales – à travers la production de causes internationales. En confrontant chaque nouveau cas à la collection des dossiers étudiés ces dernières années, on montrera comment, à travers la confection critique de leurs arguments, les acteurs articulent différentes échelles et temporalités, contribuant ainsi à définir la portée des controverses et des conflits. L’objet d’une balistique sociologique peut être en effet de rendre compte de la performativité des opérations critiques à travers leur insertion tant dans les réseaux institutionnels que dans les espaces médiatiques.

  1. Vendredi 5 novembre 2010 :
    Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau (GSPR)
    De la démocratie participative en régime de dissensus
  2. Vendredi 19 novembre :
    Francis Chateauraynaud (GSPR)
    Le for intérieur, un appui ultime de la résistance ?
  3. Vendredi 3 décembre :
    Jean-Michel Fourniau
    Contestation, délibération et représentation : trois figures du débat comme procédure de légitimation des décisions publiques
  4. Vendredi 17 décembre 2010 :
    Dominique Bourg (Université de Lausanne)
    Vers une démocratie écologique.
  5. Vendredi 7 janvier 2011 :
    Mario Gauthier (Université du Québec en Outaouaouais)
    Le BAPE et l’institutionnalisation du débat public au Québec
  6. Vendredi 21 janvier :
    Pierre Hamel (Université de Montréal)
    La gouvernance métropolitaine à l’épreuve de la pensée critique et de l’action collective
  7. Vendredi 4 février :
    Irène Pereira (IRESMO)
    Perspective comparative sur les topiques et les schèmes argumentatifs dans les controverses savantes en sciences sociales et les débats militants de la gauche radicale
  8. Vendredi 4 mars :
    Jean-Noël Jouzel (CSO)
    La santé environnementale dans la généalogie des nanotechnologies en tant que problème public
  9. Vendredi 18 mars :
    Brice Laurent (CSI)
    Éthique intégrée vs éthique objective. Problématiser les nanotechnologies comme question éthique en Europe et aux Etats-Unis.
  10. Vendredi 1er avril :
    Matthieu Hubert, Jean Foyer, Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau (GSPR)
    Les nanotechnologies vues des laboratoires
  11. Vendredi 6 mai :
    Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz (GSPR)
    NGOS and Public agencies, between collaborative expertise, polemics and political lobbying. Looking back to an inquiry in Washington DC
  12. Vendredi 20 mai :
    Laura Centemeri (Université de Coimbra)
    L’engagement environnementaliste local dans les conflits d’infrastructures en Italie
  13. Vendredi 3 juin 2011 :
    Luigi Pellizonni (Université de Trieste)
    Ways of searching for the common good. On the political meaning of deliberative forums

Télécharger la bibliographie


Ce contenu a été publié dans Annonces par Jean-Michel Fourniau, et marqué avec , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Jean-Michel Fourniau

Sociologue, Jean-Michel Fourniau est directeur de recherche au laboratoire Dynamiques Économiques et Sociales des Transports, département "Aménagement, Mobilités, Environnement" de l’Institut français des sciences et des technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (IFSTTAR-DEST). Il est également membre du Groupe de sociologie pragmatique et réflexive de l’École des hautes études en science sociale (GSPR, EHESS) dirigé par Francis Chateauraynaud. En 2009, il a créé le Groupement d’intérêt scientifique "Participation du public, décision, démocratie participative". Il en est le directeur, Patrice Duran en assurant la présidence pour le compte du CNRS, et Loïc Blondiaux la présidence du Conseil scientifique.

Une réflexion au sujet de « De l’alerte au conflit. La sociologie argumentative et la balistique des causes collectives »

  1. Ping : Les arsenaux argumentatifs. Marc Angenot au séminaire De l’alerte au conflit | Socio-informatique et argumentation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *