L’institution mondiale du dopage. Sociologie d’un processus d’harmonisation

1963, Uriage-les-Bains : réunis en congrès, des médecins et des spécialistes du sport appellent à l’unification des réglementations sportives en matière de lutte contre le dopage. Trente ans plus tard, les premiers scandales éclatent et les affaires se multiplient, mettant au jour les dysfonctionnements de réglementations internationales aussi cacophoniques que dépassées. Pour y mettre fin, une Agence Mondiale Antidopage (AMA) est créée en 1999. Sa mission : harmoniser les réglementations et encadrer au plus près l’activité de ceux qui œuvrent aux nouveaux dispositifs de contrôle et de prévention. Mais qu’est-ce qu’harmoniser veut dire ? Comment s’y prendre pour identifier des substances et des pratiques illicites, fixer des technologies biomédicales, créer des formes de collaboration et gérer les conflits éventuels ?

couverture Lire la suite

Séminaire EHESS 2012-2013

De l’alerte au conflit.

Trajectoires argumentatives et formes de mobilisations

Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau (GSPR EHESS)

1 et 3ème vendredis du mois du 16 novembre 2012 au 17 mai 2013
EHESS, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris
salle 8 de 11h à 13h.
 

Depuis plus d’une décennie, l’analyse des formes de mobilisation et des débats publics est au cœur des sociologies contemporaines. Les travaux menés en sociologie pragmatique mettent l’accent sur les procédés par lesquels des acteurs font surgir de nouveaux arguments et parviennent à porter leur cause dans l’espace politique. Œuvrant au renouvellement de l’analyse des épreuves publiques, conçues comme des échangeurs entre forces et légitimités, la balistique sociologique étudie les formes de convergence ou de divergence argumentative à travers les trajectoires suivies par les causes collectives. Qu’il s’agisse d’énergie nucléaire ou d’OGM, de nanotechnologies ou de climat, de gaz de schiste ou de champs électromagnétiques, cette approche maintient une exigence de symétrie entre quête de régulation et logique de conflit, procédure dialogique et critique radicale. Au-delà des figures publiques de la controverse et du conflit, le séminaire examinera en détail comment s’élaborent et se transforment les relations entre les acteurs, leurs activités pratiques et leurs milieux.

Lors de l’ouverture des négociations de paix à Oslo, défilé de femmes pour la paix à Bogota

Associant continûment la discussion conceptuelle et la comparaison d’études empiriques, les séances porteront sur toute une gamme de processus, avec cette année une insistance particulière sur les rapports entre controverses sanitaires ou environnementales et jeux de pouvoirs, à l’intérieur ou à l’extérieur des organisations. En confrontant chaque nouveau cas à la collection des dossiers déjà étudiés, on montrera comment, à travers la confection critique des arguments et des principes de jugement, les acteurs articulent différentes échelles et temporalités, contribuant ainsi à définir ou redéfinir la portée des disputes et des différends qui les animent, et à inscrire les dispositions et les dispositifs qui en émergent dans de nouvelles routines, dont la durée de vie est manifestement de plus en plus réduite…

Lire la suite

Un événement structurant pour la recherche francophone

Le Congrès du groupement d’intérêt scientifique Démocratie et Participation, intitulé Participation du public, démocratie participative : état des savoirs et chantiers de recherche en sciences humaines et sociales, s’annonce comme une étape structurante pour la recherche francophone sur la participation du public aux processus décisionnels et sur la démocratie participative. L’inscription est obligatoire avant le 23 septembre 2011.

Lire la suite

Les arsenaux argumentatifs. Marc Angenot au séminaire De l’alerte au conflit

Nous avons le plaisir de recevoir le 6 mai 2011, dans le cadre du séminaire De l’alerte au  conflit. La sociologie argumentative et la balistique des causes collectivesMarc Angenot, professeur à l’Université McGill.

Cette séance exceptionnelle se tiendra à l’EHESS au 105 Bd Raspail en salle 8 de 11h à 13h.

Depuis La Parole pamphlétaire (1982) — ouvrage majeur aussi bien pour les analyses de discours que pour la sociologie de la critique —, Marc Angenot a poursuivi ses recherches sur les liens entre expressions littéraires et constructions politiques, dont on trouve une synthèse remarquable dans ses Dialogues de sourds (2008).

Marc Angenot n’aborde pas la rhétorique comme un art de persuader considéré comme intemporel, mais l’inscrit dans « une approche méthodologique à inscrire au coeur de l’histoire intellectuelle, politique et culturelle ». Au cours de la séance du 6 mai,  il interviendra sur la notion d’arsenaux argumentatifs qu’il entend comme des schémas de raisonnements récurrents qui engendrent les idées, les doctrines, les systèmes et les «soutiennent».

Le séminaire est ouvert à toute personne intéressée dans la limite des places disponibles.

♦             ♥

Notez dans la foulée que le topo prévu, NGOS and Public agencies, between collaborative expertise, polemics and political lobbying. Looking back to an inquiry in Washington DC, par Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz est du coup reporté au lundi qui suit, le 9 mai, dans le séminaire socioinformatique des controverses Outils et méthodes pour la sociologie des dossiers complexes.

Regards croisés sur les expériences de débat public en France, en Italie et au Québec

Programme du séminaire de recherche

de la PFI Débat public (IFSTTAR)

Mardi 8 février 2011, 9h30 – 17 h

Maison Suger – 16, rue Suger 75005 Paris (M° St-Michel)

Matin (9h30-12h30) – Les forces et des risques de l’institutionnalisation de la participation du public aux processus décisionnel

Luigi Bobbio : Doutes sur l’institutionnalisation du débat public dans un pays où il n’est pas institutionnalisé
Jean-Michel Fourniau : Le processus d’institutionnalisation du débat public en France et sa portée : regard sur un processus réversible
Mario Gauthier : L’institutionnalisation de la participation publique en environnement et urbanisme au Québec : les spécificités du modèle québécois

Après-midi (14h-17h) – Les processus de construction de l’action publique : quel rôle des arènes participatives ?

