Contestation, délibération et représentation : l’institutionnalisation controversée d’un modèle français de débat public

Jean-Michel Fourniau

Des forums hybrides (Callon, Lascoumes et Barthe, 2001), à la proposition d’institution de Conventions de citoyens (Fondation Sciences citoyennes, 2008), ou au projet de bioconstitution (Pour une démocratie écologique, Bourg et Whiteside, 2010), la délibération est promue à la fois pour sa fonction critique du gouvernement représentatif (et de la double délégation politique et scientifique sur lequel il repose) et comme alternative nécessaire à un modèle démocratique devenu incapable de faire face aux grands enjeux contemporains, notamment environnementaux. Cette opposition entre délibération et représentation se dédouble dans le feu croisé des critiques auxquelles l’institution de procédures délibératives reste soumise. La critique radicale, en se réclamant d’une démocratie de contestation, ouvre en effet un 3ème terme dans l’articulation entre délibération et représentation. Trois figures du débat comme procédure de légitimation se distinguent alors par leurs dispositifs ou lieux légitimes (la place publique vs les forums hybrides (les conventions de citoyens) vs Le Parlement) et les instances de légitimation (la critique en acte vs les profanes vs l’opinion) convoquées. On se propose d’explorer ces figures contrastées du débat comme procédure de légitimation en analysant la trajectoire de l’institutionnalisation du débat public en France. Les débats publics organisés par la CNDP semblent en effet offrir une variation suffisante pour documenter l’exploration.

https://www.dailymotion.com/playlist/x1h88f_gspr_ehess_trois-figures-du-debat

Trois figures du débat Introduction #1

Lire la suite

Le for intérieur, un appui ultime de la résistance ?

Depuis le début de l’année 2010, une question est devenue préoccupante : celle des appuis ultimes dont disposent les personnes et les groupes face à des processus invasifs ou intrusifs capables de les redéfinir voire de les dissoudre, ou pour le moins de leur imposer de manière radicalement asymétrique un ou plusieurs systèmes de contrainte ou, ce qui revient au même, une forme unique de rationalité fondée sur un néo-positivisme conquérant – comme celui des neurosciences cognitives. Cette question se pose à chaque fois que la protestation ou l’opposition entre dans une phase critique – au sens de « perte de prise » – au point de basculer dans la figure de la « cause perdue ». Deux dossiers récents ont ainsi conduit à remettre en scène une notion a priori désuette, comme l’est à peu près devenue la philosophie de la conscience, celle de « for intérieur » : la crise de la recherche et la critique radicale des nanotechnologies menée notamment par le groupe néo-luddite PMO. Face à une configuration politique dans laquelle est dramatisée l’opposition entre la société de contrainte et la liberté individuelle, cette séance de séminaire a ainsi opéré un retour sur une vieille problématique, née au cœur de l’histoire du christianisme : celle de l’intériorité. L’analyse des controverses et des conflits ne peut ignorer un des appuis majeurs revendiqués par les acteurs, y compris au cœur des arènes publiques.

Extraits de la séance du 19 novembre avec Francis Chateauraynaud (GSPR)


Pragmatique de l’intériorité #1

Lire la suite