Séminaire 2014-2015

Pragmatisme et conflictualité :
La critique des pouvoirs en régime de controverse

Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau (GSPR EHESS)

Du 7 novembre 2014 au 5 juin 2015
1 et 3ème vendredis du mois
salle 8 de 11h à 13h.

L’étude des procédés par lesquels des acteurs font surgir de nouveaux arguments, et parviennent ou non à porter leur cause dans l’espace politique, a contribué au renouvellement de la sociologie pragmatique. Résumée sous l’expression de balistique sociologique, cette approche a enrichi l’analyse des épreuves publiques, conçues comme des échangeurs entre rapports de forces et formes de légitimités. L’accent a d’abord été mis sur les trajectoires suivies par les causes collectives, notamment dans les champs sanitaires, environnementaux ou technologiques. Qu’il s’agisse de changement climatique, d’énergie nucléaire ou de gaz de schiste, d’OGM, de nanotechnologies ou de biologie de synthèse, de pollution atmosphérique ou de champs électromagnétiques, on voit s’affronter des porteurs de promesses technologiques, des lanceurs d’alerte et des mouvements critiques, capables d’étendre les registres de la contestation. Au centre des champs de forces qui se dessinent, des régulateurs et des acceptologues sont à l’œuvre, en puisant dans le répertoire constamment renouvelé des procédures de concertation ou de débat public.

En se situant le plus en amont possible des figures publiques de controverse et de conflit, le séminaire examinera les formes d’anticipation et de préparation tactique ou stratégique à partir desquelles s’élaborent et se transforment les jeux de pouvoirs. Ces processus critiques se déploient sur de multiples scènes et sont inégalement accessibles à l’observation ou au dévoilement. Mais, pour fortifier leurs perceptions et leurs interprétations, les acteurs se nourrissent continûment des productions des sciences sociales, et en particulier des théories du pouvoir, de la légitimité et de l’action publique, ce qui a des effets en retour sur les joutes académiques – on l’a vu régulièrement à propos de l’« expertise », de la « démocratie participative » ou de l’« acceptabilité des risques ». C’est pourquoi, au-delà de l’enregistrement des prises de position publiques, il nous faut doubler l’analyse des procédés argumentatifs par l’examen des formes de prises et d’emprises développées par les milieux en interaction : il s’agira de saisir à la fois la production de liens d’intérêts ou de jeux d’influence élaborés de longue date, peu visibles dans les dispositifs publics, et les capacités de mobilisation, de coalition ou d’alliance, irréductibles à un modèle d’alignement fondé sur l’intérêt bien compris. On accordera ainsi une attention particulière aux tests de performativité des liens tissés dans la durée par les personnes et les groupes.

Dans la dynamique des controverses, qu’ils optent pour une logique de conflit ou pour une quête de consensus, les protagonistes sont portés à rendre visibles toutes sortes d’agencements et de pratiques, révélant, au fil de leurs opérations interprétatives, les tensions, les contradictions et les points de rupture qui rendent problématique la réalisation d’un monde commun. Retrouvant ici le fil des alertes, des crises et des catastrophes, le séminaire examinera également la fabrique des scénarisations du futur saisies à la fois dans les dispositifs de pouvoirs et dans les controverses publiques. Par-delà le jeu des utopies et des dystopies, la confection critique des visions du futur pèse sur la portée des disputes et des différends, contribuant à l’ouverture des possibles sur laquelle prend appui toute expérience démocratique.

