La portée des dispositifs participatifs face au retour du conflit

Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau

  (GSPR / EHESS)                 (GSPR et DEST / IFSTTAR)

Le séminaire De l’alerte au conflit – Logiques argumentatives et trajectoires des mobilisations a repris sa course vendredi 4 novembre 2011 à l’EHESS. La première séance fut l’occasion de revenir sur plus de 8 ans de travaux et d’examiner une série de points critiques liés au développement du champ des études de la participation, dont le récent Congrès du GIS Démocratie & Participation (18-21 octobre 2011) a montré à la fois la dynamique et l’étendue.

 1. La nécessaire mise en variation des scènes de délibération et de discussion étudiées

Lors des premières rencontres entre la sociologie, alors émergente, des débats publics (au sens de la CNDP) et la sociologie pragmatique, particulièrement outillée on le sait pour étudier les formes de la critique, le choc a été frontal entre deux conceptions de la force des arguments : d’un côté une approche qui faisait de la procédure instituée de débat le support incontournable d’une authentique discussion publique notamment en matière de projets d’aménagement et de développement ; de l’autre l’idée, issue d’une longue tradition d’analyse argumentative, que ce sont les procédures contradictoires menant vers un jugement et donc une décision, comme le procès ou le recours contentieux, qui permettent la sélection et la validation des bons arguments. Le débat public pouvait dès lors apparaître comme une voie de contournement du conflit dans son expression contentieuse, judiciaire ou administrative. Lors des premiers travaux et séminaires sur les débats publics il a donc fallu rappeler le rôle performatif pour les acteurs du recours au procès. Ce faisant la sociologie des affaires interrogeait les formes de participation du public aux débats et contraignait à penser les tensions entre accusation portant sur les acteurs et argumentation portant sur les dispositifs.

Le sens du débat public

Depuis, la liste des arènes ou des scènes n’a cessé de s’élargir avec la prise en compte de toutes sortes de modalités de discussion ou de confrontation, menant de la conversation ordinaire jusqu’au débat politico-médiatique, en passant par les arènes créées sur le Web1 . Désormais, le mouvement est plus général et l’étude des dispositifs participatifs sort de l’attention aux seules procédures pour prendre en compte l’ensemble des formes de débat et de critique à l’œuvre autour d’un dispositif ou d’un projet contesté ou soumis à la délibération publique2.

L’accumulation de recherches empiriques a montré que l’essentiel n’est pas que les choses passent d’abord par telle ou telle arène, que telle procédure est mieux ajustée qu’une autre, mais que ce qui importe c’est la portée des arguments et la puissance d’expression de ceux qui les portent. A travers la multiplicité des scènes créées ou investies par les acteurs, regardons ce que les disputes, des plus informelles et locales en apparence aux conflits les plus visibles et les plus durs produisent sur les dispositifs, les milieux, les institutions ou les valeurs.

2. Une attention toujours plus fine aux logiques argumentatives

Un des points sur lequel il nous faut insister concerne le statut accordé à l’argumentation. Il y a, pour longtemps encore, une vision assez pauvre et quasi fonctionnaliste de l’argumentation dans la plupart des secteurs des sciences sociales, y compris dans la sociologie des affaires ou des controverses. Tantôt argument et justification sont considérés comme des synonymes, comme si tout argument jouait un rôle de clôture ou de fondation ; tantôt les arguments sont assimilés à des visions ou aux positions prises par les acteurs (standpoints) ; dans d’autres cas de figure, les arguments désignent simplement les thèmes que l’on brandit et il suffit alors, pour “cartographier” les débats ou les controverses, de projeter les thèmes sur des cartes de liens ou des arborescences plus ou moins profondes ;  dans beaucoup de secteurs, l’étude de l’argumentation est considérée comme une opération de réduction du social au discours quand l’argumentation n’est pas ramenée tout simplement à la rhétorique, c’est-à-dire in fine aux techniques de persuasion …

Argumentation ne veut pas forcément dire mise en scène

Il est temps de prendre réellement au sérieux ce qu’argumenter veut dire3, et d’élargir le spectre des formes d’argumentation étudiées. Il est sans doute utile de rappeler ici qu’il y a une pluralité d’écoles d’argumentation et que, depuis 1958 – après le fameux Traité de l’argumentation de Perelman et le (presque) tout aussi fameux The Use of Arguments de Toulmin – plusieurs courants se sont développés, de Ducrot à Plantin, de Walton à van Eemeren, de Angenot à Doury …  Entrer par l’argumentation, entendue ici comme processus dynamique et non comme simple répertoire de ressources argumentatives,  permet d’examiner comment se posent, pour les acteurs les questions de description, de preuve et de narration, d’explorer en détail les formes de recours à des prédicats existentiels, les logiques épistémiques sur les degrés de croyance ou de conviction, la référence à des valeurs ou des normes portant sur les objets mais aussi sur les raisonnements qu’ils rendent possibles ou non4. L’argumentation ouvre également sur les appuis non-verbaux qui entrent de plain-pied dans les dispositifs de conviction utilisés 5 ; last but not least, l’étude des formes d’argumentation ouvre sur la prise en compte des modalités temporelles dans lesquelles se situent les protagonistes – et sur lesquels ils s’opposent le plus souvent, comme lorsque l’urgence fait face au délai, le court terme au long terme, l’évanescence à la durée, l’orientation vers le passé à l’ouverture des futurs, etc6.

3. Coopération et conflit, consensus et dissensus

Dire non, c'est déjà débattre ?

C’est une évidence du point de vue des règles de méthode de toute sociologie empirique, mais il faut rappeler que, face à des processus critiques, la visée de coopération ou d’entente n’a pas à être préférée à l’orientation vers le conflit ou le dissensus. Une position symétrique s’impose dès lors que l’on étudie des dossiers qui fâchent vraiment et dans lesquels la critique radicale et le recours à des formes de protestation sont capables de briser les cadres ordinaires de l’expression publique – on sait de ce point de vue qu’un art de la performance critique s’est largement autonomisé, en liant créativité de l’agir, action pacifique et désobéissance civique. Nombreux sont les cas de figure dans lesquels des acteurs font valoir une « colère légitime » – c’est le cas du nucléaire ou des OGM, mais aussi des nanotechnologies ou des champs électromagnétiques (antennes-relais). Cela nous a conduits très tôt à mettre à distance un langage de description et un cadre d’analyse valorisant la recherche de l’accord et la résolution des différences d’opinion, ou encore la réification d’objets ou de valeurs comme autant de biens en soi (la santé publique, l’environnement, la participation du public par exemple).  Il s’agit plutôt d’examiner la genèse des accords et des désaccords, des convergences de vues et des différends, des points de vue radicalement divergents sur ce qui importe et sur le sens des valeurs et des biens tenus pour universalisables. On commence à peine à pouvoir saisir positivement des revendications d’intérêts et d’enjeux proprement locaux et non transportables – on le voit par exemple à travers les usages de la notion de justice environnementale qui met aux prises des communautés ou des localités avec des dispositifs conçus à distance et supposés orientés vers l’intérêt général7. Lorsque monte un différend les acteurs explicitent ce qui rend leurs points de vue incommensurables – on retrouve ici la figure du deep disagreement dans l’étude des confrontations de valeurs et de régimes épistémiques8.

De nombreuses causes évoluent ainsi entre coopération et conflit et, comme l’ont montré de multiples études de terrain, de la sociologie de l’environnement à la sociologie urbaine en passant par la sociologie de la santé, c’est souvent l’articulation des deux logiques qui permet à des acteurs de transformer durablement un rapport de forces et de modifier la composition des arènes d’expertise et de délibération9. Cela ne marche pas à tous les coups car le dilemme de la coopération et du conflit peut diviser des groupes, scinder des mouvements, et faire diverger des acteurs – comme dans le cas du mouvement de la recherche en 2009 (ou d’une certaine manière le mouvement contre la réforme des retraites …).

