Bienvenue à Maffesoland !

Arnaud Saint-Martin

Chargé de recherche au CNRS, Laboratoire Printemps (CNRS, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), & chercheur associé au GSPR.

arnaud.saint-martin@uvsq.fr

Note critique sur Fabio La Rocca, La ville dans tous ses états, Paris, CNRS Editions, 2013.

Couverture La RoccaHype City, Second City, Mega-city, Sin City… Passée au filtre de la « sociologie de l’imaginaire », l’« expérience urbaine postmoderne » est le prétexte de bien des débordements interprétatifs. Avec La ville dans tous ses états, ouvrage issu de sa thèse, Fabio La Rocca prolonge sur le monde-de-la-ville de l’« homo postmodernus » la pensée de son maître-professeur, Michel Maffesoli. On n’est pas déçu du voyage.

Après avoir lu la préface coupée/collée du directeur de thèse, on est aussitôt frappé par la continuité de vue qui s’énonce dans le reste du livre. L’essai est le décalque presque parfait, jusque dans le style et les tics cognitifs, de ce qu’écrit Maffesoli depuis maintenant plus de quarante ans. Mais comme Fabio La Rocca signe seul, il s’efforce de faire montre d’initiative. Son originalité vient d’abord du choix des thèmes. Parce que Maffesoli ne peut pas tout étudier, quand bien même il est prolixe et cause sur tout, la ville livre quelques boulevards pour son élève. L’originalité résulte aussi, et surtout, de l’« approche climatologique » de l’« atmosphère » des villes actuelles. On ne sait d’où (au feeling peut-être), la climatologie lui a fourni une analogie suggestive ; il la saupoudre à chaque page, sans jamais en spécifier la portée analytique ni les propriétés. En guise de protocole d’enquête, on découvrira que l’approche climatologique « repose sur des observations sur des paramètres et autres variables caractérisant la ville comme la “température sociale”, le “vent culturel”, les “précipitations culturelles” et les “nuages esthétiques” » (p. 29). Cette idée stratosphérique fait corps avec le désir du sociologue d’inhaler l’« air du temps ». En résumé : respirer, renifler le monde, comme a l’habitude de dire Maffesoli. Et aussi s’inspirer d’une foule de penseurs tutélaires : quelques esthètes de « la » ville (Baudelaire, Benjamin, Baudrillard), des philosophes déterritorialisés (Heidegger, Corbin1, Deleuze, Vattimo, Virilio, Sloterdjik) et les socio-anthropologues imaginaires (Durand, Maffesoli). La sociologie, elle, est livrée à la portion congrue.

bogota1

Perdre la sociologie dans les brumes urbaines ?

Lire la suite

  1. Henry le métaphysicien du « monde imaginal », et non pas Alain, l’historien, comme l’écrit imprudemment l’auteur (p. 218). []

L’institution mondiale du dopage. Sociologie d’un processus d’harmonisation

1963, Uriage-les-Bains : réunis en congrès, des médecins et des spécialistes du sport appellent à l’unification des réglementations sportives en matière de lutte contre le dopage. Trente ans plus tard, les premiers scandales éclatent et les affaires se multiplient, mettant au jour les dysfonctionnements de réglementations internationales aussi cacophoniques que dépassées. Pour y mettre fin, une Agence Mondiale Antidopage (AMA) est créée en 1999. Sa mission : harmoniser les réglementations et encadrer au plus près l’activité de ceux qui œuvrent aux nouveaux dispositifs de contrôle et de prévention. Mais qu’est-ce qu’harmoniser veut dire ? Comment s’y prendre pour identifier des substances et des pratiques illicites, fixer des technologies biomédicales, créer des formes de collaboration et gérer les conflits éventuels ?