Programme des séances 2014-2015

7 novembre : Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau (GSPR), « Conflits autour des communs et nouvelles formes du politique »

21 novembre : Jean-Michel Fourniau et Martin Denoun (GSPR), « “Élevage en plein air” et “élevage intensif” de la participation : l’expérience du débat public sur le projet Cigéo d’enfouissement des déchets nucléaires »

5 décembre : Galina Orlova (European Humanities University, Vilnius), « Un deuxième projet atomique à Obninsk : la revanche de l’atome civil ou en arrière vers l’avenir »

19 décembre : Dominique Dolisy (GSPR), « Jeu de questions-réponses sur le risque nucléaire ou questions mises en jeu ou hors jeu : le travail d’échanges de la CLI de Nogent-sur-Seine »

16 janvier : Francis Chateauraynaud et Markku Lehtonen (GSPR), « Espaces de calcul et modèles économiques dans les controverses nucléaires. Le cas de l’EPR »

6 février : Antonin Pottier (CIRED), « L’économie dans l’impasse climatique »

20 février : Paul Jobin (Paris VII), « Les ouvriers de Fukushima ou l’errance d’un groupe et d’une science nommée radioprotection »

6 mars : Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz (GSPR),  « Aux bords de l’irréversible »

20 mars : Sylvain Lenfle (CRG, École Polytechnique), « Le rapport contemporain des sciences de gestion à la critique des organisations »

3 avril : Mathias Girel (ENS, département de philosophie), « L’enquête hors de ses gonds : retours sur la boîte à outils des marchands de doute »

17 avril : David Miller (University of Bath), « The role of communication in the constitution and reproduction of power relations »

5 juin : Mark Brown (California State University, Sacramento), « Expertise, Institutions, and Representation »

Richárd Szántó, Siting decisions – siting conflicts

Richárd Szántó, assistant professor à l’université Corvinus de Budapest, interviendra sur l’invitation du GSPR à l’EHESS le vendredi 29 mars – 11h – 13h,  en salle 4 du 105 Bd Raspail.

Siting decisions – siting conflicts

In this paper I investigate what factors influence social conflicts around siting (location) decisions in Hungary. After media analysis it turned out that 166 cases of Hungarian siting
conflicts occurred between 1998 and 2007. Descriptive statistical analyses were made on the sample of siting conflicts seeking for patterns in the set of cases and investigating how and to what extent socioeconomic factors influence the outcomes of siting decisions. Selecting three particular cases from the sample a comparative case study was elaborated analyzing individual cases of the Hungarian cement industry. The latter empirical research revealed that certain key categories around the conflicts can be identified. It turned out that different stakeholder groups see risk factors of the new facilities differently. Company representatives and their NGO or political supporters consider risk much lower than their opponents. The analysis of the interviews also showed that communication is one of the most important aspects of siting conflicts. Nevertheless this is mostly one-way communication. Although there were some steps made to enable public participation in the decision making process this participation remained in the level of tokenism, citizens are only informed, consulted and placated by the companies, real citizen control is missing. However, it is apparent that there are some issues that are beyond the firms’ capacities. They cannot really handle issues like the overall distrust and skepticism of the Hungarian society, and it is apparent that siting conflicts become political games – among many others – in Hungary that also makes consensus building more complicated.

On peut lire aussi disponible en ligne

Waste Management Facility Siting and SocialConflicts – the Case of Hungary

La constitution du sujet. De l’archéologie à la biographie

Sylvain Lavelle

Institut de Recherche Philosophique (IRP) – Institut Hylès

Lors de la séance du 2 décembre 2012 du séminaire « De l’alerte au conflit », Sylvain Lavelle, philosophe, a fait le point sur la question du sujet aujourd’hui. Cette séance s’inscrivait dans les réflexions menées depuis quelques années sur le statut de l’intériorité dans les processus d’expression publique, et plus particulièrement sur la référence au « for intérieur »1, conçu par certains acteurs comme le ressort ultime de la résistance, notamment face à l’envahissement des technosciences, et parmi elles les neurotechnologies2.

***

Le sujet est un spectre qui hante la philosophie occidentale depuis l’avènement de la modernité et de la révolution cartésienne qui l’a déclenchée. Il est question aujourd’hui d’un ‘retour du sujet’, après plusieurs décennies marquées par le mot d’ordre de la ‘mort du sujet’, mot d’ordre à la fois caricatural et caricaturé, porté et assumé par le structuralisme.