Penser le conflit au même titre que la coopération via la participation et/ou la délibération, c’est à la fois développer plus avant le troisième terme qui forme la base ou le sommet du triangle, la mobilisation, et, dans la foulée, repenser à nouveau frais la question du pouvoir. Sur les formes du pouvoir, une discussion se développe autour de l’opposition entre les techniques de gouvernement et la figure de la bonne gouvernance10. Une des questions majeures posées à et par la sociologie pragmatique est le niveau empirique de saisie et d’observation des jeux de pouvoir – on y reviendra à propos de l’activité, qu’il nous faut contribuer à sortir de la version un peu irénique léguée par l’approche de l’« action située » et coordonnée, conçue comme déconnectée de tout rapport de forces et de pouvoirs.

Au plan plus macro où se situe pour l’instant la discussion, qui retrouve certains aspects de la conception habermassienne (prétention à la validité par la discussion / instrumentalisation et jeu de pouvoir via les outils du « système »), il nous faut distinguer les cas où les pouvoirs ré-agissent à une situation qui leur échappe ou leur a échappé – comme dans la “gestion de crise” –, et ceux où ils configurent et hiérarchisent en amont les visions du futur en s’efforçant d’aligner les acteurs dans une direction et une seule – à travers les formes de la prospective et de la prévision, de la promesse et et de la scénarisation. On peut citer sur ce point le cas des déchets radioactifs qui forment un des laboratoires les plus saillants des réflexions sur le futur11. En 2012, l’Andra doit remettre sa copie quant au futur enfouissement des déchets HAVL ; en 2013, se tiendra un débat public conçu sous l’égide de la CNDP autour du futur site d’enfouissement réversible (sic) dans la Meuse ; en 2015, le parlement devrait voter une loi, et ouvrir ainsi le commencement des travaux sur le site ; en 2025 le premier colis hautement radioactif descendra rejoindre son alvéole creusée spécialement dans l’argilite, au fond d’une galerie située à moins 400 m … Quid si les citoyens ne veulent pas d’une telle trajectoire linéaire ? Et que se passera-t-il si l’avenir de la filière nucléaire change radicalement de sorte que les exploitants, ne construisant plus de nouveaux réacteurs ne financent plus la gestion des déchets – menace qui s’est soldée par un conflit au sommet début 2011 entre eDF et Areva d’un côté, l’Andra de l’autre ?

Les pouvoirs se redéfinissent au fil de l’évolution des rapports de forces. Entre le pouvoir réactif et le pouvoir pro-actif, il faut donc insérer une troisième figure, un troisième mode d’existence des pouvoirs et des technologies de prise ou d’emprise : on peut voir en effet s’organiser la création graduelle – ou soudaine, comme dans les cas de rupture radicale d’un système, totalement imprévue (à l’instar de ce qui s’est produit dans plusieurs pays arabes au printemps 2011) – de prises inédites sur un processus qui donnait l’apparence d’être sous contrôle…

Comment retourner la réversibilité ?

 4. Suivre des processus de longue portée

Replacer les moments de débat et de délibération dans des processus longs caractérise depuis pas mal de temps le type de démarche appelé « pragmatique des transformations » (expression qui, pour un lecteur assidu de John Dewey, peut faire quasiment figure de pléonasme). Même s’il ne s’agit pas forcément de « longue durée » au sens usuel des historiens, les moments de discussion ne prennent sens que dans la série des épreuves dans laquelle ils s’insèrent, en produisant ou non, une inflexion ou, selon le vocable en vigueur, une reconfiguration des jeux d’acteurs et d’arguments. C’est ici que les questions liées au travail, dont on constate un certain retour en force depuis quelques années, peuvent être utilement réinterrogées. On a en effet vu se généraliser des catégories comme le harcèlement, le stress ou les risques psycho-sociaux qui pèsent durablement sur l’organisation des nouveaux fronts de la santé au travail. Comment peuvent se croiser, à défaut de pouvoir toujours s’articuler, une sociologie des débats et des controverses menés en “monde ouvert” et une analyse de l’activité portant sur des espaces fermés, repliés ou discrets ?12 Le terrain du travail, sur lequel des incursions ont été faites à plusieurs reprises, depuis l’étude menée auprès des opérateurs du nucléaire, celle concernant les administrateurs-réseaux, ou l’attention portée aux intermittents du spectacle, jusqu’à l’analyse des cadres face aux nouvelles relations d’emprise engendrées par les organisations en réseau, constitue à la fois un objet frontière vis-à-vis de tout ce qui est investi par les modèles participatifs13 et un moyen de retourner vers la description de l’activité, afin de saisir les personnes aux prises avec les dispositifs.

