Les conditions de décision et d’organisation de la conférence de citoyens sur la gestion à long terme des déchets radioactifs et le projet Cigéo

Jean-Michel Fourniau

Directeur de recherche au DEST-IFSTTAR

Chercheur associé au GSPR, EHESS

courriel : jean-michel.fourniau@ifsttar.fr

 

La décision de la Commission nationale du débat public (CNDP) d’organiser une conférence de citoyens sur la gestion à long terme des déchets radioactifs et le projet Cigéo — le projet de centre industriel de stockage réversible profond de déchets radioactifs en Meuse et Haute-Marne porté par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) — résulte des conditions de déroulement du débat public, dont les premières réunions publiques, fin mai 2013, n’ont pu se tenir (voir sur ce carnet F. Chateauraynaud, « De la formation des publics à la rébellion des milieux »). La décision de la CNDP du 3 juillet 2013 mettant en place un nouveau dispositif pour le débat public, présente la conférence de citoyens comme l’une des « trois nouvelles mesures [qui] seront mises en œuvre » (avec les rencontres locales, et les débats contradictoires interactifs) pour poursuivre le débat, et précise simplement « Cette formule de démocratie participative consiste à former au sujet traité un panel de citoyens représentatifs de la diversité des populations des deux départements et de les inviter à formuler un avis éclairé sur le projet » (Communiqué des décisions de la CNDP du 3 juillet 2013). Ce que sera effectivement la conférence de citoyens sur la gestion à long terme des déchets radioactifs et le projet Cigéo est donc peu décrit dans cette décision initiale.

Ce billet propose de retracer de manière détaillée la préparation de la conférence de citoyens et les choix opérés pour son organisation, sans entrer ici dans l’analyse de la portée de ces choix sur son déroulement et la production de l’avis des citoyens[1]. Avec cette chronologie, il s’agit de donner à comprendre la dynamique des transformations observées entre l’objectif initial et la tenue de la conférence de citoyens[2].

Ce billet propose un découpage des six mois de préparation de la conférence de citoyens, de l’émergence de l’idée, mi-juin, à la tenue du premier week-end de formation, mi-décembre 2013, en quatre phases dont les acteurs et les enjeux sont bien distincts, une cinquième phase étant bien sûr le déroulement de la conférence elle-même (voir sur ce carnet le billet « Conférence de citoyens sur la gestion à long terme des déchets radioactifs et le projet Cigéo »). Un enjeu, pourtant, traverse toutes ces phases, celui de l’articulation entre le débat public Cigéo et la conférence de citoyens, et s’y transforme, depuis la décision d’une nouvelle modalité du débat jusqu’à la production par les citoyens de la conférence d’un avis joint au bilan de la CNDP, au même titre que le compte rendu de la Commission particulière du débat public (CPDP). C’est donc à cette trajectoire que s’attache ce billet pour en dégager quelques questions générales sur l’articulation entre conférence de citoyens et débat public.

1.      6 juin – 6 septembre 2013 : la décision de la CNDP de faire une conférence de citoyens, et son cahier des charges

Suite à l’annulation de la première réunion du débat public, le 23 mai 2013 à Bure, la CNDP[3] et la CPDP organisent le 6 juin « à Bar-le-Duc une table ronde avec les élus, les collectivités territoriales, les syndicats ouvriers et patronaux, les associations et administration de l’État. Les participants ont affirmé leur volonté de poursuivre le débat. La CNDP a regretté que la plupart des acteurs opposés au projet, et en particulier ceux qui bloquaient les réunions, n’aient pas souhaité y participer » (Bilan de la CNDP, p. 5). Au cours de la réunion, Bertrand Pancher, député de la Meuse, lance l’idée d’une conférence de citoyens[4] pour poursuivre le débat. Bertrand Pancher pousse plus activement l’idée de réunions locales « de proximité »[5]. Le communiqué de la CPDP à l’issue de la réunion retient essentiellement cette dernière idée et indique : « La commission a entendu et formulé des propositions pour des formes nouvelles d’écoute et d’expression visant à assurer une bonne prise en considération de la parole du public. Le débat prendra ainsi notamment la forme de réunions locales dans les communes rurales concernées par le projet. Il s’appuiera sur des dispositifs de débat en ligne (retransmission vidéo en direct avec possibilité d’intervention sur le site du débat public, forum citoyen, etc.). Le déroulé des réunions publiques sera modifié : le public sera invité à s’exprimer dès l’ouverture de la séance. La commission fera appel à des expertises plurielles et contradictoires sur la base des propositions de l’ensemble des parties prenantes ». L’organisation d’une prochaine réunion du débat public, le 17 juin à Bar-le-Duc, est confirmée. Mais celle-ci ne peut se tenir (ni les deux seules réunions ouvertes de proximité, à Rachecourt-sur-Marne, le 8 juillet et à Bonnet, le 17 juillet). La CNDP comme la CPDP considèrent alors que les réunions publiques, y compris celles prévues hors de la Meuse et de la Haute-Marne, ne pourront pas se tenir (annulation de la réunion du 20 juin à Nancy, puis de toutes les réunions prévues), et qu’il faut donc envisager d’autres modalités du débat, sans réunion publique. La CNDP annonce que « le débat se poursuivra sous des formes nouvelles ». La vice-présidente de la CNDP, Laurence Monnoyer-Smith, reprend alors l’idée d’organiser une conférence de citoyens, dispositif qu’elle connaît bien à travers sa spécialisation de chercheur sur la démocratie participative, et pour avoir été membre du Comité de pilotage de l’Atelier citoyen organisé en 2006 par la CPDP du débat public sur la politique des transports dans la vallée du Rhône et l’arc languedocien (débat VRAL). Cette idée reçoit également un écho favorable de la part de plusieurs acteurs critiques du débat, notamment de Global Chance, par la voix de Benjamin Dessus.

a) La décision de la CNDP d’organiser une conférence de citoyens

La réunion de la CNDP du 3 juillet décide les nouvelles modalités du débat, prolongé de deux mois, jusqu’au 15 décembre. Aucune précision n’est donnée dans le communiqué des décisions sur la question qui sera posée à la conférence de citoyens, son calendrier, la forme que prendra l’avis. Le Républicain lorrain indique : « Enfin, la commission veut mettre sur pied “une conférence citoyenne” sur la base d’un “panel de citoyens” afin de rédiger “un cahier d’acteurs de plus” »[6].

Suite à cette décision, la vice-présidente de la CNDP prépare le cahier des charges de la conférence de citoyens avec la secrétaire générale de la CPDP, Audrey Wu. Ce travail ne prend pas en compte les expériences faites par la CNDP en 2005-2006, ni ce qui en avait été retenu dans les Cahiers méthodologiques de la CNDP de 2007. Il s’agit d’un cahier des charges unique et non de plusieurs, par grandes tâches (sélection du panel, animation, organisation logistique de la conférence, soutien au Comité de pilotage) comme cela avait été fait pour l’Atelier citoyens dans le débat VRAL. Destiné à être le cahier des clauses techniques particulières (CCTP) du marché public d’assistance à la « CNDP/CPDP » que l’Andra lancera pour l’organisation de la conférence de citoyens, le cahier des charges passe également dans les procédures de validation de l’agence (8-27 juillet) avant publication de l’appel d’offres fin juillet. Mi-juillet, Jean-Michel Fourniau fait part à la vice-présidente de la CNDP de son intérêt pour prendre en charge l’évaluation de la conférence de citoyens.

Le cahier des charges s’écartait de la décision du 3 juillet en ce qu’il envisageait la possibilité de « deux échelles géographiques du recrutement : nationale pour se situer à l’échelle des décisions que le débat public a pour objet d’éclairer ; ou départementale pour tenir compte du territoire d’application de ces décisions ». Il prévoit : « deux sessions de formation du groupe de citoyens se déroulant à trois semaines d’intervalle, de préférence en octobre. La conférence publique suivie de la délibération du groupe de citoyens aura lieu trois semaines plus tard, un week-end de novembre 2013. Suite à la conférence de presse qui rendra public l’avis du groupe, celui-ci sera diffusé sous la forme d’un “cahier d’acteurs”. Cette diffusion marque l’achèvement du processus de la conférence de citoyens. » Dans cet échéancier, il s’agit de lancer le marché de prestation au plus vite avant les vacances d’été, la prestation devant prendre en charge l’organisation d’ensemble de la conférence et son animation. Aussi, le cahier des charges traite-t-il peu du Comité de pilotage. Il indique : « Pour assurer l’indépendance du processus, la Commission du débat public confie le suivi de la conférence de citoyens à un Comité de pilotage qu’elle désigne. ll sera constitué d’un groupe d’environ 6 personnes, spécialistes du domaine (en respectant la représentation des différentes sensibilités liées aux opinions générales sur le stockage géologique des déchets nucléaires), spécialistes de la procédure et représentants de la CNDP/CPDP. » Il n’est donc pas demandé au prestataire de faire des propositions pour le Comité de pilotage, et les rapports entre la « CNDP/CPDP » et le Comité de pilotage ne sont pas traités, le rôle de ce dernier apparaissant être cantonné à établir le contenu de la conférence de citoyens (formation, choix des experts, documentation).

En revanche, en plus de ses deux missions centrales, le recrutement du panel et l’animation, il est également demandé au prestataire des propositions concernant l’évaluation de la conférence de citoyens et la composition du comité d’évaluation prévu, dont le cahier des charges détaille précisément les principales fonctions[7].

L’objectif de la conférence est formulé de manière assez large par rapport à l’objet du débat public. Il est de :
« permettre au groupe de citoyens, à l’issue des sessions de formation, d’être en capacité d’interroger les experts du domaine sur toutes les questions qui font débat en matière de stockage géologique des déchets nucléaires, puis de délibérer pour donner son propre avis sur ces questions. Le groupe de citoyens n’est pas un groupe d’experts et il ne lui est pas demandé de trouver des solutions à une question qui est, par nature, controversée. La délibération de la conférence de citoyens consistera à indiquer ce que le groupe retient des diverses réponses apportées, à relier ce que les experts séparent, et à hiérarchiser l’acceptabilité des risques. » (p. 10)

Le cahier des charges indique également que « les conclusions des travaux n’exprimeront pas nécessairement un consensus et la possibilité d’expression d’avis minoritaires aura été clairement exposée dès le début de la formation. Le ou les avis du groupe de citoyens seront ensuite présentés officiellement en conférence de presse et très largement diffusés dans le débat public sous la forme d’un cahier d’acteurs de la conférence de citoyens. » (p.11)

b) Une seule réponse au cahier des charges

L’appel d’offres ne reçoit qu’une seule réponse, celle de Missions publiques. L’offre technique de ce cabinet part de l’hypothèse que la CNDP a déjà choisi le Comité de pilotage et s’arrête donc peu sur le rôle de cette instance. En revanche, c’est une réponse d’ensemblier qui propose à la fois d’assister le Comité de pilotage pour l’organisation de la conférence (définition de la question à poser au panel, documentation à fournir…), de fournir l’équipe d’animation de la conférence, d’assurer son évaluation, de prendre en charge son organisation logistique, et qui associe Ipsos à l’offre, pour recruter le panel. La réponse développe particulièrement la question de l’évaluation de la conférence, y compris en fournissant en annexe un exemple de grille d’évaluation finale de la conférence par les participants, et livre une longue liste de chercheurs susceptibles de participer au Comité d’évaluation.

Le calendrier prévoyait un recrutement du 9 au 27 septembre 2013, le premier week-end de la conférence de citoyens les 11-12 octobre et le dernier (l’audition publique et la délibération) les 22-23 novembre, afin que « l’avis citoyen sous forme de cahiers d’acteurs [soit] finalisé suffisamment tôt pour pouvoir impacter la dynamique du débat au moins dans son dernier mois ». Une option était proposée pour un déroulement de la formation sur quatre jours successifs selon le standard des jurys citoyens allemands (et non plus sur deux week-ends), du 6 au 9 novembre inclus, deux semaines avant l’audition publique, afin de laisser plus de temps à la phase de recrutement.

La réponse de Missions publiques s’interroge peu sur la question à poser à la conférence de citoyens, relevant du commanditaire. Aussi définit-elle assez étroitement l’objet de la conférence autour de celui du débat public : « La conférence de citoyens sur le projet Cigéo dans le cadre du débat public en cours vise à permettre à des citoyens non spécialistes d’émettre un avis collectif et argumenté sur l’opportunité du projet Cigéo, après une phase d’information et de débats contradictoires. » (p. 8)

Après dépouillement de l’appel d’offres, réalisé fin août, une première rencontre entre la CNDP (le président et la vice-présidente), la CPDP (la président et la secrétaire générale) et les directeurs de Missions publiques, Yves Mathieu et Judith Ferrando, a lieu le 6 septembre, et permet au cabinet de présenter son offre en détail et d’insister sur les délais, extrêmement serrés. Aucune modification n’est alors demandée, sauf pour l’évaluation, la CNDP souhaitant s’occuper directement de la nomination du comité d’évaluation. La CNDP informe le missionnaire qu’aucun contact n’a encore été pris pour la formation du Comité de pilotage.

2.      De mi-septembre à mi-octobre 2013 : la redéfinition des conditions de la tenue de la conférence de citoyens et de son calendrier

Contact est pris la semaine suivante avec Marie-Angèle Hermitte, pressentie fin août par la CNDP pour présider le Comité de pilotage, du fait de sa grande expérience en la matière[8]. Celle-ci accepte une première rencontre avec la CNDP (représentée par sa vice-présidente) et le président de la CPDP, mi-septembre. Dès ce premier contact, Marie-Angèle Hermitte pose des conditions pour accepter cette mission, elle n’a en effet cessé d’écrire, tirant les leçons d’expériences précédentes, que le Comité de pilotage doit être constitué avant le choix du prestataire de services et non après, ce qui n’est pas le cas. En particulier, elle veut pouvoir composer un comité de pilotage conçu sur le mode du contradictoire (deux scientifiques réputés favorables au projet, deux scientifiques réputés défavorables au projet). Elle refuse d’être enfermée dans le calendrier initial du cahier des charges, ou d’être tenue par les recommandations de l’offre de Missions publiques, et demande un délai d’un mois pour donner sa réponse définitive. Elle rédige rapidement une note détaillant ces conditions, que la CNDP accepte.

Marie-Angèle Hermitte conduit de mi-septembre à mi-octobre un ensemble d’entretiens pour envisager la constitution du Comité de pilotage et la faisabilité de l’organisation des sessions de formation sur un mode contradictoire. Il apparaît que la forte conflictualité sur le projet conduit beaucoup d’acteurs critiques à refuser de s’engager dans l’exercice, même quand ils envisagent avec assez de sympathie l’idée d’une conférence de citoyens (beaucoup considérant au contraire que sa tenue est très mal venue). Ses échanges, notamment avec le président de la CPDP du débat de 2005-2006 sur la gestion à long terme des déchets radioactifs et les experts critiques du nucléaire qui avaient été associés à sa préparation, montraient que :

  • le débat Cigéo, et avec lui la CNDP (et la CPDP), est considéré par les opposants comme étant organisé pour « faire accepter » le projet. Aussi, tenir la conférence de citoyens pendant le débat ne pourrait apparaître que comme une instrumentation supplémentaire pour faire passer l’enfouissement des déchets nucléaires.
  • il y a pourtant matière à débattre et le problème posé est de rouvrir un espace de discussion autour des questions techniques et des questions éthiques, alors même que pour les décideurs le débat d’opportunité a eu lieu en 2005-2006 et que, la loi de 2006 ayant été votée, il ne s’agit pas de le rouvrir.

L’enjeu de ces entretiens est de cerner les conditions à réunir pour rouvrir le débat (au moins sous la forme de l’audition publique de la conférence de citoyens), et donc les compromis à passer avec les diverses parties prenantes pour créer ces conditions, en restaurant l’idée qu’il y a encore matière à débattre. La condition essentielle apparaît être de « découpler » la conférence de citoyens du débat public Cigéo. Cela doit se traduire dans la composition du comité de pilotage — ni la CNDP ni la CPDP ne doivent y participer —, dans le périmètre et dans le calendrier. La capacité de l’audition publique de la conférence de citoyens à faire revenir les acteurs qui avaient boycotté le débat public marquera le succès de l’entreprise.

Mais ces discussions font également apparaître des objectifs différents selon que l’on considère la conférence de citoyens comme un exercice autonome ayant son propre résultat, valant par lui-même, ou qu’on la considère essentiellement comme une modalité permettant de rouvrir le débat public[9]. Pour Marie-Angèle Hermitte, il s’agit de vérifier la possibilité d’organiser la conférence de citoyens de manière contradictoire, depuis la composition du Comité de pilotage jusqu’aux tables rondes de l’audition publique en passant par chaque session de formation. Pour d’autres, l’ensemble des contacts qu’elle prend joue le rôle d’une « concertation de préparation de la conférence de citoyens », à l’instar des « conférences de méthode » pratiquées par Georges Mercadal dans la préparation du débat public de 2005 sur la gestion à long terme des déchets radioactifs et préconisées dans les Cahiers méthodologiques de la CNDP 2007[10], ce qui ouvre la question de réunir les acteurs avant la fin du débat pour donner une dimension collective à cette préparation. Plusieurs « experts critiques » l’exprimeront dans les débats publics sur Internet[11] et participeront à la réunion organisée par la CNDP le 25 novembre (cf. infra) avec cet objectif : les nouvelles modalités décidées par la CNDP le 3 juillet ont permis d’ouvrir ce qui s’apparente à la préparation contradictoire du débat, et il s’agit qu’un « vrai » débat public puisse effectivement avoir lieu après la clôture du débat Cigéo, sur le périmètre élargi que dégagera cette phase préparatoire. Dans cet objectif, il est envisagé que la préparation, déjà engagée, de la conférence de citoyens occupe le délai restant du débat (jusqu’à mi-février 2014), que les conclusions de cette phase préparatoire soient intégrées au bilan de la CNDP afin que celle-ci demande au gouvernement de la saisir pour organiser la conférence de citoyens après, au printemps 2014, ou plus tard, quand les éléments nécessaires pour aborder le périmètre élargi des questions à débattre — notamment l’évaluation des coûts du projet Cigéo par l’État (toujours attendue de la direction générale de l’énergie et du climat), ou le dernier rapport de la Commission nationale d’évaluation (publié fin novembre 2013), voire la loi sur la transition énergétique — seront disponibles. Il s’agit donc d’envisager la conférence de citoyens comme un moment des concertations d’après-débat pour lesquelles la loi Grenelle 2 de 2010 prévoit que le bilan de la CNDP doit faire des propositions.

Marie-Angèle Hermitte ne reprend pas à son compte cette perspective et son calendrier, et se concentre sur la composition du comité de pilotage et la préparation de la conférence de citoyens. Elle prend de nombreux contacts pour voir qui accepterait d’être dans le comité de pilotage ou d’être formateur. L’organisation réellement contradictoire de la conférence, faisant intervenir des formateurs favorables et opposés au projet de niveau équivalent, apparaît assez difficile à obtenir, le nombre de formateurs issus des milieux de l’opposition étant réduit. D’autant plus que Marie-Angèle Hermitte exige une séparation stricte des rôles : les membres du Comité de pilotage occupant une position d’organisateurs ne peuvent en même temps occuper la position de formateurs. Il faudra donc un temps assez long pour que des chercheurs critiques acceptent le rôle important mais peu visible de membres du comité de pilotage.

