Le for intérieur, un appui ultime de la résistance ?

Depuis le début de l’année 2010, une question est devenue préoccupante : celle des appuis ultimes dont disposent les personnes et les groupes face à des processus invasifs ou intrusifs capables de les redéfinir voire de les dissoudre, ou pour le moins de leur imposer de manière radicalement asymétrique un ou plusieurs systèmes de contrainte ou, ce qui revient au même, une forme unique de rationalité fondée sur un néo-positivisme conquérant – comme celui des neurosciences cognitives. Cette question se pose à chaque fois que la protestation ou l’opposition entre dans une phase critique – au sens de « perte de prise » – au point de basculer dans la figure de la « cause perdue ». Deux dossiers récents ont ainsi conduit à remettre en scène une notion a priori désuette, comme l’est à peu près devenue la philosophie de la conscience, celle de « for intérieur » : la crise de la recherche et la critique radicale des nanotechnologies menée notamment par le groupe néo-luddite PMO. Face à une configuration politique dans laquelle est dramatisée l’opposition entre la société de contrainte et la liberté individuelle, cette séance de séminaire a ainsi opéré un retour sur une vieille problématique, née au cœur de l’histoire du christianisme : celle de l’intériorité. L’analyse des controverses et des conflits ne peut ignorer un des appuis majeurs revendiqués par les acteurs, y compris au cœur des arènes publiques.

Extraits de la séance du 19 novembre avec Francis Chateauraynaud (GSPR)


Pragmatique de l’intériorité #1



Pragmatique de l’intériorité #2


Pragmatique de l’intériorité #3


Pragmatique de l’intériorité #4


Une réflexion au sujet de « Le for intérieur, un appui ultime de la résistance ? »

  1. Ping : La constitution du sujet. De l’archéologie à la biographie | Portée de la concertation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *