La portée de la participation ou l’expérience des milieux

Sociologie des mobilisations territorialisées

Responsables :

  • Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS
  • Jean-Michel Fourniau, directeur de recherche à l’INRETS
  • Mathieu Leborgne, chercheur associé au LAMES

Séminaire mensuel sur deux semestres du 26 novembre 2010 au 10 juin 2011

    le deuxième vendredi du mois, de 10h30 à 13h et de 14h30 à 17h
    EHESS, Centre de la Vieille-Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille

La multiplication des lieux et formes de participation citoyenne invite à questionner un phénomène marqué par la diversité des champs investis, des échelles spatiales, mais aussi des modalités des échanges. En allant au-delà des réflexions menées au cours des années précédentes sur l’économie démocratique des débats publics, le séminaire s’attachera cette année à analyser la « portée de la participation » comme mécanisme d’influence réciproque entre la trajectoire publique des dossiers et les milieux (qu’ils soient sociaux, techniques, environnementaux ou institutionnels) dans lesquels leur mise en discussion est irréductiblement ancrée. Il s’agira de décrire, en examinant les formes de prise en compte des contextes historiques locaux, comment les acteurs articulent leur expérience vécue dans les milieux affectés par une décision, un projet d’aménagement, un risque, avec les espaces de production et de circulation de l’information sur la situation en cause et ses conséquences. L’analyse portera dans le même mouvement sur les lieux de mise en discussion publique et d’élaboration des décisions, et sur les principes généraux destinés à soutenir les causes dans les situations de dispute ou de conflit. La « portée de la participation » peut en effet se mesurer à la manière dont l’engagement des acteurs dans le processus de décision affecte à la fois les dispositifs, les milieux et les représentations. La diversité des cas présentés (des nanotechnologies aux grandes infrastructures) permettra de construire l’espace de variation nécessaire pour tester cette formalisation, qui prolongera les analyses issues de la « balistique sociologique » en les appliquant à des mobilisations territorialisées, dans une optique comparée, attentive à leurs différents points d’ancrage.

Lire la suite

Les marques territoriales : entre mémoires, communautés et débats

Cette contribution a pour but d’alimenter, au sein du groupe de travail « CDE2 Portée », le débat portant sur la manière d’assigner aux dossiers étudiés un référencement territorialisé, en d’autres termes, comment d’une part, appréhender les questions d’ancrages et/ou d’attachements des collectifs qui peuvent se former à l’occasion de la mise en public des affaires[1] ; quelle est, d’autre part, la place des arguments territorialisés dans nos dossiers. Nous partons ici d’une synthèse du travail de thèse intitulé « Le rôle des mémoires collectives dans la construction du sentiment d’appartenance territoriale : le cas du Parc naturel régional du Verdon », codirigé par Jean-Claude Chamboredon et Marie-Vic Ozouf-Marignier et soutenu est juillet 2006 (EHESS Marseille). Le terrain investi alors n’est pas étranger à nos préoccupations actuelles : le Parc naturel régional du Verdon peut en effet aussi être présenté comme le « territoire-support » du deuxième débat public mené en France, en 1998 (un de nos six dossiers traités dans la recherche). Il est relatif à un projet de ligne très haute tension porté par EDF. Devant traverser les territoires du Verdon, l’annonce de sa construction fut rendue publique quelques jours après la publication du décret de création du Parc du Verdon. Ce fut l’événement déclenchant qui a conduit à la demande puis à la tenue du débat public. Lire la suite