couverture Lire la suite

Stratégies maritimes : réconcilier les gestions terre-mer

Une co-production LittOcean / GSPR (EHESS) / UMR AMURE

30 mai 2013, de 9H à 17H, EHESS, 105 Boulevard Raspail, 75006 Paris, Salle 8

Dans le cadre de la politique maritime introduite dans le Livre bleu (2009) et intégrée au droit principalement via les lois Grenelle, la France a posé son cadre général pour la gestion
intégrée de la mer et du littoral. Elle doit être déclinée de manière opérationnelle dans des
documents stratégiques de façade (en métropole) et de bassin (en outre mer). Parallèlement, l’Europe développe sa politique maritime intégrée et la Commission vient de publier une proposition de directive cadre pour la planification des espaces maritimes et la gestion des zones côtières. Ces développements récents mettent tous l’accent sur la nécessité d’une intégration terre-mer. Pourtant, martelée depuis des dizaines d’années dans chaque texte relatif à la gestion intégrée de la zone côtière, l’impératif d’une telle articulation reste encore largement lettre morte.
L’objet de cet atelier est, à partir d’expériences et de postures disciplinaires diverses, d’analyser et de débattre de la réalité de cette intégration et de la capacité des outils et des
approches proposés à y parvenir.
De bassin versant en bassin maritime, il s’agit d’interroger notre capacité à dépasser les clivages entre des gestions orientées terre dont la gestion de l’eau et la GIZC, et des gestions orientées mer telle la planification de l’espace maritime.
Dans la perspective des « assises de la mer » annoncées lors de la première réunion du conseil national de la mer et des littoraux (18 janvier 2013) par le ministre délégué à la Mer en vue de définir la stratégie nationale pour la mer et le littoral, cet atelier a pour ambition d’émettre des recommandations concrètes pour l’articulation des gestions terre et mer.
L’atelier sera organisé en deux demi-journées tour à tour consacrées à un regard de la la mer vers la terre (matin) puis de terre vers la mer (après-midi), afin d’en faire ressortir les
convergences et d’en dégager des recommandations opérationnelles sur la base de l’existant et de ce qui reste à inventer.

L’atelier est ouvert mais le nombre de places étant limité, merci de vous inscrire en envoyant un email à l’adresse suivante : betty.queffelec@gmail.com

Sydney2012b 080

Programme de la journée

9H – 9H15 Présentation des objectifs de l’atelier (Betty Queffelec)

Approche intégrée de la mer vers la terre : réflexions autour du bassin maritime

Président de séance Christophe Le Visage

  • 9H15-9H30 introduction des interventions de la matinée par le président
  • 9H30-9H50 Intégration de la gestion vs désintégration des approches le cas de la méditerranée (Christophe Levisage)
  • 9H50-10H10 (Dés)intégration des directives européennes afférentes à la gestion intégrée de la mer et du littoral (Anne-Sophie Leclère)
  • 10H10-10H30 Articulation transnationale en matière de gestion des espaces marins et côtiers (Betty Queffelec)
  • 10H30-10H50 Représentations sociales, prospective et planification stratégique en manche mer du nord ( Fabienne Kervarec)
  • 10H50-11H10 Gouvernance et planification stratégique en Outre Mer : vers une gestion intégrée des îles et de leurs bassins maritimes (Yves Hénocque et Bernard Kalaora)
  • 11H10-12H30 Discussion avec la salle
  • 12H30-13H30 Pause Déjeuner

Approche intégrée de la terre vers la mer : réflexions autour du bassin versant

Présidente de séance Anne-Sophie Leclère

  • 13H35-13H40  introduction des interventions de l’après-midi par la présidente
  • 14H00-14H20 La gestion des zones côtières à l’épreuve des risques naturels (Denis Bailly)
  •  14H20-14H40 Bassins versants, observations et indicateurs en Outre Mer (Gilbert David)
  • 14H40-15H00 Les transformations du risque nucléaire en zone côtière. Confinements et environnements en régime d’anticipation (Francis Chateauraynaud)
  • 15H00-15H20 Intégration du bassin versant et gestion intégrée de la zone côtière (Bernard Drobenko)
  • 15H20-16H40 Discussion avec la salle

16H40-17H00 Conclusions de la journée présentées par Anne-Sophie Leclère, Christophe Le Visage et Betty Queffelec

Richárd Szántó, Siting decisions – siting conflicts

Richárd Szántó, assistant professor à l’université Corvinus de Budapest, interviendra sur l’invitation du GSPR à l’EHESS le vendredi 29 mars – 11h – 13h,  en salle 4 du 105 Bd Raspail.

Siting decisions – siting conflicts

In this paper I investigate what factors influence social conflicts around siting (location) decisions in Hungary. After media analysis it turned out that 166 cases of Hungarian siting
conflicts occurred between 1998 and 2007. Descriptive statistical analyses were made on the sample of siting conflicts seeking for patterns in the set of cases and investigating how and to what extent socioeconomic factors influence the outcomes of siting decisions. Selecting three particular cases from the sample a comparative case study was elaborated analyzing individual cases of the Hungarian cement industry. The latter empirical research revealed that certain key categories around the conflicts can be identified. It turned out that different stakeholder groups see risk factors of the new facilities differently. Company representatives and their NGO or political supporters consider risk much lower than their opponents. The analysis of the interviews also showed that communication is one of the most important aspects of siting conflicts. Nevertheless this is mostly one-way communication. Although there were some steps made to enable public participation in the decision making process this participation remained in the level of tokenism, citizens are only informed, consulted and placated by the companies, real citizen control is missing. However, it is apparent that there are some issues that are beyond the firms’ capacities. They cannot really handle issues like the overall distrust and skepticism of the Hungarian society, and it is apparent that siting conflicts become political games – among many others – in Hungary that also makes consensus building more complicated.

On peut lire aussi disponible en ligne

Waste Management Facility Siting and SocialConflicts – the Case of Hungary

La constitution du sujet. De l’archéologie à la biographie

Sylvain Lavelle

Institut de Recherche Philosophique (IRP) – Institut Hylès

Lors de la séance du 2 décembre 2012 du séminaire « De l’alerte au conflit », Sylvain Lavelle, philosophe, a fait le point sur la question du sujet aujourd’hui. Cette séance s’inscrivait dans les réflexions menées depuis quelques années sur le statut de l’intériorité dans les processus d’expression publique, et plus particulièrement sur la référence au « for intérieur »1, conçu par certains acteurs comme le ressort ultime de la résistance, notamment face à l’envahissement des technosciences, et parmi elles les neurotechnologies2.

***

Le sujet est un spectre qui hante la philosophie occidentale depuis l’avènement de la modernité et de la révolution cartésienne qui l’a déclenchée. Il est question aujourd’hui d’un ‘retour du sujet’, après plusieurs décennies marquées par le mot d’ordre de la ‘mort du sujet’, mot d’ordre à la fois caricatural et caricaturé, porté et assumé par le structuralisme.

Il est probable que la résurrection du sujet est aussi suspecte que sa disparition, mais aussi, que le structuralisme à la française incarnant la posture ‘nécrologique’ ne soit en fin de compte pas allé au bout de sa théorie, ni de sa pratique. Les partisans du structuralisme, du post-structuralisme et de l’anti-structuralisme, respectivement Foucault, Bourdieu et Habermas, pour ne citer qu’eux, ont tous contribué chacun à leur manière à l’entretien d’un soupçon radical à l’égard du sujet. Leur posture respective n’est cependant pas exempte de paradoxes et nous renvoie à la question actuelle d’un structuralisme du sujet comme voie médiane entre structuralisme et anti-structuralisme. Pour le dire en quelques mots, l’hypothèse explorée ici est qu’il est possible d’identifier la constitution d’un sujet au moyen d’un examen dialectique de la philosophie ordinaire qu’il a construite dans son parcours biographique. Il s’agit ainsi de rendre conscient, explicite et ordonné autant que cela est possible, en articulant le plan ‘idéologique’ (conceptuel) et le plan ‘phénoménologique’ (expérientiel), ce qu’est la biographie philosophique d’un sujet, autrement dit son ‘idéobiographie’ et sa ‘phénobiographie’. Lire la suite

  1. Voir les vidéos du séminaire consacré au « for intérieur » en novembre 2010, sur ce carnet de recherche : Le for intérieur, un appui ultime de la résistance ?. []
  2. Voir PMO, « Clinatec : le laboratoire de la contrainte« , Grenoble, 1er septembre 2011 []

La portée de la participation

Le vendredi 18 novembre 2011, lors de seconde séance du Séminaire De l’alerte au conflit – Logiques argumentatives et trajectoires des mobilisations à l’EHESS, Jean-Michel Fourniau présentait un exposé intitulé « Conflits d’aménagement, mésentente et institutionnalisation du débat public : éléments pour une approche pragmatique de la délibération ». Nous en donnons ici quelques extraits. Le premier extrait reprend l’essentiel des propos introductifs de l’exposé. Le second extrait balaye le plan général. La dernière vidéo est un extrait de la discussion.


La portée de la participation #1


La portée de la participation #2



La portée de la participation #3

Les arsenaux argumentatifs. Marc Angenot au séminaire De l’alerte au conflit

Nous avons le plaisir de recevoir le 6 mai 2011, dans le cadre du séminaire De l’alerte au  conflit. La sociologie argumentative et la balistique des causes collectivesMarc Angenot, professeur à l’Université McGill.

Cette séance exceptionnelle se tiendra à l’EHESS au 105 Bd Raspail en salle 8 de 11h à 13h.

Depuis La Parole pamphlétaire (1982) — ouvrage majeur aussi bien pour les analyses de discours que pour la sociologie de la critique —, Marc Angenot a poursuivi ses recherches sur les liens entre expressions littéraires et constructions politiques, dont on trouve une synthèse remarquable dans ses Dialogues de sourds (2008).

Marc Angenot n’aborde pas la rhétorique comme un art de persuader considéré comme intemporel, mais l’inscrit dans « une approche méthodologique à inscrire au coeur de l’histoire intellectuelle, politique et culturelle ». Au cours de la séance du 6 mai,  il interviendra sur la notion d’arsenaux argumentatifs qu’il entend comme des schémas de raisonnements récurrents qui engendrent les idées, les doctrines, les systèmes et les «soutiennent».

Le séminaire est ouvert à toute personne intéressée dans la limite des places disponibles.

♦             ♥

Notez dans la foulée que le topo prévu, NGOS and Public agencies, between collaborative expertise, polemics and political lobbying. Looking back to an inquiry in Washington DC, par Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz est du coup reporté au lundi qui suit, le 9 mai, dans le séminaire socioinformatique des controverses Outils et méthodes pour la sociologie des dossiers complexes.

Contestation, délibération et représentation : l’institutionnalisation controversée d’un modèle français de débat public

Jean-Michel Fourniau

Des forums hybrides (Callon, Lascoumes et Barthe, 2001), à la proposition d’institution de Conventions de citoyens (Fondation Sciences citoyennes, 2008), ou au projet de bioconstitution (Pour une démocratie écologique, Bourg et Whiteside, 2010), la délibération est promue à la fois pour sa fonction critique du gouvernement représentatif (et de la double délégation politique et scientifique sur lequel il repose) et comme alternative nécessaire à un modèle démocratique devenu incapable de faire face aux grands enjeux contemporains, notamment environnementaux. Cette opposition entre délibération et représentation se dédouble dans le feu croisé des critiques auxquelles l’institution de procédures délibératives reste soumise. La critique radicale, en se réclamant d’une démocratie de contestation, ouvre en effet un 3ème terme dans l’articulation entre délibération et représentation. Trois figures du débat comme procédure de légitimation se distinguent alors par leurs dispositifs ou lieux légitimes (la place publique vs les forums hybrides (les conventions de citoyens) vs Le Parlement) et les instances de légitimation (la critique en acte vs les profanes vs l’opinion) convoquées. On se propose d’explorer ces figures contrastées du débat comme procédure de légitimation en analysant la trajectoire de l’institutionnalisation du débat public en France. Les débats publics organisés par la CNDP semblent en effet offrir une variation suffisante pour documenter l’exploration.

https://www.dailymotion.com/playlist/x1h88f_gspr_ehess_trois-figures-du-debat

Trois figures du débat Introduction #1

Lire la suite

Le for intérieur, un appui ultime de la résistance ?

Depuis le début de l’année 2010, une question est devenue préoccupante : celle des appuis ultimes dont disposent les personnes et les groupes face à des processus invasifs ou intrusifs capables de les redéfinir voire de les dissoudre, ou pour le moins de leur imposer de manière radicalement asymétrique un ou plusieurs systèmes de contrainte ou, ce qui revient au même, une forme unique de rationalité fondée sur un néo-positivisme conquérant – comme celui des neurosciences cognitives. Cette question se pose à chaque fois que la protestation ou l’opposition entre dans une phase critique – au sens de « perte de prise » – au point de basculer dans la figure de la « cause perdue ». Deux dossiers récents ont ainsi conduit à remettre en scène une notion a priori désuette, comme l’est à peu près devenue la philosophie de la conscience, celle de « for intérieur » : la crise de la recherche et la critique radicale des nanotechnologies menée notamment par le groupe néo-luddite PMO. Face à une configuration politique dans laquelle est dramatisée l’opposition entre la société de contrainte et la liberté individuelle, cette séance de séminaire a ainsi opéré un retour sur une vieille problématique, née au cœur de l’histoire du christianisme : celle de l’intériorité. L’analyse des controverses et des conflits ne peut ignorer un des appuis majeurs revendiqués par les acteurs, y compris au cœur des arènes publiques.

Extraits de la séance du 19 novembre avec Francis Chateauraynaud (GSPR)


Pragmatique de l’intériorité #1

Lire la suite