Penser les processus dans la durée c’est forcément regarder comment les acteurs pensent, énoncent, s’adaptent ou se préparent aux conséquences des actions et des jugements – en évitant de s’en tenir à l’analyse de situations isolées14. On y reviendra infra à propos de la conception générale du pragmatisme, mais le conséquentialisme, forme de raisonnement fréquemment attribuée aux acteurs, suppose d’être en mesure de tirer toutes les conséquences. Or c’est l’incertitude qui domine sur ce qui adviendra. Non seulement parce que des conséquences identifiées peuvent en cacher bien d‘autres, mais parce que la portée d’un phénomène ne peut se décréter a priori mais seulement au fur et à mesure de son déploiement15.

La notion de portée a été développée pour permettre de penser comment les conséquences sont enchaînées au fil des épreuves par les différents acteurs qui entrent en lice – ce qui pèse en retour sur les décisions de ceux qui se retirent du jeu ou qui restent aux bords de l’engagement16. On ne peut pas entrer par le thème de l’incertitude et penser que les acteurs, par la délibération ou le raisonnement collectif, peuvent expliciter sur le champ toutes les conséquences. L’incertitude signifie l’ouverture des possibles et donc la surprise, l’inattendu, l’impensable17. La portée consiste précisément à suivre tout ce qu’une série d’actes, de dispositifs, de jugements continue de produire sur des milieux et des formes de vie, l’onde de choc s’achevant rarement sur la seule prise en compte politico-médiatique d’un problème public.

5. La remontée vers les milieux et le retour vers l’activité au contact des choses.

La multiplication des enquêtes, y compris des enquêtes sur corpus, a fait apparaître l’importance des milieux en interaction, des lieux d’expérience, des zones de friction, des mondes dans lesquels les acteurs sont confrontés aux normes, dispositifs, visions et projets qui sont au cœur des controverses et des conflits18. Si les expériences sensibles et les qualités des milieux peuvent trouver à s’exprimer dans les arènes de débat, il faut souvent déplacer la focale et pousser l’enquête au plus près des mondes vécus. Cela paraît évident dans le cas des associations, qu’il s’agisse de riverains ou de victimes organisées autour d’une cause, puisqu’on ne peut guère en comprendre les points d’ancrage et les modes de perception dont dépendent les prises développées, ou non, sur les processus et le type de savoirs d’usage ou d’expériences pratiques qui nourrissent les formes de « contre-expertise » ou de « contre-pouvoir »19 .

La notion de milieu a fait l’objet de beaucoup de discussions, surtout au séminaire de Marseille. Il convient de la travailler en tension avec d’autres notions comme celles de territoire20, dispositif, réseau, institution, mais aussi de forme de vie, de culture, d’espace naturel, d’écosystème, de magma … La notion de milieu permet de maintenir la possibilité de variations et de déplacements, en deçà ou à côté des dispositifs et des représentations. Construire un monde commun suppose de recourir à des équivalences, des standards ou des principes d’universalisation qui écrasent la diversité des milieux – ou qui les instituent comme catégories politiques adossées à un pouvoir de contrôle ou de police (au sens de Rancière). Un des éléments majeurs qui ressort de près de 15 ans d’altermondialisme, c’est la manière dont le mouvement global a maintenu en tension la nécessité de faire cause commune et l’hétérogénéité des acteurs, des milieux et des pratiques …


