La biodiversité entre science et politique

La biodiversité entre science et politique. La formation d’une institution internationale

Florian CHARVOLIN et Guillaume OLLIVIER

Éditions Petra, Collection Pragmatismes29.00€
Date de parution : 28/04/2017
302 p.
29.00€

La création d’une institution internationale est un fait rare. En 2012, l’IPBES, la
Plateforme Intergouvernementale Science/Politique sur la Biodiversité et les Services
Écosystémiques, voit officiellement le jour. Cet événement prolonge la mise à
l’agenda politique et scientifique de la Biodiversité amorcée dans les années 1980 et
marquée par la signature, en 1992, de la Convention sur la Diversité Biologique ou
encore la publication du Millennium Ecosystem Assessment en 2005. L’IPBES,
discutée dès 2005, marque la volonté de combler un fossé entre science et politique
estimé être à l’origine de l’échec de la gouvernance internationale face à la menace
d’une 6e extinction des espèces.

Ce livre étudie la période de formation de l’IPBES (2005-2012) caractérisée par une
incertitude radicale sur ses contours et son existence même. Associant ethnographie,
sociologie des pratiques documentaires et socio-informatique, les auteurs adoptent un
regard pragmatiste orienté vers les modalités d’existence, sur de multiples scènes, de
cette institution alors en devenir. L’ouvrage décrit les opérations de sa mise en
visibilité sur le Web, suit l’évolution de ses relations avec les institutions préexistantes,
met en lumière le rôle de ses archives documentaires, saisit la performance des
négociateurs en face-à-face et les discussions sur la formulation des textes fondateurs.
Objet de connaissances et d’appropriations multiples, parfois contradictoires, la
biodiversité est au coeur de revendications politiques. Comment les négociations ontelles
pu aboutir, par-delà la variété des conceptions et des stratégies des différents
protagonistes ? Comment les communautés scientifiques, les États, les instances
internationales et les porteurs de causes environnementales sont-ils parvenus à
surmonter les désaccords et les dissonances cognitives et politiques ? À travers son
herméneutique d’une institution en formation, l’ouvrage contribue à relativiser l’idée
d’une fracture irrévocable, souvent dénoncée, entre une diplomatie internationale et
des acteurs de terrain.

>>>>Voir le sommaire

Bienvenue à Maffesoland !

Arnaud Saint-Martin

Chargé de recherche au CNRS, Laboratoire Printemps (CNRS, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), & chercheur associé au GSPR.

arnaud.saint-martin@uvsq.fr

Note critique sur Fabio La Rocca, La ville dans tous ses états, Paris, CNRS Editions, 2013.

Couverture La RoccaHype City, Second City, Mega-city, Sin City… Passée au filtre de la « sociologie de l’imaginaire », l’« expérience urbaine postmoderne » est le prétexte de bien des débordements interprétatifs. Avec La ville dans tous ses états, ouvrage issu de sa thèse, Fabio La Rocca prolonge sur le monde-de-la-ville de l’« homo postmodernus » la pensée de son maître-professeur, Michel Maffesoli. On n’est pas déçu du voyage.

Après avoir lu la préface coupée/collée du directeur de thèse, on est aussitôt frappé par la continuité de vue qui s’énonce dans le reste du livre. L’essai est le décalque presque parfait, jusque dans le style et les tics cognitifs, de ce qu’écrit Maffesoli depuis maintenant plus de quarante ans. Mais comme Fabio La Rocca signe seul, il s’efforce de faire montre d’initiative. Son originalité vient d’abord du choix des thèmes. Parce que Maffesoli ne peut pas tout étudier, quand bien même il est prolixe et cause sur tout, la ville livre quelques boulevards pour son élève. L’originalité résulte aussi, et surtout, de l’« approche climatologique » de l’« atmosphère » des villes actuelles. On ne sait d’où (au feeling peut-être), la climatologie lui a fourni une analogie suggestive ; il la saupoudre à chaque page, sans jamais en spécifier la portée analytique ni les propriétés. En guise de protocole d’enquête, on découvrira que l’approche climatologique « repose sur des observations sur des paramètres et autres variables caractérisant la ville comme la “température sociale”, le “vent culturel”, les “précipitations culturelles” et les “nuages esthétiques” » (p. 29). Cette idée stratosphérique fait corps avec le désir du sociologue d’inhaler l’« air du temps ». En résumé : respirer, renifler le monde, comme a l’habitude de dire Maffesoli. Et aussi s’inspirer d’une foule de penseurs tutélaires : quelques esthètes de « la » ville (Baudelaire, Benjamin, Baudrillard), des philosophes déterritorialisés (Heidegger, Corbin1, Deleuze, Vattimo, Virilio, Sloterdjik) et les socio-anthropologues imaginaires (Durand, Maffesoli). La sociologie, elle, est livrée à la portion congrue.

bogota1

Perdre la sociologie dans les brumes urbaines ?

Lire la suite

  1. Henry le métaphysicien du « monde imaginal », et non pas Alain, l’historien, comme l’écrit imprudemment l’auteur (p. 218). []