La portée de la participation ou l’expérience des milieux

Sociologie des mobilisations territorialisées

Responsables :

  • Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS
  • Jean-Michel Fourniau, directeur de recherche à l’INRETS
  • Mathieu Leborgne, chercheur associé au LAMES

Séminaire mensuel sur deux semestres du 26 novembre 2010 au 10 juin 2011

    le deuxième vendredi du mois, de 10h30 à 13h et de 14h30 à 17h
    EHESS, Centre de la Vieille-Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille

La multiplication des lieux et formes de participation citoyenne invite à questionner un phénomène marqué par la diversité des champs investis, des échelles spatiales, mais aussi des modalités des échanges. En allant au-delà des réflexions menées au cours des années précédentes sur l’économie démocratique des débats publics, le séminaire s’attachera cette année à analyser la « portée de la participation » comme mécanisme d’influence réciproque entre la trajectoire publique des dossiers et les milieux (qu’ils soient sociaux, techniques, environnementaux ou institutionnels) dans lesquels leur mise en discussion est irréductiblement ancrée. Il s’agira de décrire, en examinant les formes de prise en compte des contextes historiques locaux, comment les acteurs articulent leur expérience vécue dans les milieux affectés par une décision, un projet d’aménagement, un risque, avec les espaces de production et de circulation de l’information sur la situation en cause et ses conséquences. L’analyse portera dans le même mouvement sur les lieux de mise en discussion publique et d’élaboration des décisions, et sur les principes généraux destinés à soutenir les causes dans les situations de dispute ou de conflit. La « portée de la participation » peut en effet se mesurer à la manière dont l’engagement des acteurs dans le processus de décision affecte à la fois les dispositifs, les milieux et les représentations. La diversité des cas présentés (des nanotechnologies aux grandes infrastructures) permettra de construire l’espace de variation nécessaire pour tester cette formalisation, qui prolongera les analyses issues de la « balistique sociologique » en les appliquant à des mobilisations territorialisées, dans une optique comparée, attentive à leurs différents points d’ancrage.

Programme 2010-2011

26/11/2010 La portée de la participation du public aux processus décisionnels ou l’expérience des milieux

  • matin : Mathieu LEBORGNE (LAMES) : Puissance d’expression/puissance d’impression : une discussion sur la nature des milieux ; Francis CHATEAURAYNAUD (GSPR-EHESS) : Le moment du débat dans la balistique des dossiers controversés
  • après-midi : À propos des contraintes de description des dossiers et de la modélisation de la portée des débats, dialogue entre Francis CHATEAURAYNAUD, Jean-Michel FOURNIAU et Mathieu LEBORGNE sur la recherche du programme Concertations,Décision, Environnement (MEEDDM)

10/12/2010 La portée de l’institutionnalisation du débat public : comparaison des enjeux actuels au Québec et en France

  • matin : Mario GAUTHIER (Université du Québec en Outaouais) : Le BAPE et l’institutionnalisation du débat public au Québec
  • après-midi : Jean-Michel FOURNIAU (GSPR-EHESS et DEST-INRETS) : L’institution du débat public en France : tournant ou parenthèse dans l’histoire des décisions publiques ?

14/1/2011 Évaluation environnementale et communautés d’enquête

  • matin : Katharina SCHLIERF (post-doc au Cemagref Rennes et à l’ENGEE Strasbourg) : Les outils d’évaluation environnementale : juge de paix des controverses sur la gestion de déchets ?
  • après-midi : Mathieu LEBORGNE et Jean-Stéphane BORJA (LAMES) : La question de la formation de « communautés débattantes » sur les 6 terrains étudiés dans le projet Portée de la concertation

11/2/2011 Conflits et jeux d’acteurs atour des équipements métropolitains

  • matin : Mathilde GRALEPOIX (CITERES) et François BENCHENDIKH (CERAPS) : La controverse comme processus de prise de position dans le jeu d’acteurs locaux. Cas de la localisation d’un broyeur à métaux dans l’agglomération nantaise et d’un centre d’incinération dans l’agglomération marseillaise
  • après-midi : Jean-Michel FOURNIAU et Ingrid TAFERE (doctorante au GSPR et à l’INRETS) : L’émergence des enjeux métropolitains en PACA au crible des 6 terrains étudiés dans le projet Portée de la concertation

11/3/2011 Controverses et concertation sur les questions de pollution

  • matin : Florian CHARVOLIN (Modys) et Stéphane FRIOUX (LARHA) : La concertation avant la concertation : techniques de concernement, arts de la preuve et rôle des pouvoirs dans la prise en compte locale de la pollution atmosphérique (1930-1970)
  • après-midi : Christelle GRAMAGLIA (Cemagref Geau) et Ariane DEBOURDEAU (CSI-Mines) : Controverses autour de l’émergence de la question des pollutions dans un bassin industriel ancien

8/4/2011 Trajectoire politique des controverses sur la nature et la santé

  • matin : Antoine DORÉ (Cemagref, Grenoble), L’expérience publique de la nature : le cas de la carrière politique des loups en France
  • après-midi : Pierrick CÉZANNE-BERT et Stephan CASTEL (Cessa) : La santé environnementale, question périphérique pour les dispositifs de concertation étudiés dans le projet Portée de la concertation, devient-elle une thématique fédératrice dans les mobilisations territorrialisées ?

13/5/2011 Gouvernance des territoires

  • matin : Giorgio BLUNDO (Centre Norbert Elias, EHESS) : Les dispositifs transnationaux d’appui à la « bonne gouvernance »
  • après-midi : Suzanne de CHEVEIGNÉ (Centre Norbert Elias, EHESS) : Environnement et médias

Ce contenu a été publié dans Annonces par Jean-Michel Fourniau, et marqué avec , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Jean-Michel Fourniau

Sociologue, Jean-Michel Fourniau est directeur de recherche au laboratoire Dynamiques Économiques et Sociales des Transports, département "Aménagement, Mobilités, Environnement" de l’Institut français des sciences et des technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (IFSTTAR-DEST). Il est également membre du Groupe de sociologie pragmatique et réflexive de l’École des hautes études en science sociale (GSPR, EHESS) dirigé par Francis Chateauraynaud. En 2009, il a créé le Groupement d’intérêt scientifique "Participation du public, décision, démocratie participative". Il en est le directeur, Patrice Duran en assurant la présidence pour le compte du CNRS, et Loïc Blondiaux la présidence du Conseil scientifique.

Une réflexion au sujet de « La portée de la participation ou l’expérience des milieux »

  1. Ping : La portée des dispositifs participatifs face au retour du conflit | Portée de la concertation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *