La biodiversité entre science et politique

La biodiversité entre science et politique. La formation d’une institution internationale

Florian CHARVOLIN et Guillaume OLLIVIER

Éditions Petra, Collection Pragmatismes29.00€
Date de parution : 28/04/2017
302 p.
29.00€

La création d’une institution internationale est un fait rare. En 2012, l’IPBES, la
Plateforme Intergouvernementale Science/Politique sur la Biodiversité et les Services
Écosystémiques, voit officiellement le jour. Cet événement prolonge la mise à
l’agenda politique et scientifique de la Biodiversité amorcée dans les années 1980 et
marquée par la signature, en 1992, de la Convention sur la Diversité Biologique ou
encore la publication du Millennium Ecosystem Assessment en 2005. L’IPBES,
discutée dès 2005, marque la volonté de combler un fossé entre science et politique
estimé être à l’origine de l’échec de la gouvernance internationale face à la menace
d’une 6e extinction des espèces.

Ce livre étudie la période de formation de l’IPBES (2005-2012) caractérisée par une
incertitude radicale sur ses contours et son existence même. Associant ethnographie,
sociologie des pratiques documentaires et socio-informatique, les auteurs adoptent un
regard pragmatiste orienté vers les modalités d’existence, sur de multiples scènes, de
cette institution alors en devenir. L’ouvrage décrit les opérations de sa mise en
visibilité sur le Web, suit l’évolution de ses relations avec les institutions préexistantes,
met en lumière le rôle de ses archives documentaires, saisit la performance des
négociateurs en face-à-face et les discussions sur la formulation des textes fondateurs.
Objet de connaissances et d’appropriations multiples, parfois contradictoires, la
biodiversité est au coeur de revendications politiques. Comment les négociations ontelles
pu aboutir, par-delà la variété des conceptions et des stratégies des différents
protagonistes ? Comment les communautés scientifiques, les États, les instances
internationales et les porteurs de causes environnementales sont-ils parvenus à
surmonter les désaccords et les dissonances cognitives et politiques ? À travers son
herméneutique d’une institution en formation, l’ouvrage contribue à relativiser l’idée
d’une fracture irrévocable, souvent dénoncée, entre une diplomatie internationale et
des acteurs de terrain.

>>>>Voir le sommaire


Ce contenu a été publié dans Annonces, Lecture par Jean-Michel Fourniau. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Jean-Michel Fourniau

Sociologue, Jean-Michel Fourniau est directeur de recherche au laboratoire Dynamiques Économiques et Sociales des Transports, département « Aménagement, Mobilités, Environnement » de l’Institut français des sciences et des technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (IFSTTAR-DEST).
Il est également membre du Groupe de sociologie pragmatique et réflexive de l’École des hautes études en science sociale (GSPR, EHESS) dirigé par Francis Chateauraynaud.
En 2009, il a créé le Groupement d’intérêt scientifique « Participation du public, décision, démocratie participative ». Il en est le directeur, Patrice Duran en assurant la présidence pour le compte du CNRS, et Loïc Blondiaux la présidence du Conseil scientifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *