La portée de la participation ou l’expérience des milieux

Sociologie des mobilisations territorialisées

Responsables :

  • Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS
  • Jean-Michel Fourniau, directeur de recherche à l’INRETS
  • Mathieu Leborgne, chercheur associé au LAMES

Séminaire mensuel sur deux semestres du 26 novembre 2010 au 10 juin 2011

    le deuxième vendredi du mois, de 10h30 à 13h et de 14h30 à 17h
    EHESS, Centre de la Vieille-Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille

La multiplication des lieux et formes de participation citoyenne invite à questionner un phénomène marqué par la diversité des champs investis, des échelles spatiales, mais aussi des modalités des échanges. En allant au-delà des réflexions menées au cours des années précédentes sur l’économie démocratique des débats publics, le séminaire s’attachera cette année à analyser la « portée de la participation » comme mécanisme d’influence réciproque entre la trajectoire publique des dossiers et les milieux (qu’ils soient sociaux, techniques, environnementaux ou institutionnels) dans lesquels leur mise en discussion est irréductiblement ancrée. Il s’agira de décrire, en examinant les formes de prise en compte des contextes historiques locaux, comment les acteurs articulent leur expérience vécue dans les milieux affectés par une décision, un projet d’aménagement, un risque, avec les espaces de production et de circulation de l’information sur la situation en cause et ses conséquences. L’analyse portera dans le même mouvement sur les lieux de mise en discussion publique et d’élaboration des décisions, et sur les principes généraux destinés à soutenir les causes dans les situations de dispute ou de conflit. La « portée de la participation » peut en effet se mesurer à la manière dont l’engagement des acteurs dans le processus de décision affecte à la fois les dispositifs, les milieux et les représentations. La diversité des cas présentés (des nanotechnologies aux grandes infrastructures) permettra de construire l’espace de variation nécessaire pour tester cette formalisation, qui prolongera les analyses issues de la « balistique sociologique » en les appliquant à des mobilisations territorialisées, dans une optique comparée, attentive à leurs différents points d’ancrage.

Lire la suite

Présentation des corpus du dossier LGV PACA

Il m’a été proposé, dans le cadre d’un programme de recherche[1], de faire l’analyse du débat public organisé par la commission nationale du débat public (CNDP)[2] sur le projet dénommé LGV PACA, de prolongement de la ligne ferroviaire à grande vitesse (LGV) Méditerranée vers Nice. Dans ce billet, je propose de restituer la démarche suivie en présentant les corpus étudiés et la manière dont ils ont été organisés pour être analysés à l’aide du logiciel Prospéro[3]. Commençons par dessiner rapidement le cadre général de cette étude et les enjeux auxquels elle doit répondre. Lire la suite

Des questionnements sur les effets de la participation du public à la modélisation de sa portée

La question des effets de la participation, quand celle-ci devient un discours dominant – de sa portée décisionnelle ou démocratique, de sa capacité à orienter l’action publique dans le sens du développement durable – est au cœur de la critique à l’encontre des multiples dispositifs participatifs et délibératifs dont l’expérimentation et l’institutionnalisation se diffusent. Celle-ci n’émane pas seulement des participants, des militants ou des décideurs, elle est un fil rouge des travaux des chercheurs qui se sont saisis du phénomène participatif.

La plupart des approches dressent des listes d’effets potentiels, désirables ou pervers, de multiples dispositifs de participation, et s’intéressent aux conditions procédurales ou politiques de leur réalisation. Par construction, de telles approches ne peuvent clore la liste des effets pris en compte qu’en référence aux limitations des cas étudiés ou, quand elles se donnent des ambitions plus vastes, que par un geste normatif. Aussi, Michel Callon (2003), à la suite d’Andrew Barry (2001), a souligné l’importance de réfléchir à la nature de l’espace public nécessaire pour la démocratie technique et à l’infrastructure matérielle pour construire un milieu favorable à l’émergence de citoyens intéressés à débattre des sciences et des techniques. Nous voudrions donc, avec ce carnet, tenter une autre approche — en lien avec la recherche Portée de la concertation dans le cadre du programme “Concertation, décision, environnement” du MEEDDM (http://www.concertation-environnement.fr), en partant d’un argument présenté par Laurent Mermet (2007, p. 372) : « Il n’y a pas lieu de clore, de figer, l’inventaire des utilités du débat. Il y a tout lieu au contraire de tenir un registre ouvert des utilités (possibles, constatées) du débat – ouvert, c’est-à-dire à la fois où nous soyons prêts à recueillir de nouvelles chaînes d’effets (positifs ou négatifs, d’ailleurs), et où pour chaque nouveau débat, nous ne nous imaginions pas détenir d’avance la cartographie de ses effets possibles : celle-ci reste à découvrir à chaque fois. »

Nous proposons dans cette voie d’abandonner la terminologie associée à la notion d’effets[1], pour développer la notion alternative de portée du débat, métaphore musicale ouvrant  à l’idée de polyphonie[2] : il ne s’agit plus de dresser le tableau synoptique des effets potentiels, en dehors de l’expérience des acteurs, mais de décrire comment les acteurs explorent eux-mêmes la « cartographie des effets possibles ». On se propose alors d’aller vers une modélisation de cette exploration en développant la perspective ouverte par Francis Chateauraynaud (2007) dans son analyse sociologique de l’argumentation Lire la suite