Le 18 octobre, Marie-Angèle Hermitte rencontre pour la première fois le président de la CNDP, Christian Leyrit, et lui présente l’état des réflexions sur la préparation de la conférence de citoyens. La CNDP accepte l’idée de déconnecter la conférence de citoyens du débat Cigéo, et donc de n’avoir aucun membre dans le Comité de pilotage, grâce au patient travail de conviction de sa présidente. Mais, compte tenu des contraintes légales qui pèsent sur le débat public, que la CNDP comme l’Andra examinent scrupuleusement, c’est l’idée d’organiser la conférence de citoyens à la suite du débat CPDP, mais dans le délai légal imparti à la CNDP pour rendre son bilan, qui s’impose comme compromis acceptable par tous. Donc entre le 15 décembre 2013 et le 15 février 2014, ce qui est une fenêtre étroite. Au-delà, l’Andra ne pourrait pas financer l’organisation de la conférence de citoyens, et une saisine spécifique du gouvernement pour que la CNDP l’organise semble très aléatoire.

Alors que le cahier des charges de juillet, en employant l’expression « CNDP/CPDP », ne spécifiait pas explicitement qui, de la CNDP ou de la CPDP, était le commanditaire de la conférence de citoyens, cette première réunion installe la CNDP comme seul interlocuteur du Comité de pilotage. Si le président de la CPDP assiste par la suite à certaines réunions, les autres membres de la CPDP ne participent pas à la préparation de la conférence de citoyens (ils rencontreront, au début de cette préparation, une seule fois Marie-Angèle Hermitte qui écoute leurs préoccupations et tiendra compte de nombre d’entre elles). C’est une autre traduction de la déconnexion du débat public et de la conférence de citoyens[12] que sa tenue rendra visible puisque les membres de la CPDP, y compris son président, ne seront jamais acteurs de la conférence ni ne rencontreront les citoyens. La préparation de la conférence de citoyens renforce ainsi plusieurs membres de la CPDP dans le sentiment, né des conditions d’ouverture du débat (la présence à la tribune du président et des deux vice-présidents de la CNDP, et non de la seule CPDP, contrairement à un usage bien établi) puis des décisions de la CNDP du 3 juillet, d’une reprise en main de la conduite du débat par le bureau de la CNDP, installant les membres de la CPDP en position de simples exécutants de décisions auxquelles ils n’ont pas part[13].

3.    23 octobre – 15 novembre 2013 : constitution du Comité de pilotage et fixation entre les différents acteurs de la conférence de citoyens de ses modalités définitives

Par rapport au programme initial arrêté début septembre, la conclusion de la conférence de citoyens est donc décalée de 10 ou 11 semaines, mais cela ne détend en rien le calendrier de l’opération. En effet, aucune des modalités précises d’organisation n’a encore été abordée. C’est l’objet de la première rencontre, le 23 octobre, entre Marie-Angèle Hermitte et les directeurs de Missions publiques. Le calendrier de la conférence est arrêté : les formations auront lieu les week-ends des 13/15 décembre et 17/19 janvier, et l’audition publique le week-end du 1/2 février. Marie-Angèle Hermitte informe Missions publiques qu’elle est résolument hostile à toute rémunération des citoyens qui vont être tirés au sort[14], ce qui bouleverse profondément les conditions du recrutement[15], mais qu’elle souhaite en revanche une prise en charge hôtelière de haut niveau. Elle souhaite également renforcer le temps consacré à la formation par rapport au temps prévu dans leur proposition pour l’animation du groupe. Une seconde réunion a lieu le 5 novembre, après que les directeurs de Missions publiques ont pu envisager les conséquences pour leur mission, notamment sur les conditions de recrutement et la logistique de la conférence, des exigences de la présidente du Comité de pilotage. Celle-ci y revient également sur l’animation de la conférence, que Judith Ferrando devait assurer, avec l’assistance de l’équipe de Missions publiques. Elle souhaite l’intervention d’un second animateur « extérieur » à cette équipe, pour pondérer les méthodes d’animation proposées, qu’elle juge donner trop de place à la dynamique de groupe par rapport à l’apprentissage proprement dit.

Par rapport à l’offre technique initiale de Missions publiques, il résulte de ces deux premières réunions avec la présidente du Comité de pilotage une redéfinition substantielle de l’intervention du cabinet, qui en diminue l’intérêt et en modifie les conditions économiques, alors même qu’aucune notification du marché n’est encore signée par l’Andra. Le cabinet demande donc que son rôle soit clairement arrêté avant de poursuivre sa mission, et notamment de lancer le recrutement qui engage la sous-traitance d’Ipsos. Le 15 novembre, une réunion entre la CNDP (le président et la vice-présidente), Marie-Angèle Hermitte, les directeurs de Missions publiques et l’Andra (l’adjoint au directeur de la communication, qui suit le dossier depuis le début) a lieu à la CNDP pour fixer définitivement les modalités de la conférence et renégocier le contrat de Missions publiques. La question du second animateur n’est toutefois pas tranchée sur le champ, différentes options contractuelles devant être examinées. Les documents mettant en forme les décisions arrêtées à cette réunion et précisant le déroulement de la conférence de citoyens sont transmis le 18 novembre 2013. Le 2ème week-end est avancé d’une semaine, du 10 au 12 janvier 2014 pour conserver 3 semaines d’écart avec le 3ème week-end.

Compte tenu des difficultés rencontrées par le débat public sur le terrain, la question de la forme à donner à l’audition publique de la conférence de citoyens, est discutée dans cette période. Trois hypothèses sont envisagées pour l’audition publique : a) débat en public, comme cela est habituellement le cas, mais la possibilité d’une telle réunion publique ouverte se heurte à la forte crainte que sa tenue soit empêchée comme cela avait été le cas des réunions du débat public en mai et juin 2013 ; b) une audience avec un public choisi, sur invitation, et la possibilité d’une retransmission sur Internet comme pour les débats contradictoires ; c) une audience à huis-clos, avec un public restreint dont quelques journalistes, sur invitation, et une retransmission extérieure, à l’instar de certaines réunions du débat public sur les nanotechnologies. Le Comité d’évaluation, en cours de formation, rappelle début novembre qu’à ses yeux, le caractère public de l’audience est le facteur déterminant par lequel les citoyens de la conférence peuvent considérer ne pas participer simplement à un groupe de discussion, mais à un groupe en responsabilité d’une parole publique, en tant que citoyens. Il convient donc de bien distinguer deux plans : celui de la publicité de l’audience (sa date et son lieu, les experts interrogés, ses règles du jeu, etc.), et celui de son organisation pratique. Sur le premier plan, il lui semble impératif — notamment vis-à-vis des citoyens réunis — de garantir la publicité de l’audience sans quoi l’ensemble du processus serait faussé. Sur le second plan, une inscription préalable des auditeurs lui semble une bonne solution pour assurer l’ouverture au public et le contrôle nécessaire à garantir la sérénité de l’audience publique, qui n’est pas une réunion de débat public puisque le public n’y a pas droit à la parole, et doit donc accepter cette règle en s’inscrivant à l’avance. Cependant, la CNDP considère mi-novembre que toute publicité autour de la conférence de citoyens crée un risque élevé de voir sa tenue empêchée ou perturbée, ce qui doit être absolument évité. Lors de la réunion du 15 novembre, décision est prise de retenir la seconde option, une audience avec un public choisi, sur invitation et sans publicité.

