La portée des dispositifs participatifs face au retour du conflit

Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau

  (GSPR / EHESS)                 (GSPR et DEST / IFSTTAR)

Le séminaire De l’alerte au conflit – Logiques argumentatives et trajectoires des mobilisations a repris sa course vendredi 4 novembre 2011 à l’EHESS. La première séance fut l’occasion de revenir sur plus de 8 ans de travaux et d’examiner une série de points critiques liés au développement du champ des études de la participation, dont le récent Congrès du GIS Démocratie & Participation (18-21 octobre 2011) a montré à la fois la dynamique et l’étendue.

 1. La nécessaire mise en variation des scènes de délibération et de discussion étudiées

Lors des premières rencontres entre la sociologie, alors émergente, des débats publics (au sens de la CNDP) et la sociologie pragmatique, particulièrement outillée on le sait pour étudier les formes de la critique, le choc a été frontal entre deux conceptions de la force des arguments : d’un côté une approche qui faisait de la procédure instituée de débat le support incontournable d’une authentique discussion publique notamment en matière de projets d’aménagement et de développement ; de l’autre l’idée, issue d’une longue tradition d’analyse argumentative, que ce sont les procédures contradictoires menant vers un jugement et donc une décision, comme le procès ou le recours contentieux, qui permettent la sélection et la validation des bons arguments. Le débat public pouvait dès lors apparaître comme une voie de contournement du conflit dans son expression contentieuse, judiciaire ou administrative. Lors des premiers travaux et séminaires sur les débats publics il a donc fallu rappeler le rôle performatif pour les acteurs du recours au procès. Ce faisant la sociologie des affaires interrogeait les formes de participation du public aux débats et contraignait à penser les tensions entre accusation portant sur les acteurs et argumentation portant sur les dispositifs.

Le sens du débat public

Lire la suite