L’attention aux objets comme compétence

6. Le primat des objets saisis dans leurs processus de transformation sur les procédures et les cadres formels de la démocratie

La tendance à autonomiser les concepts de la démocratie participative a pour conséquence un certain éloignement des objets – ou plus exactement une indifférence à la nature des objets en cause, aux contraintes qu’ils posent, aux prises qu’ils donnent ou non. Tout semble pouvoir être mis en discussion et reposer sur la manière de concevoir et d’organiser cette discussion … du mini-public au referendum … S’il y a des contraintes qui se posent, ce serait essentiellement une question d’échelle politique ou de mode de séparation des porteurs d’intérêts et des citoyens mis en situation de délibérer. On l’a vu par exemple lorsque des observateurs ont étudié les débats publics sur le nucléaire sans investir particulièrement l’histoire et la structure de ce domaine, pour ne regarder que les jeux autour des procédures CNDP. La même chose a eu lieu pour les OGM et la fameuse conférence de citoyens de 1998, ou plus récemment encore autour du Grenelle de l’environnement saisi comme dispositif de concertation original mais dissocié des lignes de forces qui se déploient sur les terrains de l’action environnementale. Ce renvoi des “objets”, et en particulier des objets techniques, au rayon des exemples ou des motifs circonstanciels de la démocratie, conduit assez fatalement, ex post, à des jugements négatifs ou à une relativisation du caractère praticable ou réaliste des résolutions ou des directions ouvertes par la délibération ou la concertation…

Il est exact qu’il n’y a pas d’objet de controverse en soi. Cela dit, si tout peut faire l’objet de controverse, tout ne fait pas controverse à un moment donné du temps, dans une même société et de la même façon. Les objets posent leurs conditions, selon par exemple les prises qu’ils donnent à une description partagée, leur degré de stabilité dans le temps et l’espace, leur degré de compositionnalité, etc21. Ils occupent donc une place centrale dans les situations de mésentente (au sens de Rancière, c’est-à-dire les situations « où la discussion d’un argument renvoie au litige sur l’objet même de la discussion et sur la qualité de ceux qui en font un objet »). Une fois que les acteurs parviennent à s’accorder sur la nature et les propriétés des entités en cause, c’est dans le mode d’expression de la dispute que se forgent à la fois les qualités controversables des objets et les capacités d’expression des registres critiques ou argumentatifs utilisés. Un des éléments cruciaux dans les différences de trajectoires réalisées par les controverses publiques repose sur les processus de subjectivation politique qu’ouvrent les tensions entre expérience quotidienne et mise en politique. Le Web de ce point de vue a radicalement changé les modes de passage du local au global, en vertu de quoi on a encore du mal à suivre les acteurs à la fois sur les terrains d’enquête, sur la toile et dans les instances de concertation et de décision. Bref, s’il importe, comme le préconise Dominique Pestre, de revenir aux aspects substantiels et plus seulement procéduraux de nos affaires de mise en discussion démocratique, laissons aux acteurs le soin de décider des bonnes procédures – du tirage au sort au dispositif de concertation entre parties prenantes – tout en renouant avec l’attention aux objets et aux milieux qui les portent.

7. Les visions du futur et la tension entre les différentes temporalités de l’action et du jugement

Comme on l’a vu à plusieurs reprises, à propos des nanotechnologies, du nucléaire, du climat, plus récemment des gaz de schiste, les acteurs doivent gérer des tensions entre les modalités temporelles de l’action ou de son expression publique, les échelles temporelles liées aux objets en cause et les régimes d’énonciation, qui peuvent prendre tantôt la forme de l’anticipation, de la prévision, de la promesse ou de la prophétie. Les questions de temporalité ont fait l’objet de multiples discussions et différentes stratégies ont été développées depuis plus d’une décennie pour les décrire22. L’accent mis sur le présentisme23 ou sur l’accélération24 éloigne d’une prise en compte systématique de toutes les structures temporelles auxquelles ont recours les acteurs pour traiter aussi bien leur problèmes pratiques que les visions du passé, du présent et du futur engagées par les controverses publiques ou les conflits politiques. Il nous faut en effet développer une véritable sociologie pragmatique du temps, fondée sur la saisie empirique des modalités temporelles au cœur des processus d’alerte et de controverse dont elles sont constitutives.

Sans préciser ici les détails techniques de cette pragmatique du temps, on voit bien, à un premier niveau, que des dossiers comme l’énergie, le climat, la biodiversité, l’épuisement des ressources naturelles, ou encore les promesses technologiques générées par les nanosciences, après celles du clonage, engagent les acteurs dans un travail collectif de prise en compte et de hiérarchisation de différents scénarios ou modèles du futur – souhaitables ou non souhaitables, ouverts ou fermés, plausibles, probables, possibles ou potentiels. Pour bien comprendre ce qui se joue dans le déploiement de visions du futur et l’activité argumentative par laquelle des visions sont retenues, révisées, critiquées, rejetées ou tombées en désuétude, il faut revoir les outils d’analyse de la sociologie pragmatique des controverses – ce qui n’a été fait que partiellement à ce jour, depuis l’ouvrage sur les lanceurs d’alerte (Les Sombres précurseurs, 1999) jusqu’à l’idée plus récente d’entrer par les angles d’ouverture ou de fermeture des futurs (Argumenter dans un champ de forces, 2011)

8. Le tournant pragmatique et après ? Comment infléchir la trajectoire des sociologies contemporaines sans simuler une tabula rasa

Comme le montre Alan Malachowski dans son ouvrage The New pragmatism (2010), une grande partie des querelles provoquées par la version du pragmatisme développée par Richard Rorty provient de la dissociation, assez profonde, entre la philosophie pragmatiste des pères fondateurs (Peirce, Dewey et James) et la philosophie analytique qui prend son essor avec le second Wittgenstein. En France la sociologie pragmatique s’est distribuée en plusieurs branches. Les trois branches les plus frayées à ce jour sont :

  1. celle qui relie les approches ethnométhodologiques et post-ethnométhodologiques : l’effort porte avant tout sur l’analyse des situations et sur la description fine des actions et des opérations interprétatives développées par les acteurs pour réaliser (« performer ») leurs activités pratiques ;
  2. la théorie de l’acteur-réseau envisagée dans ses multiples extensions qui mènent de l’”économie de l’innovation” à la “démocratie technique” en passant par l’ouverture des “boîtes noires” de la science la plus dure ;
  3. la sociologie morale orientée vers la description des appuis critiques et normatifs (cités, principes de justification, appuis conventionnels, formes de légitimité et régimes d’action …) utilisés par les acteurs dans des épreuves marquées par un impératif de justification ou de coordination.

Ces trois courants ont pour caractéristique de rabattre les questions d’argumentation et celles qui concernent la production graduelle des prises sur les processus, soit sur des contraintes de situation (indexicalité radicale), soit sur des logiques de réseau (immanence des arguments, des forces et des temporalités dans le réseau), soit sur des cadres axiologiques forgés par des idéologues visant l’universel (philosophies politiques ou doctrines morales). La stratégie adoptée dans nos travaux ouvre une quatrième branche, celle d’une pragmatique des transformations – dont la balistique sociologique est une dérivation conceptuelle – particulièrement attentive aux modalités temporelles et aux processus de longue durée.

On peut distinguer cinq façons d’attaquer les terrains tout en restant dans une orientation pragmatique.