Il est probable que la résurrection du sujet est aussi suspecte que sa disparition, mais aussi, que le structuralisme à la française incarnant la posture ‘nécrologique’ ne soit en fin de compte pas allé au bout de sa théorie, ni de sa pratique. Les partisans du structuralisme, du post-structuralisme et de l’anti-structuralisme, respectivement Foucault, Bourdieu et Habermas, pour ne citer qu’eux, ont tous contribué chacun à leur manière à l’entretien d’un soupçon radical à l’égard du sujet. Leur posture respective n’est cependant pas exempte de paradoxes et nous renvoie à la question actuelle d’un structuralisme du sujet comme voie médiane entre structuralisme et anti-structuralisme. Pour le dire en quelques mots, l’hypothèse explorée ici est qu’il est possible d’identifier la constitution d’un sujet au moyen d’un examen dialectique de la philosophie ordinaire qu’il a construite dans son parcours biographique. Il s’agit ainsi de rendre conscient, explicite et ordonné autant que cela est possible, en articulant le plan ‘idéologique’ (conceptuel) et le plan ‘phénoménologique’ (expérientiel), ce qu’est la biographie philosophique d’un sujet, autrement dit son ‘idéobiographie’ et sa ‘phénobiographie’. Lire la suite

  1. Voir les vidéos du séminaire consacré au « for intérieur » en novembre 2010, sur ce carnet de recherche : Le for intérieur, un appui ultime de la résistance ?. []
  2. Voir PMO, « Clinatec : le laboratoire de la contrainte« , Grenoble, 1er septembre 2011 []

Ways of searching for the common good

On the critical trajectory of deliberative democracy and the political meaning of deliberative forums

 Luigi Pellizzoni (University of Trieste)

The following text is a development of the main topics addressed during the communication given by Luigi Pellizzoni for the Seminar : De l’alerte au conflit – Logiques argumentatives et trajectoires des mobilisations (EHESS Friday 3 February 2012)]

Introduction

One of the most significant political phenomena of the last decades is the flourishing of deliberative forums: structured arenas where different categories of people (‘lay’ citizens, experts, stakeholders, public administrators) meet to dialogically address a ‘problem’, more or less loosely defined as common. Such problems may range from major national issues like the adoption of a currency or the handling of emerging technologies to local policy questions like urban traffic or the siting of industrial facilities.

Countries of different political and administrative traditions are confronted with an increasing recourse to this type of processes. Theoretical debates and empirical analyses have intensified correspondingly, and the bulk of literature is becoming impressive. In this context, it is useful to reflect on what may be depicted as a sort of parabolic trajectory in the reading of this phenomenon.


TV campaign on Italian nuclear forum

 

Actually, the different purposes or concrete effects of deliberative forums have long been debated. To provide just an example, Sintomer and Allegretti (2009) talk of three different types of goals for deliberative experiences in Europe: managerial (improving public policies and modernizing administration by means of the involvement of citizens), social (strengthening cohesion, including minorities and disadvantaged groups, empowering the weakest categories), and political (re-legitimating the political system, expanding participation by means of new public spaces). This argument implies that such different aims, with their related frameworks (the ‘new public management’ in the first case, social justice in the second, participatory democracy in the third) live side by side, as options available to organized interests and institutions according to their needs and preferences.

Lire la suite

Fukushima et le retour du nucléaire en politique

La séance de rentrée du séminaire De l’alerte au conflit était consacrée, le 6 janvier 2012, à un retour sur le dossier nucléaire, repris en série longue de façon à pouvoir examiner la portée d’un événement marquant comme Fukushima sur les jeux d’acteurs et les jeux d’arguments liés au futur de la filière dans le monde.

En s’appuyant sur les travaux menés depuis près de 20 ans sur le nucléaire, saisi par de multiples entrées (le pilotage de centrale, les alertes radioactives dans l’environnement, les controverses épidémiologiques, la gestion des déchets radioactifs, les débats publics et les formes de contestation et de critique radicale …), enquêtes doublées par la construction continue d’un corpus suivi avec le logiciel Prospéro, Francis Chateauraynaud propose une sorte de fresque sociologique à travers l’enchaînement de 9 configurations qui ont marqué l’histoire politique du nucléaire en France et dans le monde, de Hiroshima … à Fukushima ….

Outre les travaux antérieurs, le séminaire a également pris appui sur trois textes publiés sur le Carnet de recherche voisin SocioInformatique et Argumentation :

La première séquence vidéo est consacrée à une restitution du parcours d’enquêtes dans les mondes du nucléaire ; elle est suivie par une deuxième séquence qui nous conduit progressivement sous les cuves des réacteurs accidentés de Fukushima ; puis la troisième et dernière séquence contient la très riche discussion avec les participants au séminaire – avec des interventions de Jean-Michel Fourniau, Marie-Angèle Hermitte, Olivier Borraz, Markku Lehtonen, Cathy Dubois, Jérôme Boissonade, Luis Apparicio …

Séquence 1

Fukushima et le retour du nucléaire en politique… par gspr_ehess

Séquence 2

Fukushima et le retour du nucléaire en politique… par gspr_ehess

Séquence 3

Fukushima et le retour du nucléaire en politique… par gspr_ehess

 

NB Le rapport de l’ASN qui est au coeur de la discussion se trouve ici :

Publication du rapport de l’ASN sur les ECS – L’ASN impose un renforcement de la robustesse des installations nucléaires face à des situations extrêmes

La portée de la participation

Le vendredi 18 novembre 2011, lors de seconde séance du Séminaire De l’alerte au conflit – Logiques argumentatives et trajectoires des mobilisations à l’EHESS, Jean-Michel Fourniau présentait un exposé intitulé « Conflits d’aménagement, mésentente et institutionnalisation du débat public : éléments pour une approche pragmatique de la délibération ». Nous en donnons ici quelques extraits. Le premier extrait reprend l’essentiel des propos introductifs de l’exposé. Le second extrait balaye le plan général. La dernière vidéo est un extrait de la discussion.


La portée de la participation #1


La portée de la participation #2



La portée de la participation #3

La portée des dispositifs participatifs face au retour du conflit

Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau

  (GSPR / EHESS)                 (GSPR et DEST / IFSTTAR)

Le séminaire De l’alerte au conflit – Logiques argumentatives et trajectoires des mobilisations a repris sa course vendredi 4 novembre 2011 à l’EHESS. La première séance fut l’occasion de revenir sur plus de 8 ans de travaux et d’examiner une série de points critiques liés au développement du champ des études de la participation, dont le récent Congrès du GIS Démocratie & Participation (18-21 octobre 2011) a montré à la fois la dynamique et l’étendue.

 1. La nécessaire mise en variation des scènes de délibération et de discussion étudiées

Lors des premières rencontres entre la sociologie, alors émergente, des débats publics (au sens de la CNDP) et la sociologie pragmatique, particulièrement outillée on le sait pour étudier les formes de la critique, le choc a été frontal entre deux conceptions de la force des arguments : d’un côté une approche qui faisait de la procédure instituée de débat le support incontournable d’une authentique discussion publique notamment en matière de projets d’aménagement et de développement ; de l’autre l’idée, issue d’une longue tradition d’analyse argumentative, que ce sont les procédures contradictoires menant vers un jugement et donc une décision, comme le procès ou le recours contentieux, qui permettent la sélection et la validation des bons arguments. Le débat public pouvait dès lors apparaître comme une voie de contournement du conflit dans son expression contentieuse, judiciaire ou administrative. Lors des premiers travaux et séminaires sur les débats publics il a donc fallu rappeler le rôle performatif pour les acteurs du recours au procès. Ce faisant la sociologie des affaires interrogeait les formes de participation du public aux débats et contraignait à penser les tensions entre accusation portant sur les acteurs et argumentation portant sur les dispositifs.

Le sens du débat public

Lire la suite