Pierre Hamel : Quelle place pour la représentation et l’action publique ? Du local au métropolitain à Montréal
Paola Pucci : Projets d’infrastructures et gestion des conflits en Italie : entre centralisme décisionnel et innovations incrémentales
Georges Mercadal : Les politiques publiques face à la participation : étude de cas à partir de l’expérience de la CNDP.

Les intervenants :

Luigi Bobbio est professeur à l’Université de Turin, département de science politique.
Jean-Michel Fourniau est directeur de recherche à l’IFSTTAR, Département économie et sociologie des transports, et responsable de la PFI Débat public.
Mario Gauthier est professeur agrégé à l’Université du Québec en Outaouais, Département des sciences sociales.
Pierre Hamel est professeur à l’Université de Montréal, département de sociologie.
Georges Mercadal a été vice-président du Conseil général des Ponts et Chaussées, puis vice-président de la Commission nationale du débat public.
Paola Pucci est professeur à Polytechnique de Milan, département Architecture et Planification.

L’inscription au séminaire est libre mais obligatoire compte tenu de la taille limitée de la salle.

Inscription auprès de Jean-Michel Fourniau


Lire la suite

La portée de la participation ou l’expérience des milieux

Sociologie des mobilisations territorialisées

Responsables :

  • Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS
  • Jean-Michel Fourniau, directeur de recherche à l’INRETS
  • Mathieu Leborgne, chercheur associé au LAMES

Séminaire mensuel sur deux semestres du 26 novembre 2010 au 10 juin 2011

    le deuxième vendredi du mois, de 10h30 à 13h et de 14h30 à 17h
    EHESS, Centre de la Vieille-Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille

La multiplication des lieux et formes de participation citoyenne invite à questionner un phénomène marqué par la diversité des champs investis, des échelles spatiales, mais aussi des modalités des échanges. En allant au-delà des réflexions menées au cours des années précédentes sur l’économie démocratique des débats publics, le séminaire s’attachera cette année à analyser la « portée de la participation » comme mécanisme d’influence réciproque entre la trajectoire publique des dossiers et les milieux (qu’ils soient sociaux, techniques, environnementaux ou institutionnels) dans lesquels leur mise en discussion est irréductiblement ancrée. Il s’agira de décrire, en examinant les formes de prise en compte des contextes historiques locaux, comment les acteurs articulent leur expérience vécue dans les milieux affectés par une décision, un projet d’aménagement, un risque, avec les espaces de production et de circulation de l’information sur la situation en cause et ses conséquences. L’analyse portera dans le même mouvement sur les lieux de mise en discussion publique et d’élaboration des décisions, et sur les principes généraux destinés à soutenir les causes dans les situations de dispute ou de conflit. La « portée de la participation » peut en effet se mesurer à la manière dont l’engagement des acteurs dans le processus de décision affecte à la fois les dispositifs, les milieux et les représentations. La diversité des cas présentés (des nanotechnologies aux grandes infrastructures) permettra de construire l’espace de variation nécessaire pour tester cette formalisation, qui prolongera les analyses issues de la « balistique sociologique » en les appliquant à des mobilisations territorialisées, dans une optique comparée, attentive à leurs différents points d’ancrage.

Lire la suite

De l’alerte au conflit. La sociologie argumentative et la balistique des causes collectives

Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau

GSPR EHESS

Séminaire 2010-2011
Séminaire bi-mensuel du 5 novembre 2010 au 3 juin 2011
1 et 3ème vendredis du mois de 11h à 13h
105, bd Raspail – 75006 Paris, salle 8


Un point sur les travaux sur la démocratie participative


Présentation des séances du séminaire « De l’alerte au conflit »

Depuis plus d’une dizaine d’années, l’analyse des formes de mobilisation et des débats publics est au cœur des sociologies contemporaines. Les outils forgés par la sociologie des alertes et des controverses mettent l’accent sur les procédés par lesquels des acteurs parviennent à faire surgir de nouveaux arguments et à porter leur cause dans l’espace politique. Mais, qu’il s’agisse d’énergie nucléaire ou d’OGM, de nanotechnologies ou de climat, de professionnels en colère ou de collectifs de sans-papiers, le langage de description sociologique doit intégrer les figures de la critique radicale et rester symétrique face au partage des orientations entre quête de régulation et logique de conflit.
En s’exerçant à penser les conditions du renouvellement de la pragmatique des épreuves publiques, conçues comme des échangeurs entre forces et légitimités, ce séminaire étudie les formes de convergence ou de divergence des modes de protestation et des trajectoires suivies par les causes les plus diverses. On y regardera en détail comment s’élaborent et se transforment les relations entre les activités et les milieux, la production des arguments et des principes de jugement, la participation aux dispositifs de délibération et l’expression de rapports de forces. Associant continûment la discussion conceptuelle et la comparaison d’études de cas, les travaux porteront sur toute la gamme des cas de figure allant des scènes d’action locale – conflits d’implantation d’installation industrielle par exemple – jusqu’aux arènes internationales – à travers la production de causes internationales. En confrontant chaque nouveau cas à la collection des dossiers étudiés ces dernières années, on montrera comment, à travers la confection critique de leurs arguments, les acteurs articulent différentes échelles et temporalités, contribuant ainsi à définir la portée des controverses et des conflits. L’objet d’une balistique sociologique peut être en effet de rendre compte de la performativité des opérations critiques à travers leur insertion tant dans les réseaux institutionnels que dans les espaces médiatiques.

Lire la suite