Un événement structurant pour la recherche francophone

Le Congrès du groupement d’intérêt scientifique Démocratie et Participation, intitulé Participation du public, démocratie participative : état des savoirs et chantiers de recherche en sciences humaines et sociales, s’annonce comme une étape structurante pour la recherche francophone sur la participation du public aux processus décisionnels et sur la démocratie participative. L’inscription est obligatoire avant le 23 septembre 2011.

Lire la suite

Les arsenaux argumentatifs. Marc Angenot au séminaire De l’alerte au conflit

Nous avons le plaisir de recevoir le 6 mai 2011, dans le cadre du séminaire De l’alerte au  conflit. La sociologie argumentative et la balistique des causes collectivesMarc Angenot, professeur à l’Université McGill.

Cette séance exceptionnelle se tiendra à l’EHESS au 105 Bd Raspail en salle 8 de 11h à 13h.

Depuis La Parole pamphlétaire (1982) — ouvrage majeur aussi bien pour les analyses de discours que pour la sociologie de la critique —, Marc Angenot a poursuivi ses recherches sur les liens entre expressions littéraires et constructions politiques, dont on trouve une synthèse remarquable dans ses Dialogues de sourds (2008).

Marc Angenot n’aborde pas la rhétorique comme un art de persuader considéré comme intemporel, mais l’inscrit dans « une approche méthodologique à inscrire au coeur de l’histoire intellectuelle, politique et culturelle ». Au cours de la séance du 6 mai,  il interviendra sur la notion d’arsenaux argumentatifs qu’il entend comme des schémas de raisonnements récurrents qui engendrent les idées, les doctrines, les systèmes et les «soutiennent».

Le séminaire est ouvert à toute personne intéressée dans la limite des places disponibles.

♦             ♥

Notez dans la foulée que le topo prévu, NGOS and Public agencies, between collaborative expertise, polemics and political lobbying. Looking back to an inquiry in Washington DC, par Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz est du coup reporté au lundi qui suit, le 9 mai, dans le séminaire socioinformatique des controverses Outils et méthodes pour la sociologie des dossiers complexes.

Regards croisés sur les expériences de débat public en France, en Italie et au Québec

Programme du séminaire de recherche

de la PFI Débat public (IFSTTAR)

Mardi 8 février 2011, 9h30 – 17 h

Maison Suger – 16, rue Suger 75005 Paris (M° St-Michel)

Matin (9h30-12h30) – Les forces et des risques de l’institutionnalisation de la participation du public aux processus décisionnel

Luigi Bobbio : Doutes sur l’institutionnalisation du débat public dans un pays où il n’est pas institutionnalisé
Jean-Michel Fourniau : Le processus d’institutionnalisation du débat public en France et sa portée : regard sur un processus réversible
Mario Gauthier : L’institutionnalisation de la participation publique en environnement et urbanisme au Québec : les spécificités du modèle québécois

Après-midi (14h-17h) – Les processus de construction de l’action publique : quel rôle des arènes participatives ?

Pierre Hamel : Quelle place pour la représentation et l’action publique ? Du local au métropolitain à Montréal
Paola Pucci : Projets d’infrastructures et gestion des conflits en Italie : entre centralisme décisionnel et innovations incrémentales
Georges Mercadal : Les politiques publiques face à la participation : étude de cas à partir de l’expérience de la CNDP.

Les intervenants :

Luigi Bobbio est professeur à l’Université de Turin, département de science politique.
Jean-Michel Fourniau est directeur de recherche à l’IFSTTAR, Département économie et sociologie des transports, et responsable de la PFI Débat public.
Mario Gauthier est professeur agrégé à l’Université du Québec en Outaouais, Département des sciences sociales.
Pierre Hamel est professeur à l’Université de Montréal, département de sociologie.
Georges Mercadal a été vice-président du Conseil général des Ponts et Chaussées, puis vice-président de la Commission nationale du débat public.
Paola Pucci est professeur à Polytechnique de Milan, département Architecture et Planification.

L’inscription au séminaire est libre mais obligatoire compte tenu de la taille limitée de la salle.

Inscription auprès de Jean-Michel Fourniau


Lire la suite

La portée de la participation dans une approche de balistique sociologique

« Ce n’est pas une astuce technique qui a permis de traiter le problème politique, c’était de regarder en face les conclusions du débat public. (…) Quand vous avez un maître d’ouvrage qui était sur une lancée, un débat public qui diverge par rapport à cette lancée, il fallait aussi que RFF fasse sa mue sur le sujet, il n’y avait pas que l’opinion publique qui devait évoluer, RFF aussi, la technostructure devait évoluer. » Yves Cousquer, verbatim de la réunion du 9 juin 2010, au palais des Congrès de Marseille, de bilan des concertations post-débat public sur la LGV Paca, p. 23 (http://www.lgvpaca.fr/pdf/Verbatim_reunion_du_9_juin2010-01.pdf)

Ce propos d’Yves Cousquer, revenant sur la mission que le gouvernement lui avait confiée en 2009 avant de décider du choix de l’option de tracé de la LGV Paca, désigne remarquablement l’objet de notre recherche sur la portée de la concertation. Comment un moment de concertation – un débat public, ici – avec sa part de jeu d’argumentation peut-il infléchir – faire diverger, ici – la trajectoire d’un dossier « sur sa lancée », en reconfigurant le jeu des acteurs – maître d’ouvrage, État, opinion publique, ici ? Cet extrait comme beaucoup d’autres que nous pourrions extraire des corpus de documents rassemblés indiquent que le vocabulaire d’une balistique des « problèmes politiques » est communément utilisé par les acteurs des dossiers que nous étudions. Il ne s’agit pas pour eux de raisonner en termes d’effets de la participation du public sur les décisions, selon un schéma causal linéaire qui pourrait motiver leur « entrée en concertation », mais de comprendre quelles prises peut leur donner leur implication dans des dispositifs de participation sur un dossier qui les concerne, pour en modifier la trajectoire. La visée de notre recherche est de produire une description de ces prises et un modèle d’intelligibilité des conditions de leur efficacité.

C’est pourquoi nous avons proposé de délaisser l’entrée, classique en matière d’évaluation de la participation, cherchant à dresser la liste de ses effets possibles et à vérifier leur réalisation ou non, pour emprunter à nos acteurs leur vision balistique et avancer la notion de portée de la participation du public.

Cette démarche et les éléments qui suivent sont largement inspirés par l’ouvrage à paraître de Francis Chateauraynaud : Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique (Paris, Éditions Pétra, 2011), notamment le chapitre IV qui développe un modèle de balistique des causes collectives, dans l’optique d’une sociologie pragmatique des transformations. Outre la prise au sérieux de la notion de trajectoire, et plus particulièrement de trajectoire argumentative, ce modèle fait jouer un rôle majeur à la notion de portée, dont le rôle conceptuel a déjà été esquissé dans un article paru en 2007 dans la Revue Européenne de Sciences Sociales, sous le titre : La contrainte argumentative. Les formes de l’argumentation entre cadres délibératifs et puissances d’expression politiques.

Lire la suite

Contestation, délibération et représentation : l’institutionnalisation controversée d’un modèle français de débat public

Jean-Michel Fourniau

Des forums hybrides (Callon, Lascoumes et Barthe, 2001), à la proposition d’institution de Conventions de citoyens (Fondation Sciences citoyennes, 2008), ou au projet de bioconstitution (Pour une démocratie écologique, Bourg et Whiteside, 2010), la délibération est promue à la fois pour sa fonction critique du gouvernement représentatif (et de la double délégation politique et scientifique sur lequel il repose) et comme alternative nécessaire à un modèle démocratique devenu incapable de faire face aux grands enjeux contemporains, notamment environnementaux. Cette opposition entre délibération et représentation se dédouble dans le feu croisé des critiques auxquelles l’institution de procédures délibératives reste soumise. La critique radicale, en se réclamant d’une démocratie de contestation, ouvre en effet un 3ème terme dans l’articulation entre délibération et représentation. Trois figures du débat comme procédure de légitimation se distinguent alors par leurs dispositifs ou lieux légitimes (la place publique vs les forums hybrides (les conventions de citoyens) vs Le Parlement) et les instances de légitimation (la critique en acte vs les profanes vs l’opinion) convoquées. On se propose d’explorer ces figures contrastées du débat comme procédure de légitimation en analysant la trajectoire de l’institutionnalisation du débat public en France. Les débats publics organisés par la CNDP semblent en effet offrir une variation suffisante pour documenter l’exploration.

