Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique

Vient de paraître de Francis Chateauraynaud : Argumenter dans un champ de forces.  Essai de balistique sociologique (484 pages). Ce volume inaugure la collection Pragmatismes, dirigée par Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Jean-Michel Fourniau, aux éditions Pétra.

Couverture de Argumenter dans un champ de forces

La structure de l’ouvrage déploie l’ensemble des problèmes que pose à la sociologie  l’analyse des causes publiques saisies comme des processus de transformation. Le premier chapitre est consacré au contexte général formé par le retour de la critique radicale, retour manifeste dès le milieu des années 1990 et qui présente des caractéristiques nouvelles par rapport aux périodes antérieures, et en particulier la critique sociale des années 1970 qui sert souvent de point de référence1. Constatant une dissymétrie dans les travaux sociologiques, le deuxième chapitre propose un rééquilibrage conceptuel des notions d’ « acteur » et d’ « argument », en invitant à raisonner en termes de porteur et de portée, tandis que le chapitre III expose la diversité des arènes et des cadres sociaux de l’argumentation. L’espace de variation proposé permet d’étudier les changements de régimes argumentatifs, tout en évaluant le degré auquel les acteurs parviennent, ou non, à installer leur cause dans l’espace politique. C’est aussi l’occasion de développer la notion de puissance d’expression , une des notions clés de l’ouvrage. Pour saisir la dynamique des processus, le chapitre IV propose ensuite un modèle de balistique sociologique  conçu à partir d’une approche compréhensive des trajectoires empruntées par les alertes, les causes collectives et les problèmes publics les plus divers.

Partant d’un état des discussions dans le champ de la sociologie des sciences et des techniques, le cinquième chapitre revient sur le diagnostic de « montée en puissance des experts » et de l’omniprésence de « querelles d’expertise ». Pour les uns, cette place stratégique de l’expertise est le produit d’une technicisation du lien social, pour d’autres, un indice d’interdépendance accrue des acteurs, pour d’autres encore elle incarne un déplacement du pouvoir normatif et une crise des formes de représentation politique. Proposant un autre regard sur la « crise de l’expertise », Chateauraynaud y voit l’effet direct des ressorts critiques qui caractérisent en propre les démocraties : en se multipliant, affaires, controverses et mobilisations collectives engendrent un travail politique nouveau qui a pour caractéristique de poser constamment la question de la légitimité des experts, l’expertise étant plutôt conçue comme une forme de pacte cognitif, toujours provisoire, sur ce qui peut être communément accepté comme faits et valeurs. En suivant le fil des contraintes surmontées par les acteurs, le chapitre VI produit une nette inflexion : prendre au sérieux les procédés argumentatifs suppose en effet un examen de la question des preuves. Au-delà de la querelle du constructivisme,  il examine la place des formes de recoupement et des modalités de preuve, en repartant de  la notion de tangibilité. Du tangible au sensible, il n’y a qu’un pas que le septième chapitre aide à franchir en pointant une dimension primordiale : l’argumentation fondée sur l’expérience d’un milieu est au cœur de nombreuses disputes, faisant intervenir la connaissance familière des univers de pratiques ou des dispositifs techniques. La sociologie de la perception fondée sur l’étude des prises développées par les personnes et les groupes, dans leurs milieux, est ici remobilisée2. Mais que se passe-t-il lorsque, n’ayant ni preuve ni expérience directe, les protagonistes doivent malgré tout raisonner sur des potentialités, des anticipations ou des visions du futur, proche ou lointain ? Un huitième chapitre  s’attaque aux différentes manières de construire des visions plausibles de l’avenir en montrant l’importance que prend la tension entre la référence constante aux grands précédents – qui engendrent de véritables « visionnaires à rebours » – et l’attention continue à des signes insistants mais difficilement interprétables. Selon les angles du vue sur le futur que se donnent les acteurs, des signes précurseurs peuvent converger dans des séries intelligibles, appuyant une « vision réaliste » de ce qui peut advenir. Enfin, le dernier chapitre interroge la portabilité du cadre d’analyse balistique sur la dimension internationale. Décrire les efforts pour mobiliser une « communauté internationale » à chaque fois redéfinie par les entités et les localités en cause, suppose de réajuster nos outils balistiques, non seulement parce que la liste des entéléchies à prendre en compte change radicalement, mais aussi parce que la référence au cosmopolitisme fait peser d’autres contraintes de prise en compte sur les acteurs et leurs arguments3.

Qu’est-ce qui fait la portée d’un argument ? A quelles conditions s’impose-t-il bien au-delà de ceux qui l’ont introduit, au point de se transformer en mot d’ordre, en lieu commun ou en indicateur de positionnement politique ? Un argument peut-il s’imposer sans modifier durablement les ressorts de l’action et du jugement ? Comment s’articulent précisément l’argumentation et l’action ? Il faut souvent un long cheminement marqué par des événements de toutes sortes, parfois des catastrophes ou des conflits, pour que les rapprochements, d’abord incongrus ou singuliers, finissent par faire sens pour le plus grand nombre.Comment dès lors élaborer une modélisation minimale des contraintes de l’action collective tout en laissant ouverte l’espace des trajectoires possibles ? Tenir compte du contexte socio-historique de chaque dispute, ou plutôt de la manière dont elle parvient, ou non, à faire histoire, fait partie des conditions épistémologiques d’une balistique sociologique. Il ne s’agit pas de penser des trajectoires selon des coordonnées prédéterminées mais bien d’observer la manière dont les acteurs orientent ou réorientent la cause. Un des ressorts qui permet de donner une direction, ou provoquer une bifurcation, réside dans la capacité argumentative des protagonistes, capacité qui n’est pas donnée a priori mais qui se développe à la faveur de configurations favorables à son expression. Tous les détails des processus ne sont pas également pertinents pour une modélisation sociologique : seuls les moments forts ou les épreuves marquantes, qui ont pour caractéristique d’imposer aux protagonistes eux-mêmes un changement de perspective, présentent suffisamment de saillance pour entrer dans la description formelle des trajectoires. Pour le reste, il n’y a pas deux processus de transformation semblables. Cela dit, si le réductionnisme doit être rejeté, il est aussi improductif de se réfugier dans l’hypercontextualisation des cas. On a beau se donner des acteurs capables de construire leur monde et de tout redéfinir en contexte, en déplaçant les contraintes par le jeu des interactions, leurs projets et leurs attentes affrontent des épreuves de réalité : qu’un événement s’impose comme incontournable, qu’un argument s’avère tout à coup intenable, qu’une preuve vienne au secours d’une thèse, qu’un accord se cristallise ou qu’une force soit devenue imposante, le sens des épreuves dépend d’un certain nombre de principes de réalité. Pour saisir les différentes confrontations possibles entre les projets des acteurs et les principes de réalité auxquels ils se soumettent, on peut retenir cinq configurations communes à l’ensemble des trajectoires : les conditions d’émergence d’une cause et la direction qui lui est donnée lors des premiers échanges ; les controverses relatives aux types de preuve et d’argumentation exigés par la mise en mouvement de la cause vers des cibles déterminées ; les formes d’accusation, de dénonciation ou de critique radicale engendrées par le surgissement d’autres versions ou visions de la cause – et du monde dans lequel elle intervient ; les instances politiques et les scènes médiatiques à travers lesquelles s’éprouvent les nouveaux énoncés collectifs, dès lors qu’ils ont acquis une puissance d’expression suffisante pour figurer sur «  l’agenda politique » ; il convient de suivre ensuite le travail de normalisation et la série des modifications que cette « mise en politique » produit sur des milieux et des dispositifs. Mais une fois ce cycle idéal accompli, la clôture du processus n’est pas du tout certaine : l’expérience montre que les défauts d’application des dispositions et des résolutions issues de la mobilisation collective augmentent fortement les chances d’une relance de la critique.

Faire montre d’une faculté critique suppose une compétence argumentative. Ce niveau de compétence ne se confond pas avec la capacité réelle à parler en public et à faire valoir ses points de vue dans toutes sortes d’arènes, les personnes développant leurs capacités argumentatives dans des cadres familiers ou des arènes locales, « entre soi » comme on dit. On peut développer une argumentation dans un type de situation déterminé, sans être capable de prendre la parole et de s’imposer dans des arènes publiques livrées aux puissances d’expression : pour y parvenir, il faut être en mesure d’argumenter dans un champ de forces. C’est pour cette raison qu’il y a un écart important, rarement pris au sérieux, entre les processus argumentatifs proprement dits et les formes de justifications publiques. Mais si l’expression « champ de forces » semble communément utilisée, de quelles forces s’agit-il ? Une force est ce qui produit un changement d’état dans le monde et un champ de forces se caractérise par la mise en rapport de capacités différentes de transformation des états de choses. Créer un rapport de forces, c’est être en mesure de faire plier, reculer, disparaître ce qui fait obstacle à l’action ou à la reconfiguration d’un milieu, d’une activité ou d’un dispositif. Ce faisant, la mise en relation, dans un même cadre, de jeux d’arguments et de jeux de forces produit une nette différence de programme entre une sociologie argumentative et une sociologie morale. Avant de supposer que les personnes partagent un même sens de la justice et une même capacité à le faire valoir publiquement, il faut regarder comment s’exerce concrètement leur compétence argumentative, et examiner comment les acteurs font jouer, selon les contextes et les arènes, ce que l’ancienne rhétorique désignait par l’inventio, qui permet de parer, d’esquiver ou de contrer une critique ou une accusation sans viser nécessairement le bien commun4. La manière dont se créent et se déploient, par un jeu de différences et de répétitions, de nouveaux arguments, et, parfois, de nouveaux procédés argumentatifs, est plus pertinente pour l’analyse des liens entre conviction et mobilisation que l’exploration du fond topique dans lequel il suffirait de puiser pour monter en généralité et doter les causes d’une légitimité universelle. Il n’y a pas de relation homothétique entre répertoire argumentatif et registre de justification mais plutôt un espace de jeu dans lequel s’établissent précisément les partages entre argumentation et rhétorique, controverse et conflit, ou encore rationalité et émotion. Les cas où de tels partages sont réglés par avance et où la mention d‘un principe de justice préétabli, jugé indiscutable par les parties, suffit à opérer la liaison entre conviction et mobilisation sont plutôt rares : c’est parce que les degrés de conviction sont variables et que les principes de justice sont inapplicables comme tels, impliquant des opérations interprétatives et des ajustements contextuels, qu’il faut engager un travail de mobilisation, y compris pour traiter les disputes qui naissent dans un même milieu où l’on suppose, souvent à tort, une immédiate compréhension mutuelle.

A moins de relever de que l’on appelle procédure, la trajectoire d’une cause est rarement linéaire. L’entrée dans un processus de mobilisation conduit les acteurs dans des situations imprévues ou inédites. Lorsque le nombre de protagonistes est limité, ou lorsqu’ils sont représentés par des porte-parole non contestés de part et d’autre, il est possible de vider la querelle par la négociation ou de recourir à une forme de médiation. Mais, le plus souvent, la relation entre le point d’origine et le point d’aboutissement d’un conflit passe par la transformation des enjeux. Cela permet d’expliquer que des causes très tôt médiatisées, qui ont donné lieu à une première régulation publique, produisent des rebondissements multiples et imprévus5 ; et, inversement, que des revendications qui ont tardé à trouver leurs formes d’expression, comme celles des sans-papiers, finissent par s’installer durablement dans le tableau des causes dont on parle le plus. Tandis que la « gestion des conflits » est devenue une norme de management, c’est la non-linéarité et l’irréductibilité des causes qui s’imposent.

Une manière d’affronter la non-linéarité des trajectoires est d’interroger les dossiers du point de vue de la genèse des arguments. Un argument n’est pas une simple proposition suspendue dans l’espace des discours possibles sur le monde : il a une histoire, passe par des épreuves successives, et change d’état en fonction des procédés visant à le rejeter, le relativiser, l’adapter ou l’admettre dans la liste des appuis utilisés par les personnes et les groupes pour traiter leurs affaires courantes. En outre, dans les processus critiques, il y a autant d’arguments déjà frayés que d’innovations argumentatives. Les protagonistes ne peuvent fixer une fois pour toutes le répertoire argumentatif, car la nature des contraintes qui pèsent sur la validité des arguments change selon les arènes de discussion et les formes de confrontation. Il faut dès lors examiner finement les contextes dans lesquels les acteurs argumentent. Lorsqu’une argumentation vise à consolider ou à défaire une représentation ou un dispositif, sa performativité fait partie des enjeux de la dispute puisqu’en cas de succès elle laissera des traces dans les épreuves ultérieures. Il s’ensuit que la production sociale des arguments n’intéresse pas seulement l’analyse du discours6, car s’y joue l’articulation pratique, dans des milieux et des dispositifs, de principes, de mots d’ordre et de valeurs. La difficulté théorique créée par la question de ce qui fait la force d’un argument dans un contexte donné, vient de ce que l’environnement cognitif et politique qui lui donne son sens social est en partie invisible ou tacite. D’où l’importance des moments de controverse dans lesquels les arguments sont plongés dans un espace plus vaste de possibles, la question de leur pertinence étant alors discutée par les acteurs eux-mêmes.

Les matériaux utilisés dans l’ouvrage sont issus de recherches menées entre 2002 et 2010. Le style de raisonnement adopté fait passer de controverses sur des risques à des mobilisations locales, de problèmes soulevés par des usagers de transports à des alertes internationales, de procès judiciaires à des polémiques dans les médias ou sur l’internet. On sait que la mise en variation est une des techniques favorites de la sociologie pragmatique, qui a recours à des collections de cas hétérogènes pour dégager des catégories et des modèles de description plus robustes. Au-delà de son aspect heuristique, la circulation entre des dossiers très différents a pour vertu de contraindre au maximum les énoncés théoriques dont on peut ainsi éprouver la solidité au-delà des terrains qui les ont vus naître.

  1. Du point de vue historique, la critique peut bien sûr être saisie dans un temps beaucoup plus long. Voir R. Koselleck, Le règne de la critique, Paris, Minuit, 1959 ; M. Walzer, Critique et sens commun. Essai sur la critique sociale et son interprétation, Paris, La Découverte, 1990. []
  2. C. Bessy et F. Chateauraynaud, Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Métailié, 1995. []
  3. U. Beck, Qu’est-ce que le cosmopolitisme ?, Paris, Aubier, 2006 ; U. Beck, World at Risk, Polity Press, 2009. []
  4. S. Mc Evoy, L’invention défensive, Paris, Métailié, 1995 []
  5. Comme dans  l’affaire de l’amiante, qui a traversé une période muette au cours des années 1980-1994. Voir F. Chateauraynaud et Didier Torny, Les Sombres précurseurs : Une Sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, EHESS, 1999. []
  6. D. Maingueneau, Sémantique de la polémique, Lausanne, L’Age d’Homme, 1983 ; M. Angenot, Dialogues de sourds. Essai de rhétorique antilogique, Paris, Mille et une nuits, 2008. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet
Ce contenu a été publié dans Annonces par Jean-Michel Fourniau. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Jean-Michel Fourniau

Sociologue, Jean-Michel Fourniau est directeur de recherche au département économie et sociologie des transports de l’Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité (INRETS-DEST), et responsable de la plate-forme interdisciplinaire Participation du public aux processus décisionnels et recherche Transport (PFI Débat public, ce site). Il est également membre du Groupe de sociologie pragmatique et réflexive de l’École des hautes études en science sociale (GSPR, EHESS) dirigé par Francis Chateauraynaud. En 2009, il a créé le Groupement d’intérêt scientifique Participation du public, décision, démocratie participative. Il en est le directeur, Patrice Duran en assurant la présidence pour le compte du CNRS, et Loïc Blondiaux la présidence du Conseil scientifique.

4 réflexions au sujet de « Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique »

  1. Ping : ➢ Présentation du Réseau «

  2. Ping : La présentation du réseau «

  3. Ping : La présentation du réseau AC/DD | Réseau AC/DD

  4. Ping : Présentation du réseau Approches critiques du développement durable (AC/DD) | Réseau AC/DD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">