Pragmatisme et conflictualité La critique des pouvoirs en régime de controverse (2018-2019)

Francis Chateauraynaud (GSPR) et Jean-Michel Fourniau, (IFSTTAR et GSPR)

1er et 3e vendredis du mois de 11 h à 13 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 16 novembre 2018 au 1er juin 2019

L’étude des procédés par lesquels des acteurs font surgir de nouvelles causes dans l’espace politique a contribué au renouvellement de la sociologie pragmatique. Résumée sous l’expression de balistique sociologique, cette approche a enrichi l’analyse des épreuves publiques, conçues comme des échangeurs entre rapports de forces et formes de légitimités. Le cœur de cible de cette sociologie a longtemps été formé par l’analyse des trajectoires des causes collectives, notamment dans les champs environnementaux, sanitaires ou technologiques. Qu’il s’agisse de changement climatique, d’énergie nucléaire ou de gaz de schiste, d’OGM, de nanotechnologies ou de pesticides, de pollution atmosphérique ou de champs électromagnétiques, on voit s’affronter des porteurs de promesses technologiques, des lanceurs d’alerte et des mouvements critiques, capables d’étendre les registres de la contestation mais aussi de forger des alternatives. Au centre des champs de forces qui se dessinent, des régulateurs et des acceptologues sont à l’œuvre, en puisant dans le répertoire constamment renouvelé des procédures de concertation ou de débat public.

L’enquête pragmatique change de modalités lorsqu’on cherche à se situer en amont des figures publiques de controverse et de conflit. À partir de l’étude des relations d’emprise et de leur transformation graduelle, souvent silencieuse, le séminaire prolongera les enquêtes sur les formes d’influence et d’anticipation stratégique, ainsi que les bifurcations et les ruptures à partir desquelles s’élaborent et se transforment les jeux de pouvoirs. Les processus critiques se déploient sur de multiples scènes et sont inégalement accessibles à l’observation ou au dévoilement. Au-delà de l’enregistrement des prises de position publiques, il faut doubler l’analyse des procédés argumentatifs par l’examen des façons de lier ou de se lier dans des milieux en interaction. Comment saisir à la fois la production de liens d’intérêts ou de jeux d’interdépendances élaborés de longue date, peu visibles dans les dispositifs publics, et les capacités de mobilisation, de coalition ou d’alliance, rarement réductibles à un modèle d’alignement fondé sur l’intérêt bien compris ? Pour fortifier leurs perceptions et leurs interprétations, les acteurs se nourrissent continûment des productions des sciences sociales, et en particulier des théories du pouvoir, de la légitimité et de l’action publique, ce qui a des effets en retour sur les joutes académiques – comme c’est le cas à propos de l’« expertise », de la place des « lanceurs d’alerte », de la « démocratie participative » ou de l’« acceptabilité sociale des risques ». Que les protagonistes s’opposent frontalement ou optent pour une logique de coopération, la dynamique des conflits rend visibles toutes sortes d’opérations interprétatives, d’agencements et de pratiques. Des épreuves marquantes rendent manifestes des tensions, des contradictions et des points de rupture qui contrarient les propositions de monde commun.

En poursuivant le fil des alertes, des crises et des catastrophes, le séminaire s’intéressera aussi aux différentes scénarisations du futur, en particulier à partir des controverses autour des entités numériques ou artificielles. Les enjeux du numérique seront toujours pensés en rapport avec des formes de vie et des points de recoupement ou d’articulation avec le monde sensible. Par-delà le jeu des utopies et des dystopies, la confection critique des visions du futur pèse sur la portée des disputes et des différends, contribuant à l’ouverture continue des possibles. Si des versions téléologiques s’opposent tout en gagnant en puissance d’expression, les processus collectifs font surgir l’indétermination du sens de l’histoire sur laquelle prend appui toute expérience démocratique. Comme l’ont montré les multiples mouvements déployés sur les places sans représentations fixes, on ne peut jamais prédire ni clore par avance la portée d’un processus critique. Comprendre les ouvertures d’avenir et les prises, individuelles ou collectives, sur ces processus, c’est engager le pragmatisme sociologique dans un programme fort, attentif à la diversité des expériences et des milieux, dont l’irréductibilité foncière ne cesse de s’imposer à l’enquête.

Programme 2018-2019

Vendredi 16 novembre : Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau (GSPR, EHESS), Introduction du séminaire : « Où va la sociologie pragmatique des transformations. De la pluralité des styles au choix d’un pragmatisme critique »  

I.  Pragmatisme et critique

Vendredi 7 décembre : Francis Chateauraynaud (GSPR, EHESS), « Expériences de la criticité vs modélisations de la complexité »

Vendredi 21 décembre : Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau (GSPR, EHESS), « Expériences de la criticité vs modélisations de la complexité – suite »

Vendredi 18 janvier : Frédéric Vandenberghe (UFRJ, Rio de Janeiro), « Esquisse d’une théorie de la théorie sociale »

Vendredi 1er février : Yves Cohen (CRH, EHESS), « Les foules raisonnables. Retour sur les mouvements sans parti ni leader, leurs rapports au XXe siècle et leurs métamorphoses au XXIe siècle »

II. Logiques conflictuelles et formes de déplacements épistémiques

Vendredi 15 février : Francis Chateauraynaud (GSPR, EHESS), « La transition énergétique ou comment des processus multi-échelles peuvent être générateurs d’emprise et de frictions »

Vendredi 1er mars : Antoine Hennion (CSI, Mines ParisTech), « Failles et fragilités, une enquête sur des mondes en train de se faire : la question des migrants »

Vendredi 15 mars : Laurence Allard (IRCAV Lille-Paris 3 et Labo Citoyen/AirCitizen), « De la controverse au contre-faire : la mesure citoyenne de pollution comme terrain de réappropriations de la puissance de calcul à l’ère de l’Internet des objets »

Vendredi 5 avril : Tapio Litmanen (Université de Jyväskylä, Finlande) : « The ethics of megaproject from the community perspective »

Vendredi 19 avril : Marie Ghis Malfilatre (CEMS, EHESS), « Problématisation des risques du travail nucléaire et logiques de confinement : contribution pragmatiste à l’approche d’un problème public »

Vendredi 17 mai : Marieke Stein (CREM, Université de Lorraine), « Analyse d’une “controverse silencieuse” : le gaz de couche de charbon dans le bassin houiller lorrain »

Vendredi 7 juin : Jérôme Gaillaguet (GSPR, EHESS), « Tensions individuelles et collectives autour de la vaccination : des controverses aux expériences ordinaires »


Ce contenu a été publié dans Séminaires par Jean-Michel Fourniau. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Jean-Michel Fourniau

Sociologue, Jean-Michel Fourniau est directeur de recherche au laboratoire Dynamiques Économiques et Sociales des Transports, département "Aménagement, Mobilités, Environnement" de l’Institut français des sciences et des technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (IFSTTAR-DEST). Il est également membre du Groupe de sociologie pragmatique et réflexive de l’École des hautes études en science sociale (GSPR, EHESS) dirigé par Francis Chateauraynaud. En 2009, il a créé le Groupement d’intérêt scientifique "Démocratie et Participation". Après en avoir été le directeur de 2009 à 2017 (Patrice Duran en assurant la présidence et Loïc Blondiaux la présidence du Conseil scientifique), il le préside au titre du CNRS depuis 2018, Catherine Neveu étant la présidente du Conseil scientifique, Marion Carrel et Julien Talpin, les co-directeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.