https://www.dailymotion.com/playlist/x1h88f_gspr_ehess_trois-figures-du-debat

Trois figures du débat Introduction #1

Lire la suite

Le for intérieur, un appui ultime de la résistance ?

Depuis le début de l’année 2010, une question est devenue préoccupante : celle des appuis ultimes dont disposent les personnes et les groupes face à des processus invasifs ou intrusifs capables de les redéfinir voire de les dissoudre, ou pour le moins de leur imposer de manière radicalement asymétrique un ou plusieurs systèmes de contrainte ou, ce qui revient au même, une forme unique de rationalité fondée sur un néo-positivisme conquérant – comme celui des neurosciences cognitives. Cette question se pose à chaque fois que la protestation ou l’opposition entre dans une phase critique – au sens de « perte de prise » – au point de basculer dans la figure de la « cause perdue ». Deux dossiers récents ont ainsi conduit à remettre en scène une notion a priori désuette, comme l’est à peu près devenue la philosophie de la conscience, celle de « for intérieur » : la crise de la recherche et la critique radicale des nanotechnologies menée notamment par le groupe néo-luddite PMO. Face à une configuration politique dans laquelle est dramatisée l’opposition entre la société de contrainte et la liberté individuelle, cette séance de séminaire a ainsi opéré un retour sur une vieille problématique, née au cœur de l’histoire du christianisme : celle de l’intériorité. L’analyse des controverses et des conflits ne peut ignorer un des appuis majeurs revendiqués par les acteurs, y compris au cœur des arènes publiques.

Extraits de la séance du 19 novembre avec Francis Chateauraynaud (GSPR)


Pragmatique de l’intériorité #1

Lire la suite

La portée de la participation ou l’expérience des milieux

Sociologie des mobilisations territorialisées

Responsables :

  • Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS
  • Jean-Michel Fourniau, directeur de recherche à l’INRETS
  • Mathieu Leborgne, chercheur associé au LAMES

Séminaire mensuel sur deux semestres du 26 novembre 2010 au 10 juin 2011

    le deuxième vendredi du mois, de 10h30 à 13h et de 14h30 à 17h
    EHESS, Centre de la Vieille-Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille

La multiplication des lieux et formes de participation citoyenne invite à questionner un phénomène marqué par la diversité des champs investis, des échelles spatiales, mais aussi des modalités des échanges. En allant au-delà des réflexions menées au cours des années précédentes sur l’économie démocratique des débats publics, le séminaire s’attachera cette année à analyser la « portée de la participation » comme mécanisme d’influence réciproque entre la trajectoire publique des dossiers et les milieux (qu’ils soient sociaux, techniques, environnementaux ou institutionnels) dans lesquels leur mise en discussion est irréductiblement ancrée. Il s’agira de décrire, en examinant les formes de prise en compte des contextes historiques locaux, comment les acteurs articulent leur expérience vécue dans les milieux affectés par une décision, un projet d’aménagement, un risque, avec les espaces de production et de circulation de l’information sur la situation en cause et ses conséquences. L’analyse portera dans le même mouvement sur les lieux de mise en discussion publique et d’élaboration des décisions, et sur les principes généraux destinés à soutenir les causes dans les situations de dispute ou de conflit. La « portée de la participation » peut en effet se mesurer à la manière dont l’engagement des acteurs dans le processus de décision affecte à la fois les dispositifs, les milieux et les représentations. La diversité des cas présentés (des nanotechnologies aux grandes infrastructures) permettra de construire l’espace de variation nécessaire pour tester cette formalisation, qui prolongera les analyses issues de la « balistique sociologique » en les appliquant à des mobilisations territorialisées, dans une optique comparée, attentive à leurs différents points d’ancrage.

Lire la suite

De l’alerte au conflit. La sociologie argumentative et la balistique des causes collectives

Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau

GSPR EHESS

Séminaire 2010-2011
Séminaire bi-mensuel du 5 novembre 2010 au 3 juin 2011
1 et 3ème vendredis du mois de 11h à 13h
105, bd Raspail – 75006 Paris, salle 8


Un point sur les travaux sur la démocratie participative


Présentation des séances du séminaire « De l’alerte au conflit »

Depuis plus d’une dizaine d’années, l’analyse des formes de mobilisation et des débats publics est au cœur des sociologies contemporaines. Les outils forgés par la sociologie des alertes et des controverses mettent l’accent sur les procédés par lesquels des acteurs parviennent à faire surgir de nouveaux arguments et à porter leur cause dans l’espace politique. Mais, qu’il s’agisse d’énergie nucléaire ou d’OGM, de nanotechnologies ou de climat, de professionnels en colère ou de collectifs de sans-papiers, le langage de description sociologique doit intégrer les figures de la critique radicale et rester symétrique face au partage des orientations entre quête de régulation et logique de conflit.
En s’exerçant à penser les conditions du renouvellement de la pragmatique des épreuves publiques, conçues comme des échangeurs entre forces et légitimités, ce séminaire étudie les formes de convergence ou de divergence des modes de protestation et des trajectoires suivies par les causes les plus diverses. On y regardera en détail comment s’élaborent et se transforment les relations entre les activités et les milieux, la production des arguments et des principes de jugement, la participation aux dispositifs de délibération et l’expression de rapports de forces. Associant continûment la discussion conceptuelle et la comparaison d’études de cas, les travaux porteront sur toute la gamme des cas de figure allant des scènes d’action locale – conflits d’implantation d’installation industrielle par exemple – jusqu’aux arènes internationales – à travers la production de causes internationales. En confrontant chaque nouveau cas à la collection des dossiers étudiés ces dernières années, on montrera comment, à travers la confection critique de leurs arguments, les acteurs articulent différentes échelles et temporalités, contribuant ainsi à définir la portée des controverses et des conflits. L’objet d’une balistique sociologique peut être en effet de rendre compte de la performativité des opérations critiques à travers leur insertion tant dans les réseaux institutionnels que dans les espaces médiatiques.

Lire la suite

Les marques territoriales : entre mémoires, communautés et débats

Cette contribution a pour but d’alimenter, au sein du groupe de travail « CDE2 Portée », le débat portant sur la manière d’assigner aux dossiers étudiés un référencement territorialisé, en d’autres termes, comment d’une part, appréhender les questions d’ancrages et/ou d’attachements des collectifs qui peuvent se former à l’occasion de la mise en public des affaires[1] ; quelle est, d’autre part, la place des arguments territorialisés dans nos dossiers. Nous partons ici d’une synthèse du travail de thèse intitulé « Le rôle des mémoires collectives dans la construction du sentiment d’appartenance territoriale : le cas du Parc naturel régional du Verdon », codirigé par Jean-Claude Chamboredon et Marie-Vic Ozouf-Marignier et soutenu est juillet 2006 (EHESS Marseille). Le terrain investi alors n’est pas étranger à nos préoccupations actuelles : le Parc naturel régional du Verdon peut en effet aussi être présenté comme le « territoire-support » du deuxième débat public mené en France, en 1998 (un de nos six dossiers traités dans la recherche). Il est relatif à un projet de ligne très haute tension porté par EDF. Devant traverser les territoires du Verdon, l’annonce de sa construction fut rendue publique quelques jours après la publication du décret de création du Parc du Verdon. Ce fut l’événement déclenchant qui a conduit à la demande puis à la tenue du débat public. Lire la suite