Point d’entrée   Cadre descriptif et analytique  Support théorique
Objets Dispositifs / milieux, supports, activités Ethnométhodologie et Action située
Processus Formes de mobilisation et trajectoires Balistique
Configurations Jeux d’acteurs et jeux d’arguments Acteur-réseau revu par la sociologie argumentative
Arènes et procédures Dispositifs d’expression et formes de débat public Sociologie politique de la démocratie
Forces et puissances Epreuves de forces, relations d’emprise et puissances d’expression Les asymétries de prise

De l’ethnométhodologie à l’approche quasi machiavélienne par la fabrication des asymétries de prises au sein des réseaux d’acteurs, il y a moyen d’ajuster les logiques d’enquêtes aux dimensions offertes par les terrains ou les dossiers étudiés. Il ne s’agit donc pas tant d’opposer des paradigmes arbitrairement recouverts sous un même label que d’assurer les bonnes prises et l’adéquation des outils d’observation et des catégories d’analyse. On aura l’occasion de revenir sur ces différentes façons de concevoir l’enquête pragmatique et d’articuler les différents niveaux, tous indispensables à l’appréhension de processus complexes et irréductibles. Ce qu’il faut en retenir, pour l’instant, c’est l’enrichissement de l’approche des dispositifs participatifs par le renouvellement des cadres analytiques du pragmatisme, évitant les chausses-trappes d’une académisation forcée qui tend à clore l’invention et la recherche au profit de doctrines toutes apprêtées25 .

  1. Voir l’espace de variation proposé dans F. Chateauraynaud, « La contrainte argumentative. Les formes de l’argumentation entre cadres délibératifs et puissances d’expression politiques », Revue européenne des sciences sociales, XLV-136 | 2007. []
  2. On lira sur ce point les travaux menés dans le cadre du programme CDE : Jean-Michel Fourniau, La portée de la participation dans une approche de balistique sociologique, Portée de la concertation, 8 janvier 2011 ; voir également Loïc Blondiaux et Jean-Michel Fourniau, « Un bilan des recherches sur la participation du public en démocratie : beaucoup de bruit pour rien ? », Participations n° 1, octobre 2011. []
  3. Marianne Doury et Sophie Moirand (dir.), L’Argumentation aujourd’hui. Positions théoriques en confrontation, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2005. []
  4. Pour des points récents et francophones sur les recherches en argumentation, voir le numéro spécial de la revue A contrarioL’argumentation au carrefour des disciplines : sciences du langage et sciences sociales ; rappelons également les travaux menés depuis fort longtemps par Pierre Livet, dont on lira par exemple Argumentation, droit et sciences sociales (Presses de l’université de Laval, 2000) ou Emotions et rationalité morale (PUF, 2002) []
  5. Une étude récente  menée pour le CNES s’est ainsi intéressée au statut des données satellitaires et de l’image en particulier dans la manière de construire ou de poser des évidences supposées partagées. Voir A. Saint-Martin, F. Chateauraynaud et J. Debaz, Les données satellitaires  au cœur des arènes publiques. Opérateurs de factualité et interprétations critiques dans les processus d’alerte et de controverse, Rapport du GSPR, septembre 2011. []
  6. F. Chateauraynaud et Marianne Doury, The Collective making of temporal Aspects in Public Debates, paper for the 7th Conference of the International Society for the Study of Argumentation, Amsterdam, 30 juin 2010 []
  7. Jean-Michel Fourniau, « L’expérience démocratique des « citoyens en tant que riverains » dans les conflits d’aménagement », Revue européenne des sciences sociales, XLV-136 | 2007. []
  8. Sur la manière dont la théorie argumentative qui privilégie la convergence des opinions selon des normes rationnelles de discussion traite les conflits, voir les contributions rassemblées par F. H. van Eemeren & B. Garssen, Controversy and Confrontation,  Amsterdam, John Benjamins 2008 ; sur le rapport entre argumentation, rhétorique et ajustement stratégique, F. H. van Eemeren, Strategic Maneuvering in Argumentative Discourse, Amsterdam, Benjamins, 2010. []
  9. Dans le champ santé-environnement le Réseau Environnement Santé emmené par André Cicolella a obtenu l’interdiction du Bisphénol A en jouant sur plusieurs registres d’action à la fois. []
  10. Dominique Pestre « Des sciences, des techniques et de l’ordre démocratique et participatif », Participations 1/2011 (N° 1), p. 210-238 ; et aussi, sur la toile, Dominique Pestre : La double nature des technologies, InternetActu, 22 juin 2009. []
  11. Pierrick Cézanne-Bert et Francis Chateauraynaud, « The argumentative trajectory of reversibility in radioactive waste management », in Luis Apparicio (ed), Making nuclear waste governable, Springer / Andra, dec 2010, p. 71-99. []
  12. Claude Gilbert, Emmanuel Henry (dir.), Comment se construisent les problèmes de santé publique, Paris, La Découverte/PACTE, 2009 []
  13. Quid des relations de travail dans les travaux de démocratie participative alors que les expériences d’autogestion étaient au coeur de l’idée participative dans les années 1970, et que les lois Auroux qui instaurent différentes modalités de dialogue et de consultation en entreprise datent de 1982 ? []
  14. On peut montrer que des agents parfaitement capables d’ajustements situés, de contexte en contexte, sont globalement déconnectés et foncièrement incapables d’entrer dans des processus de longue durée, d’en saisir les propensions, au profit d’effets d’annonce et de projets qui n’aboutissent jamais. []
  15. cf. F. Chateauraynaud, « Le sens de l’irréversible. Chronique du nucléaire civil après Fukushima (Ière partie) », Socio-Informatique et Argumentation, 27 mai 2011. []
  16. De ce point de vue, il manque au modèle des « régimes d’engagement » proposé par Laurent Thévenot, une véritable pragmatique de la portée, capable de suivre les acteurs dans de longs processus et donc à travers de multiples épreuves, au fil desquelles ils apprennent à nouer ce que le triptyque “action justifiée” / “action stratégique” / “action dans le proche” tend à dissocier artificiellement. Voir Laurent Thévenot, L’Action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, Éditions La Découverte, 2006. []
  17. Sur les différents usages de l’incertitude, voir F. Chateauraynaud, « Les figures de l’incertitude dans les controverses publiques autour des risques collectifs », in Patrick Chaskiel (Ed), Risques et communication : une mise en perspective, Atelier Risco, Toulouse, MSHS, 2010, p. 41-116. []
  18. Ann Lowenhaupt-Tsing, Friction. An Ethnography of Global Connection, Princeton, Princeton University Press, 2005 ; F. Chateauraynaud (dir.), Les OGM entre régulation économique et critique radicale, Paris, GSPR, 2010 []
  19. Voir sur ce point les travaux de thèse menés par Aymeric Luneau, Militants et riverains dans la dynamique des causes environnementales. Approche sociologique des syndromes d’hypersensibilité, mémoire de Master II, GSPR – EHESS. []
  20. On consultera, sur ce carnet, le billet de Mathieu Leborgne consacré aux “marques territoriales“ []
  21. Voir une enquête déjà ancienne qui nous avait alors beaucoup amusé, consacrée aux évaluations pratiques opérées autour des objets, en l’occurrence par des commissaires-priseurs, et republiée récemment dans un numéro spécial de Techniques & Culture (2010/1-2 (n° 54-55). []
  22. Voir les premières références à l’ouvrage de Raymond Duval, Temps et vigilance, Paris, Vrin, 1990 ; plus récemment les travaux menés avec Marianne Doury sur les modalités temporelles en argumentation, et prolongés dans le programme Chimères. []
  23. François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Le Seuil, Paris, 2002 []
  24. Harmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, 2010 []
  25. Voir sur ce point Jean-Pierre Cometti, Qu’est-ce que le pragmatisme ?, Paris, Gallimard, 2010 ; Joël Zask, Participer Essai sur les formes démocratiques de la participation, Ed Le Bord de l’eau, 2011. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Concepts, Séminaires. Bookmark the permalink.

3 Responses to La portée des dispositifs participatifs face au retour du conflit

  1. Pingback: Séminaire “Pragmatisme et sciences sociales : un état des lieux”, janvier-mars 2013, | Le carnet du Sophiapol

  2. Pingback: De la formation des publics à la rébellion des milieux | Portée de la concertation

  3. Pingback: Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (3/3) | Zilsel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">