Au début de cette période, Marie-Angèle Hermitte avait finalisé ses contacts pour la formation du Comité de pilotage, dont la composition est arrêtée fin octobre, même si elle n’est finalement rendue publique qu’à l’occasion de la conférence de presse du 11 décembre 2013[16]. Les membres du Comité de pilotage étant des chercheurs de haut niveau dans diverses institutions, ils ont de multiples missions, à l’étranger notamment, et peuvent difficilement être réunis. La seule occasion de les réunir tous sera l’audition publique, à la toute fin de la conférence de citoyens. Cela conduit à adopter pour sa préparation un fonctionnement sans réunion en présence de l’ensemble du comité, mais par messagerie électronique, échanges téléphoniques et plusieurs réunions bi ou trilatérales. Marie-Angèle Hermitte reste donc, même après la formation du Comité de pilotage, le principal interlocuteur de la CNDP et de Missions publiques, Clémence Bedu participant également à toutes les réunions.

Dans le même temps, la vice-présidente de la CNDP confirme à Jean-Michel Fourniau sa demande de début septembre pour qu’il prenne en charge le Comité d’évaluation. Elle contacte ensuite Luigi Bobbio qui accepte d’en faire partie. Fin octobre, elle leur transmet un projet de cahier des charges de l’évaluation reprenant les termes figurant dans le CCTP (le Comité est « particulièrement attendu sur l’évaluation : Des modalités de sélection du panel et de sa composition finale ; De la qualité de la procédure (formation, animation, échanges au sein du panel, respect durant les échanges, etc.) ; De l’ouverture et de la diversité des informations dispensées ; De l’impact de la délibération sur l’évolution des points de vue (des questionnaires peuvent être proposés avant et après la conférence) ») La formation définitive du Comité d’évaluation prendra ensuite les 3 premières semaines de novembre. Il est en effet envisagé de le compléter, à l’instar du Comité de pilotage, par deux personnes travaillant sur le nucléaire et spécialistes des questions de participation, l’une étant considérée comme étant plutôt opposée à l’enfouissement des déchets, et l’autre plutôt favorable. Finalement, pour des raisons personnelles ou institutionnelles, les personnes sollicitées déclinent l’invitation. Cécile Blatrix est alors contactée le 17 novembre pour compléter le Comité d’évaluation, et accepte le 20. Il est alors considéré que la préparation de la conférence de citoyens est trop avancée pour chercher à élargir plus le Comité d’évaluation, qui ne comprendra donc que trois membres, tous chercheurs spécialistes des questions de participation, aucun n’ayant jamais travaillé sur le nucléaire[17]. Cette composition est validée lors d’une rencontre, le 3 décembre, de Jean-Michel Fourniau et Cécile Blatrix (Luigi Bobbio étant retenu en Italie) avec le président de la CNDP, Christian Leyrit.

Mi-novembre, l’ensemble du dispositif de la conférence de citoyens est donc en place et sa préparation concrète peut alors vraiment démarrer, notamment le recrutement des citoyens, dans les nouveaux cadre et calendrier arrêtés le 15 novembre, à un mois seulement du premier week-end. Le périmètre des problèmes à aborder étant nécessairement large sur un sujet aussi complexe que le stockage en profondeur des déchets radioactifs, le Comité de pilotage a considéré qu’il ne convenait pas de formuler une question précise à laquelle la conférence aurait à répondre[18], et qu’il était préférable de laisser les citoyens de la conférence explorer les dimensions qui organiseraient leur synthèse de l’ensemble de ce qu’ils auraient entendu. De fait, si nous parlons dans ce papier de « la conférence de citoyens sur la gestion à long terme des déchets radioactifs et le projet Cigéo », aucun intitulé officiel n’a été retenu, les documents de la CNDP indiquant « conférence de citoyens » sous un sur-titre « Débat public Cigéo », Missions publiques utilisant plutôt l’expression « conférence de citoyens Cigéo », et le Comité de pilotage utilisant plutôt le titre « Déchets nucléaires », traces des divers remaniements intervenus depuis la décision de juillet 2013. Cette relative indétermination du titre est saisie par le Comité de pilotage comme un facteur d’ouverture à des questions ou des problématiques non prévues au départ.

4.      De mi-novembre à mi-décembre : préparation de la conférence de citoyens dans un contexte de très fortes tensions autour de sa tenue

Suite aux premières réunions de travail entre la présidente du Comité de pilotage et Missions publiques, et aux décisions prises le 15 novembre, un partage des rôles s’établit. Marie-Angèle Hermitte, avec l’aide des autres membres du Comité de pilotage, prend en charge la préparation détaillée des sessions de formation, Missions publiques se réservant l’organisation technique du recrutement avec Ipsos, et l’organisation logistique de la conférence, même si tous les choix sont soumis à l’approbation du Comité de pilotage. Mais les supports de la campagne de recrutement que lance Ipsos le 18 novembre ne font pas l’objet d’un examen précis tant que le Comité d’évaluation n’en produit pas une critique. La CNDP percevant dans de multiples messages reçus les signes de très fortes tensions autour de la tenue de la conférence de citoyens[19], Christian Leyrit exige alors que le Comité de pilotage ait un droit de regard final sur les citoyens sélectionnés, pour vérifier l’absence de conflit d’intérêts.

Pour la préparation des sessions de formation, Marie-Angèle Hermitte rencontre la directrice générale de l’Andra pour caler les interventions de l’agence. François Besnus cale de son côté avec son directeur général les interventions de l’IRSN. Les interventions des experts critiques avaient pour une part été arrêtées dans la phase précédente, quand il avait fallu départager ceux qui seraient au Comité de pilotage et ceux qui seraient formateurs. Beaucoup d’autres contacts sont pris en vue des deux sessions de formation. Mais l’organisation contradictoire de chacune des sessions rencontre des difficultés et des refus, notamment de la part d’institutions publiques majeures pour les questions traitées – Cour des comptes, Commission nationale d’évaluation, Haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire, institutions qui considèrent soit qu’elles n’ont pas d’éléments nouveaux à apporter au débat, soit qu’il n’est pas dans leurs missions de faire la pédagogie des documents déjà publiés –, ou d’associations, comme France Nature Environnement qui avait boycotté le débat. Plusieurs accepteront finalement de participer à l’audition publique sur sollicitation directe du président de la CNDP.

Le 28 novembre, une réunion de travail entre la CNDP, le Comité de pilotage, Missions publiques et l’Andra, permet de caler l’essentiel de l’organisation et du contenu du premier week-end de la conférence. Elle est également l’occasion d’une rencontre avec le second animateur de la conférence de citoyens, Guy Amoureux, la confirmation de sa présence parachevant donc le dispositif adopté.

Parallèlement à la préparation de la conférence, et pour faire suite aux débats contradictoires sur Internet, la CNDP invite le 25 novembre les principaux acteurs associatifs qui avaient souhaité début 2013 le report du débat Cigéo et, pour beaucoup, l’avaient boycotté, n’ayant pas obtenu satisfaction. L’initiative de cette réunion revient d’abord à plusieurs des membres de la CPDP qui souhaitent toujours explorer de nouvelles voies pour relancer le débat en l’ouvrant aux opposants locaux, avec lesquels ils ont maintenu le contact. Finalement, aucun des collectifs ayant boycotté le débat ne sera présent[20], et aucun des membres de la CPDP, sauf le président, ne sera convié. Cette réunion permet néanmoins aux acteurs présents de faire entendre leurs critiques de fond contre le débat Cigéo, en termes vifs : les mensonges du maître ouvrage et de l’État sur le fond du dossier, l’exaspération des habitants de la Meuse et de la Haute-Marne face à ce mépris, l’absence d’autorité, voire d’indépendance, de la CPDP et de la CNDP pour restaurer l’honnêteté du débat, le défaut de crédibilité de l’exercice résultant de la contradiction entre les décisions prises dans la loi de 2006 et les résultats du débat de 2005. S’ils estiment donc tous que le débat Cigéo ne peut pas être qualifié de débat public, ils considèrent pourtant qu’il y a matière à débat sur la gestion à long terme des déchets radioactifs. Pour beaucoup des acteurs présents, l’enjeu des discussions est donc, comme cela avait été le cas dans les échanges conduits fin septembre 2013 par Marie-Angèle Hermitte pour vérifier la possibilité de la conférence de citoyens, de restaurer les conditions d’un débat public qu’il convient encore d’ouvrir[21] et de s’entendre sur ce que pourrait être l’après débat Cigéo. Tous attendent un geste fort de la CNDP dans ce sens, en particulier qu’un nouveau calendrier du débat public soit annoncé et qu’un dossier contradictoire soit établi. Pour la CNDP, ces conditions sont réunies avec la conférence de citoyens, et il s’agit donc de les convaincre d’y participer, au moins à l’audition publique. La conférence de citoyens donne donc lieu à un malentendu sur la possibilité de rouvrir le débat[22]. Aussi, la réunion se termine-t-elle sur ce malentendu, et gardera un statut informel puisque le communiqué de presse évoqué en fin de réunion pour en rendre compte n’est pas publié et qu’il n’en est pas question non plus dans le compte rendu de la CPDP ni le bilan de la CNDP.

Malgré son peu de visibilité, on peut considérer que cette réunion du 25 novembre 2013, rassemblant les acteurs associatifs qui avaient critiqué les conditions du débat, fait le pendant, à 6 mois d’intervalle, de celle du 6 juin (qui réunissait les acteurs institutionnels du débat) par laquelle nous avons commencé cette chronologie et à laquelle le compte rendu de la CPDP et le bilan de la CNDP font plus écho. La préparation de la conférence de citoyens, notamment grâce aux multiples contacts pris par Marie-Angèle Hermitte, a contribué à renouer le dialogue avec certains acteurs qui avaient boycotté le débat Cigéo, mais accepteront finalement de participer à l’audition publique. Elle a ainsi créé les conditions pour qu’ils puissent considérer son déroulement et la qualité de l’avis des citoyens comme ayant « sauvé le débat public », pour reprendre des termes souvent utilisés dans la presse mi-février 2014. Mais pour lever complètement les préventions envers le débat public nées de ses conditions d’ouverture et de déroulement, les dispositions des concertations à conduire dans la nouvelle phase qu’ouvrira la décision du maître d’ouvrage devraient en tirer toutes les leçons. Le bilan du débat énonce les exigences auxquelles apporter réponse, qui vont bien au-delà du rôle que pourra jouer un garant nommé par la CNDP.

La réunion de la CNDP du 4 décembre 2013 annonce la conférence de citoyens, et nomme officiellement les membres du Comité de pilotage et du Comité d’évaluation. Reportée à la fin du processus de recrutement des citoyens de la conférence, la conférence de presse l’annonçant, en présence de Marie-Angèle Hermitte, a lieu le 11 décembre. La ville où se tient le premier week-end, tenue secrète pour parer tous risques d’empêchement de la conférence de citoyens, est révélée en fin d’après-midi par un tweet de Bertrand Pancher, présent à la conférence de presse. Le président de la CNDP, avec l’accord unanime du Comité de pilotage, annule la participation du député de la Meuse au premier week-end, où il devait présenter en tant que parlementaire l’ayant votée, la loi de 2006, en contradicteur de l’exposé de Yannick Barthe sur l’histoire des décisions publiques en matière de gestion à long terme des déchets radioactifs. Mais ces dernières vicissitudes, bien qu’elles excluent celui qui en avait le premier émis l’idée, ne compromettent pas la tenue de la conférence de citoyens. Les 17 citoyens finalement recrutés sont reçus le vendredi 13 décembre 2013 après-midi dans un hôtel de Provins et se mettent rapidement au travail.

Notes

[1].     La présidente du comité de pilotage de la conférence de citoyen, Marie-Angèle Hermitte, a proposé une analyse d’ensemble de la conférence et de ses résultats. Voir Hermitte M-A. (2014), « La Conférence de citoyens sur la gestion des déchets nucléaires dans le cadre du projet Cigéo », Les cahiers de GLOBAL CHANCE, n° 35, pp. 44-51. Voir également, sur le site de la CNDP : « Retour sur la conférence de citoyens organisée sur le projet Cigéo ».
[2].     Le dispositif comportait un Comité d’évaluation composé de Cécile Blatrix (AgroParisTech), Luigi Bobbio (Université de Turin) et Jean-Michel Fourniau (Ifsttar). Ce billet reprend l’annexe 3 du rapport d’évaluation rendu à la CNDP le 13 juin 2014 par Luigi Bobbio et Jean-Michel Fourniau.
[3].     Représentée par ses deux vice-présidents, Laurence Monnoyer-Smith et Jacques Archimbaud. Le président Christian Leyrit, hospitalisé, ne peut participer aux réunions durant le mois de juin. Mais il prend de nombreuses initiatives concernant les mesures à prendre pour « empêcher d’empêcher » la tenue du débat public : contact avec la ministre de l’Écologie en vue d’une réunion avec les représentants des ministères de l’Intérieur et de la Justice, contact avec la Direction des libertés publiques qui produit une note juridique sur le caractère d’infraction pénale que constitue l’obstruction des réunions publiques… La CNDP n’ayant pas la personnalité juridique ne peut saisir directement la justice, seul le président de la CPDP, Claude Bernet, en tant qu’organisateur des réunions empêchées, pourrait le faire, mais il s’y refuse pour préserver les suites du débat.
[4].     Bertrand Pancher connaît les conférences de citoyens pour avoir confié, lorsqu’il était président du Conseil général de la Meuse, à l’un des spécialistes français du sujet, Dominique Bourg (à l’époque à l’Université de technologie de Troyes), l’animation d’un Institut du débat public local (IDPL) créé en 2003 pour « renforcer la concertation avec l’ensemble des acteurs concernés par les dossiers sensibles de son département (Laboratoire de Bure sur le stockage des déchets nucléaires, création de zones d’épandage de crues…) ». L’IDPL a organisé en 2005, à Bure, une conférence locale de citoyens sur les déchets radioactifs. Cf. le témoignage de Bertrand Pancher in Jérôme Auriac, Anne Chanon (2012), L’entreprise à l’ère de la défiance : De l’intérêt du dialogue sociétal, Paris, L’Harmattan, pp. 360-370.
[5].     Cf. Camille Saïsset, « Le difficile sauvetage du débat public sur le projet de Cigéo » Actu-Environnement, 10 juin 2013 : http://www.actu-environnement.com/ae/news/debat-public-cigeo-reunion-18735.php4
[6].     Xavier Brouet, « Bure, sortir de l’impasse », Le Républicain lorrain, 4 juillet 2013 : http://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2013/07/04/bure-sortir-de-l-impasse
[7].     « Un comité d’évaluation est mis en place. ll se compose d’une équipe de chercheurs — qui devront déclarer l’absence de conflits d’intérêts — qui suit la mise en œuvre de la conférence de citoyens, en réalise l’évaluation ex post et propose à la CNDP des préconisations pour l’amélioration du dispositif dans le cadre de l’évolution des méthodologies que souhaite mettre en place la CNDP.
Les missions du comité d’évaluation sont les suivantes :
  • Suivre la mise en place de l’ensemble du dispositif depuis sa conception. Un représentant du comité d’évaluation pourra ainsi assister aux travaux du comité de pilotage ;
  • Attirer au besoin l’attention du comité de pilotage sur tout dysfonctionnement dont il aurait connaissance qui lui paraitrait incompatible avec la déontologie propre aux conférences de citoyens ;
  • Produire, au plus tard dans les deux semaines qui suivent le rendu de l’avis des citoyens un bref rapport réflexif et critique sur le fonctionnement de la procédure. Le comité est particulièrement attendu sur l’évaluation :
    • de la composition du panel,
    • de la qualité de la procédure (formation, animation, échanges au sein du panel, respect durant les échanges, etc.),
    • de l’ouverture et de la diversité des informations dispensées,
    • de l’impact de la délibération sur l’évolution des points de vue (des questionnaires peuvent être proposés avant et après la conférence) ;
  • Produire, peu après la clôture du débat public Cigéo (15 décembre) un rapport plus précis sur l’ensemble du dispositif, comprenant des préconisations de caractère méthodologique pour la CNDP et les CPDP ;
  • Tenir informée la CNDP de toute publication d’ordre académique ou professionnelle qui sera réalisée par la suite et lui en adresser une copie numérique et papier.» (pp. 9-10)
[8].     Marie-Angèle Hermitte a été membre du comité de pilotage des deux premières conférences de citoyens organisées en France, en juin 1998 par l’OPECST, sur les OGM dans l’alimentation, en février 2002 par la Commission française du développement durable, sur le changement climatique. Elle a présidé le Comité de pilotage de la conférence de citoyens sur les effets des ondes électromagnétiques sur la santé, organisée par la Ville de Paris en 2009. Elle a également été membre du comité d’évaluation d’une conférence de parties prenantes sur les vignes transgéniques de Colmar, organisée par l’Inra en 2003. Elle fait part de ces expériences dans son dernier ouvrage, où un chapitre (pp. 297-338) est consacré aux conférences de citoyens. Hermitte M-A., Le droit saisi au vif. Sciences, technologies, formes de vie, Paris, Petra, 2013.
[9].     Soulignons qu’une différence d’appréciation de ce type — dispositif spécifique vs modalité du débat public — avait surgi dans la préparation de l’Atelier citoyen VRAL début 2006 entre le Comité de pilotage et la CPDP, commanditaire de la conférence de citoyens. Voir le Compte rendu du Comité de pilotage, note n° 4, notamment pp. 35-37, téléchargeable sur : http://debatpublic.inrets.fr/spip.php?rubrique6
[10].    Voir notamment p. 19 du Vol. 1 : La conception du débat public où il est noté à propos des débats sur le nucléaire de 2005 : « une opposition est très ancienne et très forte, qui du projet s’est reportée sur le débat lui-même, et [ces débats] ont dû attacher à la préparation beaucoup plus de soin que les débats qui se sont déroulés dans une situation moins contrastée ». Georges Mercadal parle de « concertations de préparation du débat public » dans les propositions développées dans son ouvrage, Le débat public : pour quel « développement durable » ?, Paris, Presses de l’ENPC, 2012.
[11].    Voir notamment sur le site de Global Chance, la page « Ceci n’est pas un débat public » (http://www.global-chance.org/Bure-ceci-n-est-pas-un-debat-public), qui reprend les interventions de Benjamin Dessus et Bernard Laponche. Ce dernier indique par exemple, lors du débat sur la gouvernance, le 20 novembre 2013 : « la phase qui s’est déroulée et qui se termine avec la discussion d’aujourd’hui [les débats contradictoires sur Internet], est pour nous presque la phase introductive du débat 2005, c’est-à-dire une phase d’échanges entre experts, entre les porteurs du projet et des experts dits indépendants. Cette phase-là devrait être au préalable du débat en disant : on éclaircit les questions. Pour nous, ce n’est pas un débat public, c’est une phase d’informations contradictoires. (…) Je pense que ce que l’on a eu depuis quelques mois ne suffit pas par rapport aux questions qui sont posées. Il faudrait vraiment qu’un débat public soit organisé. » (Verbatim, p. 8 et 14, téléchargeable à : http://cpdp.debatpublic.fr/cpdp-cigeo/docs/verbatims/20131120-verbatim.pdf)
[12].    D’ailleurs, dans le Journal du débat n° 3, publié en novembre par la CPDP Cigéo, son président ne mentionne pas la conférence de citoyens dans l’entretien qu’il consacre à la réorientation du débat public. C’est néanmoins Claude Bernet qui a la primeur de l’annonce publique de la prochaine tenue de la conférence. Lors du débat contradictoire sur Internet du 13 novembre, à la récrimination de Benjamin Dessus « On avait parlé d’une conférence de citoyens, on n’entend plus parler de rien », Claude Bernet répond : « Vous avez évoqué la conférence de citoyens. J’ai le plaisir de vous informer que la Présidente a été désignée, ainsi que le Comité de pilotage ; tout cela est en train de démarrer et donnera des résultats début février » (p. 6 du verbatim, télchargeable à : http://cpdp.debatpublic.fr/cpdp-cigeo/docs/verbatims/20131113-verbatim.pdf).
[13].    Les Cahiers méthodologiques de la CNDP 2007. Vol. 1 : La conception du débat public font un ensemble de remarques sur les rapports CNDP/CPDP allant au contraire toutes dans le sens d’une grande autonomie des CPDP. Voir notamment pp. 14-15.
[14].    Hermitte M-A., Le droit saisi au vif, op. cit.., voir notamment p. 324 sur la question de la rémunération.
[16].   Outre Marie-Angèle Hermitte, il comprend une chercheuse spécialiste des questions de participation, Clémence Bedu, et quatre chercheurs travaillant sur le nucléaire, deux réputés plutôt favorables au projet, François Besnus, directeur des déchets et de la géosphère à l’IRSN et Bernd Grambow, radiochimiste, professeur à l’École des Mines de Nantes, et deux opposés au projet, Jean-Marie Brom, directeur de recherche à l’Institut pluridisciplinaire Hubert Curien (CNRS-IN2P3-Université de Strasbourg) et Andreas Rüdinger, chercheur au pôle énergie-climat de l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI, Sciences Po Paris). Voir la page du site de la CNDP consacrée à la conférence de citoyens : https://www.debatpublic.fr/conference-citoyens-projet-cigeo.
[17].    Voir la présentation des trois membres du Comité d’évaluation sur la page du site de la CNDP consacrée à la conférence de citoyens : https://www.debatpublic.fr/conference-citoyens-projet-cigeo
[18].   Assez étonnamment, le Compte rendu du débat rendu public le 12 février 2014, formule quant à lui la question à poser à la conférence de citoyens, en la décrivant comme : « un groupe d’une vingtaine de citoyens, chargé, après une formation adaptée, de définir une position commune sur un sujet, en l’occurrence : faut-il, ou non, autoriser la création sur le site de Meuse/Haute-Marne du centre de stockage profond réversible Cigéo, destinés à certains déchets radioactifs à haute et moyenne activité ? », p. 15, trace sans doute d’une position défendue par le président de la CPDP au début de sa préparation.
[19].     Par exemple, Michel Gueritte, après de multiples courriels à la CNDP sur le sujet, publie le 13 décembre sur son blog (http://www.villesurterre.eu/) ses « recherches sur le curriculum des membres [du Comité de pilotage et du comité d’évaluation] et des intervenants annoncés » faisant apparaître des liens avec l’Andra ou bien de forts liens d’interconnaissance : « Des gens dont je ne me permettrai pas de nier compétence et expérience, mais qui se connaissent trop bien et qui “colloquent” ensemble […] Ce n’est plus une équipe soudée, c’est un clan ! »
[20].    Participent à la réunion, outre le bureau de la CNDP et le président de la CPDP : Guillaume Blavette, Nature-Environnement Haute-Normandie ; Jean-Claude Autret, ACRO ; Yannick Rousselet, Greenpeace ; Yves Lheureux, ANCCLI ; Marie-Anne Sabatier, CLI de Marcoule ; Alain Corréa, Stop EPR Ni à Penly Ni ailleurs ; Michel Marie, Cedra ; Michel Gueritte, Ville-sur-Terre ; et les « experts critiques » : Benjamin Dessus et Bernard Laponche, Global Chance ; Yves Marignac, Wise. Plusieurs interviendront comme formateurs et beaucoup seront auditionnés par la conférence de citoyens. Avaient été également invités mais ne sont pas venus : Bruno Gentil et Maryse Arditi pour FNE ; Laura Hameaux, porte-parole du réseau Sortir du nucléaire ; Roland Desbordes, CRIIRAD ; Philippe Guiter, Sud Rail ; Monique Sené (GSIEN). Les deux derniers interviendront dans la conférence de citoyens.
[21].   Le cahier d’acteurs n° 154 de Cigéout « Bure est une impasse, il faut changer la loi » (daté de décembre 2013 mais diffusé seulement en février 2014) fait état de cette réunion en indiquant qu’elle a fait naître l’idée qu’il était possible de rouvrir le débat comme l’on peut rouvrir un procès quand il y a des éléments nouveaux importants.
[22]. Elle consomme de ce fait la fracture dans la CPDP, rendue visible le 12 février 2014 lors du rendu du bilan de la CNDP, et du compte rendu de la CPDP dont plusieurs membres se désolidarisent. Voir, par exemple, Laure Nouhalat, « Enfouissement des déchets nucléaires : le débat enterré ? », Libération, 13 février 2014 ou Barnabé Binctin, « Déchets nucléaires : le projet Cigéo doit attendre, conclut le débat public », Reporterre, 13 février 2014.

Ce contenu a été publié dans Cigéo, Terrains par Jean-Michel Fourniau. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Jean-Michel Fourniau

Sociologue, Jean-Michel Fourniau est directeur de recherche au laboratoire Dynamiques Économiques et Sociales des Transports, département "Aménagement, Mobilités, Environnement" de l’Institut français des sciences et des technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (IFSTTAR-DEST). Il est également membre du Groupe de sociologie pragmatique et réflexive de l’École des hautes études en science sociale (GSPR, EHESS) dirigé par Francis Chateauraynaud. En 2009, il a créé le Groupement d’intérêt scientifique "Participation du public, décision, démocratie participative". Il en est le directeur, Patrice Duran en assurant la présidence pour le compte du CNRS, et Loïc Blondiaux la présidence du Conseil scientifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *